Clitocybe

Famille: Tricholomataceae
Genre: Clitocybe
Chapeau: diamètre variable, souvent en entonnoir, év. mamelonné, sec, hygrophane ou non, non séparable
Lames: adnées, trame régulière, adhérentes à nettement décurrentes, minces, inégales, parfois fourchues
Pied: épais à mince, sans anneau
Remarque: saprophyte, terrestre, sur humus des forêts, certaines espèces renferment des neurotoxines

Du grec klitos qui signifie pente et kube qui signifie tête. Chapeau en entonnoir et lames décurrentes.
Les clitocybes forment un groupe assez homogène.

Clitocybe à pied en massue, Clitocybe à pied renflé

Publié dans Clitocybe

Clitocybe à pied en massue, Clitocybe à pied renflé

Clitocybe clavipes

Chapeau: 2-10cm, hémisphérique, largement convexe à étalé au début, souvent légèrement mamelonné, puis légèrement déprimé à infundibuliforme, humide, glabre à finement fibrilleux-feutré-inné, parfois presque furfuracé au disque et avec taches aqueuses, subhygrophane, brunâtre, brun grisâtre à brun olive, plus foncé au disque et souvent plus pâle vers la marge, pâlissant avec l'âge, plus foncé et plus grisâtre au sec, à marge parfois incurvée à étroitement incurvée au début, rarement enroulée, aiguë, puis relevée, parfois largement ondulée à sinuée et sillonnée
Lames: longuement décurrentes, falciformes, étroites à modérément larges, 2,5-8 mm, détachables de la chair du chapeau, cassantes et largement ondulées avec l'âge, cireuses au toucher, souvent fourchues et interveinées, parfois sur les faces, avec lamellules, serrées à subespacées, blanches au début, puis jaunâtre pale, crème pâle, ivoire à chamois jaunâtre, à arêtes entières, droites au début
Pied: sans anneau, en massue, centré, parfois excentré, subégal vers l'apex, fortement subclavé à clavé vers la base, parfois subbulbeux, souvent courbe et comprimé vers la base, plein-farci, souvent spongieux à la base, avec fibrilles apprimées et striées longitudinalement, chamois olivacé sordide, grisâtres à brunâtres sur fond blanchâtre à gris brunâtre, couvert d'un tomentum copieux blanc à la base
Chair: épaisse au disque, mince vers la marge, assez cassante au sec, blanchâtre, aqueuse, spongieuse et aérifère dans la base du pied à l'humidité
Odeur: indistincte, douce, légèrement acidulée, aromatique à fruitée, de raisin
Saveur: agréable à douce
Habitat: août-octobre, litière de conifères, parfois de feuillus ou dans les forêts mixtes, au bord des sentiers, solitaire, dispersé ou grégaire, rarement subcespiteux, souvent en arcs, commune
Confusion: Clitocybe en entonnoir (Clitocybe ou Infundibulicybe gibba), Clitocybe inversé, Clitocybe flasque, Lépiste chamois (Lepista flaccida, Clitocybe inversa, Lepista inversa, Lepista gilva), Tête de moine, Clitocybe géotrope (Clitocybe ou Infundibulicybe geotropa)

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: comestible, mais sans alcool

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles non libres > Lamelles décurrentes > Sans anneau > Pied grêle ou en massue > Lamelles non bifurquées > Odeur d'amande amère ou anis > Clitocybe

Télécharger la fiche en PDF
  • clitocybe_clavipes_10
  • clitocybe_clavipes_12

Clitocybe anisé strié, Clitocybe parfumé

Publié dans Clitocybe

Clitocybe anisé strié, Clitocybe parfumé

Clitocybe fragrans, Clitocybe sualveolens

Chapeau: 2-6cm, convexe rapidement aplati avec dépression centrale, à marge striée et onduleuse, hygrophane, de couleur blanc-gris à reflets parfois rose-jaunâtre, à centre plus sombre que l'ensemble du chapeau
Lames: légèrement décurrentes, concolores au chapeau, ou plus claires
Pied: sans anneau, cylindrique, tenace, blanchâtre à brun sale, base feutrée, fin, généralement flexueux, paraissant plus sale vers la base
Chair: très fine, tenace, blanche
Odeur: anis
Saveur: douce
Habitat: septembre-novembre, surtout aux abords et dans les bois de résineux, feuillus purs ou mêlés de résineux mais plus généralement sur graminées en clairières et lisières herbeuses et moussues
Confusion: Clitocybe blanc (Clitocybe candicans, Clitocybe tuba, Clitocybe tenuissima) - très toxique -, Clitocybe blanchi (Clitocybe dealbata, Clitocybe rivulosa) - très toxique -, Clitocybe odorant (Clitocybe odora)

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: Malgré son parfum flatteur et intense, ce champignon est considéré comme non comestible, voire toxique par certains auteurs

Toxicité: Douteux ou pas vraiment testé, certains auteurs le donnent pour toxique contenant de la muscarine - syndrôme: muscarinien (= sudorien) (poison: Muscarine); symptômes: Latence: 3-4 heures puis bradycardie (baisse de la fréquence cardiaque), une hypotension, un rétrécissement de la pupille, des hypersécrétions généralisées (salive, transpiration, etc.) et des diarrhées.; remarques: Ce syndrome est généralement non mortel. Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Inocybe geophylla (Inocybe à lames terreuses), Inocybe patouillardii (Inocybe de Patouillard), les petits clitocybe blancs (Clitocybe cerussata, C. rivulosa, C. dealbata), Omphalotus illudens, Mycena pura (Mycène pur) et Mycena rosea (Mycène rosé, provoque aussi des hallucinations). Amanita muscaria ne provoque pas ce syndrome car elle contient peu de muscarine. Celle-ci provoque le syndrome panthérinien. Le traitement se fait par une injection de sulfate d'atropine.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles non libres > Lamelles décurrentes > Sans anneau > Pied grêle ou en massue > Lamelles non bifurquées > Odeur d'amande amère ou anis > Clitocybe

Télécharger la fiche en PDF
  • clitocybe_fragrans_10
  • clitocybe_fragrans_12
  • clitocybe_fragrans_13
  • clitocybe_fragrans_14
  • clitocybe_fragrans_15
  • clitocybe_fragrans_16
  • clitocybe_fragrans_17
  • clitocybe_fragrans_18
  • clitocybe_fragrans_19
  • clitocybe_fragrans_20
  • clitocybe_fragrans_21
  • clitocybe_fragrans_22
  • clitocybe_fragrans_23
  • clitocybe_fragrans_25
  • clitocybe_fragrans_26

Clitocybe blanc

Publié dans Clitocybe

Clitocybe blanc

Clitocybe candicans, Clitocybe tuba, Clitocybe tenuissima

Chapeau: 1-4cm, convexe s'étalant et devenant parfois légèrement déprimé, à marge lisse et peu onduleuse, à cuticule paraissant légèrement vernissée et soyeuse, de couleur blanche devenant rose ochracé pâle en vieillissant
Lames: adnées à peu décurrentes, fines, étroites et serrées, de couleur blanche
Pied: sans anneau, lisse, égal, farci puis creux, finement pruineux, souvent flexueux ou courbé à la base, de couleur blanche devenant ocre pâle à ocre rosâtre pâle en vieillissant
Chair: mince, blanc aqueux
Odeur: farine
Saveur: légèrement amère
Habitat: juillet-octobre, lisières et clairières herbues des bois de feuillus, bords des routes et des chemins, zones à végétation basse
Confusion: Clitocybe blanchi (Clitocybe dealbata, Clitocybe rivulosa), Meunier, Clitopile petite prune (Clitopilus prunulus)

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: la plus grande prudence est de mise avec la familles des Clitocybes blancs, celui-ci ne fait pas exception

Toxicité: syndrôme: muscarinien (= sudorien) (poison: Muscarine); symptômes: Latence: 3-4 heures puis bradycardie (baisse de la fréquence cardiaque), une hypotension, un rétrécissement de la pupille, des hypersécrétions généralisées (salive, transpiration, etc.) et des diarrhées.; remarques: Ce syndrome est généralement non mortel. Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Inocybe geophylla (Inocybe à lames terreuses), Inocybe patouillardii (Inocybe de Patouillard), les petits clitocybe blancs (Clitocybe cerussata, C. rivulosa, C. dealbata), Omphalotus illudens, Mycena pura (Mycène pur) et Mycena rosea (Mycène rosé, provoque aussi des hallucinations). Amanita muscaria ne provoque pas ce syndrome car elle contient peu de muscarine. Celle-ci provoque le syndrome panthérinien. Le traitement se fait par une injection de sulfate d'atropine.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles non libres > Lamelles décurrentes > Sans anneau > Pied grêle ou en massue > Lamelles non bifurquées > Odeur d'amande amère ou anis > Clitocybe

Télécharger la fiche en PDF
  • clitocybe_candicans_10
  • clitocybe_candicans_11
  • clitocybe_candicans_12
  • clitocybe_candicans_13
  • clitocybe_candicans_14
  • clitocybe_candicans_15
  • clitocybe_candicans_16

Clitocybe blanchi

Publié dans Clitocybe

Clitocybe blanchi

Clitocybe dealbata, Clitocybe rivulosa

Chapeau: 2-6cm, convexe puis aplati et souvent déprimé, irrégulier, d'aspect satiné ou givré, à marge enroulée devenant ondulée, blanc parfois teinté de crème, de beige ou légèrement roussissant, parfois taches chamois pâle aqueuse, lavé de rosâtre ou de vineux à l'humidité ou avec l'âge
Lames: adnées, vite subdécurrentes à décurrentes, étroites à modérément larges, serrées à très serrées, blanches à crème brunâtre en vieillissant
Pied: 2-4cm, fibrilleux, parfois légèrement sinueux, paraissant soyeux, légèrement élargi vers la base, souvent courbe, farci puis creux, un peu fibrilleux, de couleur blanche à tendance roussissante avec l'âge
Chair: mince, flexible et chamois aqueux à l'humidité, cassante et blanchâtre au sec
Odeur: farineuse, parfois un peu spermatique
Saveur: farineuse, indistincte, douce
Habitat: juillet-octobre, prairies, pelouses, parcs ou lisières des bois, en bordure de chemins ou de fossés. Généralement en troupes de plusieurs individus, parfois en "ronds de sorcière", sur les surfaces herbues en général et fréquemment sur les pelouses entretenues
Confusion: Entolome livide (Entoloma lividum, Entoloma sinuatum, Rhodophyllus sinuatus, Agaricus lividus) - Très toxique également -, Meunier, Clitopile petite prune (Clitopilus prunulus), Tricholome de la Saint-Georges, Mousseron de printemps (Calocybe gambosa) - Quoique ce dernier vient au printemps.
Confusion possible également avec le Tricholome colombette, qui est rare en Suisse romande -

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: Il est, comme tous les Clitocybes blancs, très toxique. Il contient de la muscarine, toxique que l'on retrouve notamment dans certaines Amanites toxiques (panthère, tue-mouches, ...).

Toxicité: Il est, comme tous les Clitocybes blancs, très toxique - syndrôme: muscarinien (= sudorien) (poison: Muscarine); symptômes: Latence: 3-4 heures puis bradycardie (baisse de la fréquence cardiaque), une hypotension, un rétrécissement de la pupille, des hypersécrétions généralisées (salive, transpiration, etc.) et des diarrhées.; remarques: Ce syndrome est généralement non mortel. Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Inocybe geophylla (Inocybe à lames terreuses), Inocybe patouillardii (Inocybe de Patouillard), les petits clitocybe blancs (Clitocybe cerussata, C. rivulosa, C. dealbata), Omphalotus illudens, Mycena pura (Mycène pur) et Mycena rosea (Mycène rosé, provoque aussi des hallucinations). Amanita muscaria ne provoque pas ce syndrome car elle contient peu de muscarine. Celle-ci provoque le syndrome panthérinien. Le traitement se fait par une injection de sulfate d'atropine.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles non libres > Lamelles décurrentes > Sans anneau > Pied grêle ou en massue > Lamelles non bifurquées > Odeur d'amande amère ou anis > Clitocybe

Télécharger la fiche en PDF
  • clitocybe_dealbata_10
  • clitocybe_dealbata_11
  • clitocybe_dealbata_12
  • clitocybe_dealbata_13
  • clitocybe_dealbata_14
  • clitocybe_dealbata_15
  • clitocybe_dealbata_16
  • clitocybe_dealbata_17
  • clitocybe_dealbata_18
  • clitocybe_dealbata_19
  • clitocybe_dealbata_20
  • clitocybe_dealbata_21

Clitocybe des feuillus

Publié dans Clitocybe

Clitocybe des feuillus

Clitocybe phyllophila

Chapeau: 3-8cm, convexe puis étalé à irrégulièrement infundibuliforme, canescent, terne, parfois luisant et satiné avec l'âge, opaque au sec, blanc, blanchâtre à carné aqueux, parfois brun pâle au centre, souvent avec taches ou zones chamois aqueux à brunâtres à l'humidité, à marge enroulée à incurvée au début, puis souvent irrégulièrement relevée à largement ondulée, parfois lobée à incisée, unie, rarement courtement sillonnée au début, parfois rivuleuse, cuticule blanc-crème à légèrement ocre, rose chair, vernissé, soyeux-pruineux, parsemée de taches concentriques plus foncées
Lames: largement adnées puis courtement à modérément décurrentes, étroites à modérément larges, souvent finement interveinées et non fourchues, serrées à très serrées, blanchâtres, crème sombre, crème rosé à chamois, à arêtes entières, concolores aux faces
Pied: sans anneau, centré, égal à élargi vers la base, parfois courbe et comprimé, greffé sur le substrat, farci puis creux, finement fibrilleux blanchâtre sur fond entièrement blanchâtre, chamois aqueux, brunâtre à tan, avec tomentum copieux à la base, relié au substrat
Chair: mince à la marge, assez épaisse au disque, flaccide lorsqu'imbue, ferme au sec, concolore au chapeau, blanchâtre à tan
Odeur: forte, fruitée-aigre ou épicée, non anisée
Saveur: douce, mais désagréable et rance avec l'âge
Habitat: septembre-octobre, parmi les aiguilles de conifères, plus rarement dans les forêts mixtes, grégaire, cespiteux ou souvent en arcs
Confusion: Clitocybe blanc (Clitocybe candicans, Clitocybe tuba, Clitocybe tenuissima) - également toxique -, Clitocybe blanchi (Clitocybe dealbata, Clitocybe rivulosa) - également toxique -, Clitocybe en entonnoir (Clitocybe ou Infundibulicybe gibba), Mycène pure (Mycena pura)

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: fait partie de la famille des clitocybes blancs, section Candicantes, dangereux toxiques, et comme ils sont de détermination peu aisée, il est totalement exclu de les ramasser, sauf à vouloir les étudier pour les mieux connaître et reconnaître

Toxicité: syndrôme: muscarinien (= sudorien) (poison: Muscarine); symptômes: Latence: 3-4 heures puis bradycardie (baisse de la fréquence cardiaque), une hypotension, un rétrécissement de la pupille, des hypersécrétions généralisées (salive, transpiration, etc.) et des diarrhées.; remarques: Ce syndrome est généralement non mortel. Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Inocybe geophylla (Inocybe à lames terreuses), Inocybe patouillardii (Inocybe de Patouillard), les petits clitocybe blancs (Clitocybe cerussata, C. rivulosa, C. dealbata), Omphalotus illudens, Mycena pura (Mycène pur) et Mycena rosea (Mycène rosé, provoque aussi des hallucinations). Amanita muscaria ne provoque pas ce syndrome car elle contient peu de muscarine. Celle-ci provoque le syndrome panthérinien. Le traitement se fait par une injection de sulfate d'atropine.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles non libres > Lamelles décurrentes > Sans anneau > Pied grêle ou en massue > Lamelles non bifurquées > Odeur d'amande amère ou anis > Clitocybe

Télécharger la fiche en PDF
  • clitocybe_phyllophila_10

Clitocybe en coupe, Clitocybe en vase

Publié dans Clitocybe

Clitocybe en coupe, Clitocybe en vase

Clitocybe cyathiformis, Clitocybe cinerascens, Cantharellula cyathiformis, Omphalia cyathiformis, Pseudoclitocybe cyathiformis

Chapeau: 2-6cm, connexe au début, vite étalé puis déprimé à infundibuliforme, sec, glabre à l'humidité, légèrement fibrilleux radialement ou canescent au sec, lisse, soyeuse, brillante à l'humidité, pâlissant à la sécheresse, hygrophane, brun foncé à gris-brun foncé puis grisâtre à brun plus pâle, beige à brun chamois, à marge enroulée au début, souvent translucide-striée à l'humidité, parfois sillonnée
Lames: adnées, vite courtement à longuement décurrentes, souvent collariées, étroites à modérément larges, parfois fourchues, souvent interveinées et veinées sur les faces, serrées à subespacées, brunâtre aqueux, argilacées à fauve olive au début, puis grisâtres, brun grisâtre à brunâtre pâle avec l'âge
Pied: sans anneau, souvent assez élancé, parfois légèrement excentré, égal ou légèrement élargi vers la base, souvent courbe, comprimé ou côtelé avec l'âge, farci puis creux, fibrilleux-strié, concolore au chapeau ou plus pâle, glabre à l'humidité, souvent duveteux blanchâtre et parfois avec rhizomorphes basaux blancs
Chair: mince, pâle, hygrophane, grisâtre à brunâtre, parfois concolore au chapeau
Odeur: acidulée avec pointe de terre, de farine
Saveur: douce
Habitat: septembre-décembre, sous feuillus, résineux ou bois mêlés, directement à terre parmi les mousses, l'herbe, près des arbres ou poussant directement sur bois bien décomposés
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: Ce champignon n'est pas un vrai Clitocybe car ses lames sont parfois fourchues (jamais chez les Clitocybes). Il apparaît en masse lorsque les autres champignons sont déjà souvent assez rare. Il convient pour compléter une cueillette un peu mince.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles non libres > Lamelles décurrentes > Sans anneau > Pied grêle ou en massue > Lamelles non bifurquées > Odeur d'amande amère ou anis > Clitocybe

Télécharger la fiche en PDF
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_10
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_11
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_12
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_13
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_14
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_15
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_17
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_18
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_19
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_20
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_22
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_25
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_26
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_27
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_28
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_29
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_30
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_31
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_32
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_33
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_34
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_35
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_36
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_37
  • pseudoclitocybe_cyathiformis_38

Clitocybe en entonnoir

Publié dans Clitocybe

Clitocybe en entonnoir

Clitocybe ou Infundibulicybe gibba

Chapeau: 3-9cm, typiquement étalé et légèrement déprimé puis infundibuliforme, souple au toucher, petit mamelon presque toujours présent, ombiliqué, sec, fibrilleux-apprimé, mais apparaissant lisse, puis parfois écailleux diffracté autour du disque ou au sec, non hygrophane, parfois apparaissant hygrophane à cause de son aspect imbu, rosâtre, beige, crème rosé, carné à cannelle rosâtre, parfois plus foncé au début et au disque à maturité et plus foncé avec l'âge ou pâle lorsque délavé par la pluie, marge est enroulée au début, puis mince et légèrement onduleuse
Lames: fortement décurrentes, étroites, 2-4 mm de largeur, parfois fourchues et interveinées, serrées à très serrées, blanchâtres, légèrement jaunâtres à chamois pâle, parfois plus foncées avec l'âge, à arêtes entières, cassantes
Pied: sans anneau, centré, élastique, grêle, très fibrilleux, un peu renflé et cotonneux à la base et de même couleur que le chapeau, souvent élancé, égal ou légèrement élargi vers la base, farci puis creux, glabre à légèrement strié longitudinalement de fibrilles blanches, blanchâtre, jaunâtre pâle à carné pâle, avec tomentum blanc souvent copieux à la base qui adhère au substrat
Chair: mince, fibreuse, tenace, élastique, fragile ou aqueuse selon le degré d'humidité, blanchâtre
Odeur: odeur souvent indistincte, douce ou parfois avec composante alcaline, de cyanure, d'acide cyanhydrique, de farine, d'amande ou d'anis, de foin coupé, d'amande amère, appelée cyanique
Saveur: indistincte, douce, parfois légèrement alcaline à farineuse
Habitat: juin-septembre, plutôt varié, humus forestier, sol silicieux, sous feuillus et conifère, en troupe, en ligne ou en ronds de sorcière, parfois isolés. Plutôt sur sol acide, très commun
Confusion: Clitocybe blanchi (Clitocybe dealbata, Clitocybe rivulosa) - très toxique -, Clitocybe inversé, Clitocybe flasque, Lépiste chamois (Lepista flaccida, Clitocybe inversa, Lepista inversa, Lepista gilva)

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: Couper le pied qui est coriace. Excellent en conserve de vinaigre avec une raclette.
Gibba vient du latin gibbus = bosse (prononcer 'guibba' comme "guitare". Il rappelle la petite bosse centrale (papille) qui permet de différencier cette espèce des autres petites espèces en entonnoir

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles non libres > Lamelles décurrentes > Sans anneau > Pied grêle ou en massue > Lamelles non bifurquées > Odeur d'amande amère ou anis > Clitocybe

Télécharger la fiche en PDF
  • clitocybe_gibba_02
  • clitocybe_gibba_03
  • clitocybe_gibba_04
  • clitocybe_gibba_10
  • clitocybe_gibba_12
  • clitocybe_gibba_13
  • clitocybe_gibba_14
  • clitocybe_gibba_15
  • clitocybe_gibba_16
  • clitocybe_gibba_20
  • clitocybe_gibba_21
  • clitocybe_gibba_22
  • clitocybe_gibba_23
  • clitocybe_gibba_24
  • clitocybe_gibba_25
  • clitocybe_gibba_26
  • clitocybe_gibba_27
  • clitocybe_gibba_28
  • clitocybe_gibba_29
  • clitocybe_gibba_30
  • clitocybe_gibba_31
  • clitocybe_gibba_32
  • clitocybe_gibba_33

Clitocybe nébuleux

Publié dans Clitocybe

Clitocybe nébuleux

Clitocybe nebularis

Chapeau: 6-20cm, un peu flasque bien que charnu, convexe et même un peu bossu au centre, puis étalé, déprimé légèrement en forme de coupe en conservant un petit mamelon central au fond de la dépression. cuticule blanc sale, légèrement pruineuse au début, puis lisse et brillante. Brun gris, cendré ou paille jaunâtre ou gris blanchâtre, centre toujours un peu plus foncé. Marge fortement enroulée à l'état jeune puis mince et ondulée, irrégulière
Lames: adnées sur les jeunes spécimens, serrées, étroites et assez lisses, devenant décurrentes avec l'âge, de couleur blanchâtre, crème sale un peu teintées de jaunâtre chez les vieux exemplaires
Pied: sans anneau, épais, strié, fibreux et spongieux, en forme de massue à l'état jeune, creux et fibreux à la base, vite attaqué par les vers. Il devient cylindrique avec l'âge mais en général, reste plus large à la base munie de mycélium blanc. Il est de couleur blanchâtre souvent avec une nuance gris ou brun, strié longitudinalement
Chair: épaisse, ferme dans le chapeau mais devient molle avec l'âge. Elle est d'ailleurs assez rapidement la proie des larves. Elle est cotonneuse et élastique dans le pied à l'état jeune puis fibrilleuse. Elle est toujours blanchâtre dans tout le champignon
Odeur: fromage blanc, cyanique, rappelle un peu celle de la farine moisie
Saveur: douce, un peu aigrelette, farine
Habitat: septembre-novembre, bois de feuillus que de résineux, groupe de plusieurs individus, formant parfois des "ronds de sorcière", très commun
Confusion: Entolome livide (Entoloma lividum, Entoloma sinuatum, Rhodophyllus sinuatus, Agaricus lividus) - Attention, car très toxique et localement fréquent. -, Meunier, Clitopile petite prune (Clitopilus prunulus), Tricholome de la Saint-Georges, Mousseron de printemps (Calocybe gambosa) - quoique ne poussant pas durant la même saison.
Confusion également possible avec le Tricholome colombette, quoique ce dernier soit très rare en Suisse romande. -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: Comestible mais provoque des intolérances. A peler avant consommation. Attention à ne pas confondre avec Entoloma lividum qui peut être mortel. Bien le blanchir, bien le cuire. Cru peut provoquer des troubles digestifs.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles non libres > Lamelles décurrentes > Sans anneau > Pied grêle ou en massue > Lamelles non bifurquées > Odeur d'amande amère ou anis > Clitocybe

Télécharger la fiche en PDF
  • clitocybe_nebularis_0
  • clitocybe_nebularis_01
  • clitocybe_nebularis_02
  • clitocybe_nebularis_03
  • clitocybe_nebularis_10
  • clitocybe_nebularis_11
  • clitocybe_nebularis_12
  • clitocybe_nebularis_13
  • clitocybe_nebularis_14
  • clitocybe_nebularis_15
  • clitocybe_nebularis_16
  • clitocybe_nebularis_17
  • clitocybe_nebularis_18
  • clitocybe_nebularis_19
  • clitocybe_nebularis_20
  • clitocybe_nebularis_21
  • clitocybe_nebularis_25
  • clitocybe_nebularis_26
  • clitocybe_nebularis_27
  • clitocybe_nebularis_28
  • clitocybe_nebularis_30
  • clitocybe_nebularis_31
  • clitocybe_nebularis_32
  • clitocybe_nebularis_34
  • clitocybe_nebularis_35

Clitocybe odorant

Publié dans Clitocybe

Clitocybe odorant

Clitocybe odora

Chapeau: 3-7cm, convexe puis s'aplatissant, à marge enroulée au début, puis étalée, largement ondulée à la fin, unie. Chapeau parfois largement omboné, sec, finement fibrilleux-soyeux, hygrophane, de couleur bleu verdâtre à gris verdâtre, surtout au disque, parfois partiellement décoloré et paraissant givré ou pruineux, peut blanchir dans l'âge, sec, non visqueux
Lames: fines et espacées, légèrement décurrentes, à lamelle et lamellules intercalées, parfois fourchues, interveinées et souvent veinées sur les faces (et sur le fond, surtout sur vieux sujets), de couleur blanche à blanchâtre à reflets verdâtres
Pied: sans anneau, 8 x 1.5cm, fibrilleux et pruineux, souvent flexueux, s'épaississant plus ou moins à la base, de couleur bleu verdâtre pâle, plus clair vers la base, blanc, chamois ou concolore au chapeau, parfois courbe, farci puis creux, glabre à fibrilleux-strié, lisse, luisant, duveteux blanc et spongieux à la base
Chair: épaisse au disque, mince vers la marge, blanchâtre ou teintée de la couleur du chapeau, élastique
Odeur: fortement et suavement anisée, même lorsqu'il est seché
Saveur: fortement et suavement anisée, même lorsqu'il est seché, douce
Habitat: juillet-novembre, principalement dans les bois de feuillus, moins fréquemment sous les conifères, parfois en lisière, souvent en petits groupes, sur terrains à tendance calcaire
Confusion: Clitocybe blanchi (Clitocybe dealbata, Clitocybe rivulosa) - et autres Clitocybes blancs, Clitocybe fragrans (Clitocybe parfumé, toxique, qui présente une odeur très similaire et tout aussi forte, mais sans aucune teinte bleu-vert) -

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: Comestible de bonne qualité, il est le plus souvent utilisé comme condiment vu son odeur intense d'anis. Il pâlit parfois au point d'être proche d'aspect des clitocybes blancs mais même dans ces conditions, son parfum puissant évitera la confusion

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles non libres > Lamelles décurrentes > Sans anneau > Pied grêle ou en massue > Lamelles non bifurquées > Odeur d'amande amère ou anis > Clitocybe

Télécharger la fiche en PDF
  • clitocybe_odora_05
  • clitocybe_odora_06
  • clitocybe_odora_10
  • clitocybe_odora_11
  • clitocybe_odora_12
  • clitocybe_odora_13
  • clitocybe_odora_14

Clitocybe squamuleux

Publié dans Clitocybe

Clitocybe squamuleux

Clitocybe squamulosa

Chapeau: 3-8cm, étalé au début, vite déprimé à infundibuliforme, sec à légèrement collant, apparaissant glabre à l'humidité, squamuleux au disque et fibrilleux vers la marge au sec, subhygrophane, brunâtre orangé, chamois cannelle, beige à tan à l'humidité, chamois rosâtre sombre avec l'âge, à marge incurvée au début, parfois ondulée à sinuée avec l'âge, érodée, parfois striée
Lames: arquées à décurrentes, larges et serrées, de couleur blanchâtre à crème ou beige clair, parfois fourchues et interveinées
Pied: sans anneau, parfois excentré, égal à subclavé vers la base, parfois comprimé, sec, farci puis creux, glabre à l'humidité, légèrement fibrilleux-strié au sec, concolore au chapeau, avec tomentum blanchâtre à chamois aqueux ou avec du mycélium blanc
Chair: mince, flexible, blanchâtre, chamois aqueux à chamois rosâtre
Odeur: faiblement fongique à farineuse
Saveur: indistincte à désagréable ou farineuse
Habitat: mai-octobre, essentiellement dans les bois de résineux, appréciant la couverture des sapins, mais aussi parfois sous les feuillus
Confusion: Clitocybe inversé, Clitocybe flasque, Lépiste chamois (Lepista flaccida, Clitocybe inversa, Lepista inversa, Lepista gilva) - très semblable, diffère par son chapeau tan rosâtre, son pied blanchâtre à jaunâtre, contrastant avec le chapeau, et sa pousse sous feuillus -

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: commun se développe aussi bien seul qu'en groupes de quelques individus

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles non libres > Lamelles décurrentes > Sans anneau > Pied grêle ou en massue > Lamelles non bifurquées > Odeur d'amande amère ou anis > Clitocybe

Télécharger la fiche en PDF
  • clitocybe_squamulosa_10
  • clitocybe_squamulosa_11
  • clitocybe_squamulosa_12
  • clitocybe_squamulosa_13
  • clitocybe_squamulosa_14
  • clitocybe_squamulosa_15

Leucopaxille gigantesque, Clitocybe géant

Publié dans Clitocybe

Leucopaxille gigantesque, Clitocybe géant

Leucopaxillus giganteus

Chapeau: 10-30cm, ombiliqué et en entonnoir, duveteux sur une marge sinuée et lisse, non hygrophane, blanchâtre virant au jaunâtre dans l'âge, sec, mat, presque velouté, craquelé au centre par le sec, parfois zoné selon le degré hydrométrique. Marge enroulée chez le jeune, s'étalant ensuite, ondulée, cannelée, souvent échancrée
Lames: fines, serrées et décurrentes, de couleur blanchâtre à crème, étroites, fourchues, très serrées, blanches à crèmes, séparables de la chair du chapeau
Pied: sans anneau, massif, trapu, court et coriace, de la même couleur que le chapeau, s'évasant à pointu vers la base
Chair: blanche, ferme, épaisse
Odeur: fongique
Saveur: douce
Habitat: août-octobre, prés pâturés ou non, jardins, parcs clairières et lisières de bois pour peu qu'il y ait de l'herbe, taillis, friches, grégaire, en rond de sorcières, brûlant l'herbe alentour par émission du mycélium de substances antibiotiques (clitocybine) et acide cyanhydrique
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: l'un des plus gros "clitocybes".
Considéré comme comestible par certains, il peut toutefois être mal digéré par d'autres

Toxicité: ne pas le consommer cru, la chaleur au delà des 30° évaporant l'acide cyanhydrique qu'il contient - syndrôme: gastro-intestinal (= résinoïdien) (poison: Chitine, tréhalose, mannitol, etc.); symptômes: Latence: 3-6 heures, puis nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées.; remarques: Ce syndrome provoque essentiellement des nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées. Ce syndrome peut être provoqué par une multitude d'espèces de champignons et par diverses causes. Les champignons comestibles mangés en trop grandes quantité peuvent provoquer ce syndrome car les champignons contiennent des molécules peu digestes (chitine) et/ou uniques aux champignons (tréhalose, mannitol). Les personnes ayant un déficit en tréhalase (enzyme qui dégrade le tréhalose) peuvent avoir des diarrhées. Certaines espèces, dans certains cas, peuvent être toxiques: Armillaria sp., Lepista sp., Agaricus xanthoderma (Agaric jaunissant)

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles non libres > Lamelles décurrentes > Sans anneau > Pied grêle ou en massue > Lamelles non bifurquées > Odeur d'amande amère ou anis > Clitocybe

Télécharger la fiche en PDF

Tête de moine, Clitocybe géotrope

Publié dans Clitocybe

Tête de moine, Clitocybe géotrope

Clitocybe ou Infundibulicybe geotropa

Chapeau: 10-25cm, convexe à hémisphérique puis étalé, mamelonné, déprimé à infundibuliforme, souvent omboné à gibbeux, sec à humide, finement fibrilleux-apprimé, mais apparaissant glabre, parfois squamuleux avec l'âge, légèrement cotonneux vers la marge, non hygrophane, terne, brun cuir au début, puis chamois rosâtre à rosâtre, plus pâle ou uniformément blanchâtre lorsqu'exposé, à marge longtemps enroulée à incurvée, éventuellement relevée, parfois ondulée à lobée, souvent striée-sillonnée, Il a tendance à pâlir avec l'âge ou par temps sec. La marge est incurvée et mince dans sa jeunesse puis se déroule de façon irrégulière
Lames: décurrentes, étroites, jusqu'à 0,5 cm de largeur, atténuées près du pied, fourchues vers la marge du chapeau, souvent veinées et anastomosées, légèrement feutrées sur les faces, serrées à très serrées, blanchâtres, crème sombre à chamois rosâtre pâle, à arêtes érodées avec l'âge. Elles ne se brisent pas sous la pression des doigts et sont souples
Pied: sans anneau, égal ou élargi vers la base jusqu'à 6 cm de largeur, parfois subventru, ferme, flexible, cylindrique, court, robuste, spongieux et cotonneux à la base, et s'élargit de haut en bas en forme de massue. Il devient élastique avec l'âge. De même couleur que le chapeau, sa surface est soyeuse. Il est plein, strié de fibrilles blanches sur fond chamois aqueux, parfois avec tomentum blanc à la base
Chair: épaisse au disque, mince vers la marge, ferme, blanche, élastique, sauf dans le pied où elle est coriace
Odeur: fongique, agréable à aromatique, de lavande, d'amande amère ou de cyanure
Saveur: faible, douce à légèrement acidulée
Habitat: septembre-novembre, sol calcaire, humus ou feuilles des forêts de feuillus ou mixtes et dans les prairies, lisières, solitaire, dispersé, grégaire, rarement subcespiteux ou souvent en cercle de sorcière
Confusion: Leucopaxille gigantesque, Clitocybe géant (Leucopaxillus giganteus)

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: Ressemble en beaucoup plus grand au Clitocybe en entonnoir et se prépare comme lui. Excellent aussi avec de l'ail et du persil. Ne manger que le chapeau, le pied devenant vite coriace.
Son surnom de tête de moine vient du fait que, dans sa jeunesse, quand son minuscule chapeau, très largement mamelonné, trône sur un pied très court et tout rond, son chapeau présente alors une surface lisse et glabre, jaunâtre pourrait faire penser à un crâne de moine rasé de frais

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles non libres > Lamelles décurrentes > Sans anneau > Pied grêle ou en massue > Lamelles non bifurquées > Odeur d'amande amère ou anis > Clitocybe

Télécharger la fiche en PDF
  • clitocybe_geotropa_01
  • clitocybe_geotropa_03
  • clitocybe_geotropa_04
  • clitocybe_geotropa_10
  • clitocybe_geotropa_11
  • clitocybe_geotropa_14
  • clitocybe_geotropa_15
  • clitocybe_geotropa_16
  • clitocybe_geotropa_17
  • clitocybe_geotropa_19
  • clitocybe_geotropa_20
  • clitocybe_geotropa_21
  • clitocybe_geotropa_23
  • clitocybe_geotropa_24
  • clitocybe_geotropa_25
  • clitocybe_geotropa_26
  • clitocybe_geotropa_27
  • clitocybe_geotropa_28
  • clitocybe_geotropa_29
  • clitocybe_geotropa_30