Hygrophorus

Famille: Hygrophorataceae
Genre: Hygrophorus
Chapeau: souvent poisseux, généralement nu
Lames: adnées, épaisses, souvent espacées, , adhérentes à décurrentes, trame bilatérale
Pied: épais à mince, visqueux ou sec, sans anneau, rarement avec zone annulaire visqueuse
Remarque: mycorrhizien

Clitocybe orangé, fausse Chanterelle orangée

Publié dans Hygrophorus

Clitocybe orangé, fausse Chanterelle orangée

Hygrophoropsis aurantiaca

Chapeau: 3-10 cm, convexe puis étalé et déprimé en entonnoir, marge fine, largement enroulée, feutrée, plus claire que le centre, cuticule séparable, fragile, sèche, jamais grasse, finement feutrée, d'une couleur pouvant aller du jaune pâle à l'orange vif
Lames: peu larges, assez serrées, épaisses, très décurrentes, flasques, faciles à séparer, fourchues, de jaune pâle à orange vif parfois presque rouges dans l'âge
Pied: centré à excentré, subégal ou élargi vers la base, souvent courbe, grêle, mou-fibreux, plein, farci puis creux, glabre, fibrilleux-strié ou finement velouté à subtomenteux, sec, jaunâtre, orangé, brun orangé, ochracé à bistré, fuligineux avec l'âge, surtout vers la base
Chair: épaisse au centre, mince vers la marge, molle, cotonneuse-floconneuse, blanchâtre, jaunâtre, orangée ou concolore à la surface du chapeau
Odeur: douce, fongique
Saveur: douce, amarescente
Habitat: août-octobre, solitaire, dispersé à grégaire, près ou sur bois pourri, souvent de conifères
Confusion: Chanterelle, Girolle (Cantharellus cibarius) - La chanterelle a des plis, le Clytocybe orangé a des lames.
Attention à la confusion avec le clitocybe de l'olivier (pas présent en Suisse) qui est très toxique. -

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: À cause de ses lames fourchues et de sa couleur orangée, elle passe parfois pour une chanterelle. Cette dernière diffère par sa couleur jaune d'oeuf, ses plis lamelliformes à maturité et son odeur fruitée. La confusion ne porte pas à conséquence.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles assez épaisses, espacées, molles, consistance cireuse > Chapeau non blanc ou visqueux > Chapeau terne ou sombre, ou blanc et visqueux > Hygrophorus

Télécharger la fiche en PDF
  • hygrophoropsis_aurantiaca_10
  • hygrophoropsis_aurantiaca_11
  • hygrophoropsis_aurantiaca_12
  • hygrophoropsis_aurantiaca_13

Hygrophore à dents d'or, Hygrophore à dents jaunes

Publié dans Hygrophorus

Hygrophore à dents d'or, Hygrophore à dents jaunes

Hygrophorus chrysodon

Chapeau: 3-7cm, convexe puis étalé-mamelonné. Revêtement collant, légèrement visqueux à l'humide, vite sec, brillant, blanc, marge longtemps enroulée, floconneuse à flocons blancs et jaunes. Jaunâtre au centre, entièrement orné de délicats granules floconneux jaune d'or
Lames: adnées, faiblement décurrentes, peu serrées, modérément larges, épaisses, minces à l'arête, interveinées, molles, assez cireuses, subespacées, blanchâtres, à arêtes parfois poudreuses jaunes
Pied: sans anneau, cylindrique, blanc, plus ou moins envahi de flocons jaunes au sommet, farci, visqueux, pouvant former un anneau ou une zone annuliforme imparfait
Chair: épaisse, molle, blanche, parfois teintée de rougeâtre
Odeur: fongique à légèrement désagréable
Saveur: douce à amarescente
Habitat: septembre-novembre, en groupe ou solitaire sous conifères ou feuillus, essentiellement sous hêtres, épicéas
Confusion: Hygrophore blanc ivoire (Hygrophorus eburneus) - si l'on fait abstraction du bord du chapeau -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: c'est un des hygrophores les plus jolis et faciles à reconnaître

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles assez épaisses, espacées, molles, consistance cireuse > Chapeau non blanc ou visqueux > Chapeau terne ou sombre, ou blanc et visqueux > Hygrophorus

Télécharger la fiche en PDF
  • hygrophorus_chrysodon_01
  • hygrophorus_chrysodon_10
  • hygrophorus_chrysodon_11
  • hygrophorus_chrysodon_14
  • hygrophorus_chrysodon_15
  • hygrophorus_chrysodon_16
  • hygrophorus_chrysodon_17

Hygrophore blanc ivoire

Publié dans Hygrophorus

Hygrophore blanc ivoire

Hygrophorus eburneus

Chapeau: 3-8cm, blanc pur à ivoire stable avec l'âge, cuticule visqueuse, conique-obtus au stade juvénile ou très convexe, puis légèrement convexe, assez charnu, vite étalé et un peu déprimé avec l'âge, plus ou moins mamelonné dans la dépression. Marge étroitement enroulée jusqu'à la maturité puis aiguë. Cuticule luisante et très glutineuse par temps humide
Lames: peu décurrentes, épaisses, fermes, espacées, adnées-échancrées ou uncinées-décurrentes, blanchâtres ou teintées d'ocre saumon pâle
Pied: sans anneau, blanc puis plus ou moins teinté de paille ou de roussâtre pâle, extrémité supérieure sèche, furfuracée, visqueux au-dessous, base pointue, long, svelte, cylindrique, plein, souvent creux dans l'âge, plus ou moins onduleux ou tordu-genouillé à la base
Chair: épaisse, assez ferme, souple mais cassante mais , fibreuse dans le pied
Odeur: très acide, assez typique, peau de mandarine, savon
Saveur: neutre, un peu douceâtre
Habitat: septembre-novembre, bois de feuillus, surtout sous hêtre, feuilles mortes, sol neutre à calcaire, assez fréquent
Confusion: Hygrophore à dents d'or, Hygrophore à dents jaunes (Hygrophorus chrysodon) - et autres petits hygrophores.
Attention à éviter l'Hygrophore à odeur de chenille (Hygrophorus cossus), très désagréable au goût, quoique non toxique. -

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: Comestible en garniture, l'odeur désagréable disparait à la cuisson, ce qui est le cas de tous les hygrophores ayant la même odeur. Devient visqueux à la cuisson.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles assez épaisses, espacées, molles, consistance cireuse > Chapeau non blanc ou visqueux > Chapeau terne ou sombre, ou blanc et visqueux > Hygrophorus

Télécharger la fiche en PDF
  • hygrophorus_eburneus_01
  • hygrophorus_eburneus_02
  • hygrophorus_eburneus_03
  • hygrophorus_eburneus_04
  • hygrophorus_eburneus_05
  • hygrophorus_eburneus_06
  • hygrophorus_eburneus_09

Hygrophore de mars

Publié dans Hygrophorus

Hygrophore de mars

Hygrophorus marzuolus

Chapeau: 4-15cm, charnu, convexe puis plat mais déformé et gibbeux, cuticule légèrement visqueuse vite sèche, séparable sur la moitié du rayon, blanchâtre dans la jeunesse puis gris pâle marbré à gris sombre, gris noir, marge mince, sinueuse, concolore
Lames: adnées, moyennement décurrentes, assez espacées, inégales, épaisses, blanc terne puis grisâtres et enfin jaunissantes dans l'âge
Pied: sans anneau, ferme, plein, robuste, irrégulier, généralement coudé et atténué à la base, gris blanchâtre plus foncé en son sommet, rayé longitudinalement
Chair: épaisse et ferme, non hygrophane, blanche
Odeur: agréable, rose
Saveur: douce
Habitat: janvier-avril, bois de résineux, rarement feuillus, dès 800m, terrain calcaire, en groupes, rare
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: visible dès les premières fontes de neige, c'est généralement le premier champignon de l'année

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles assez épaisses, espacées, molles, consistance cireuse > Chapeau non blanc ou visqueux > Chapeau terne ou sombre, ou blanc et visqueux > Hygrophorus

Télécharger la fiche en PDF
  • hygrophorus_marzuolus_01
  • hygrophorus_marzuolus_02
  • hygrophorus_marzuolus_03
  • hygrophorus_marzuolus_04
  • hygrophorus_marzuolus_05
  • hygrophorus_marzuolus_06
  • hygrophorus_marzuolus_07
  • hygrophorus_marzuolus_08
  • hygrophorus_marzuolus_09
  • hygrophorus_marzuolus_10
  • hygrophorus_marzuolus_11
  • hygrophorus_marzuolus_12
  • hygrophorus_marzuolus_13
  • hygrophorus_marzuolus_14
  • hygrophorus_marzuolus_16
  • hygrophorus_marzuolus_17
  • hygrophorus_marzuolus_18
  • hygrophorus_marzuolus_19
  • hygrophorus_marzuolus_20
  • hygrophorus_marzuolus_21
  • hygrophorus_marzuolus_22
  • hygrophorus_marzuolus_23

Hygrophore des bois

Publié dans Hygrophorus

Hygrophore des bois

Hygrophorus nemoreus

Chapeau: 4-10cm, d'abord hémisphérique ou conique obtus, puis convexe ou en forme de soucoupe, fréquemment mamelonné, de couleur fauve incarnat à roux orangé mais de couleur plus vive au centre. Sa cuticule est sèche à très légèrement lubrifiée, matte, fibrilleuse, vergetée radialement, pruineuse au centre, ocre-jaunâtre, fauve-orangé, brun-orangé, recouverte de fines rides ou fibrilles innées qui sont en général plus colorées que le fond et réunies entre elles. Marge incurvée, enroulée, très légèrement échancrée et floconneuse dans la jeunesse, plus pâle que le disque à presque blanchâtre, fendillée coupée dans l'âge
Lames: espacées, épaisses, adnées ou décurrentes, de couleur crème, avec un léger reflet rouge saumon, étroites, sinuées, entremêlées de lamellules
Pied: sans anneau, généralement pointu, souvent courbé à la base ou tordu, aminci vers la base, de couleur blanchâtre plus ou moins lavé de roussâtre, discrètement farineux au sommet et un peu rayé-fibrilleux ailleurs
Chair: assez tendre, blanche ou teintée d'orangé pâle sous la cuticule
Odeur: légèrement farineuse
Saveur: douce, légèrement farineuse
Habitat: septembre-novembre, bois clairs et taillis de feuillus, appréciant la présence de chênes et des châtaigniers, de préférence en terres calcaires, assez rare
Confusion: Hygrophore pudibond (Hygrophorus pudorinus) - également avec Hygrophore des prés, assez rare en Suisse romande -

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: assez rare se développe le plus souvent en petits groupes de quelques individus. Considéré comme comestible, sa rareté incitera toutefois l'amateur à le laisser sur place

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles assez épaisses, espacées, molles, consistance cireuse > Chapeau non blanc ou visqueux > Chapeau terne ou sombre, ou blanc et visqueux > Hygrophorus

Télécharger la fiche en PDF
  • hygrophorus_nemoreus_01
  • hygrophorus_nemoreus_10
  • hygrophorus_nemoreus_11
  • hygrophorus_nemoreus_14

Hygrophore pudibond

Publié dans Hygrophorus

Hygrophore pudibond

Hygrophorus pudorinus

Chapeau: 5-10cm, campanulé, obtus à convexe puis largement convexe à étalé-mamelonné, visqueux, lisse, carné pâle, rosâtre, orange rosâtre à tan pâle vers le centre, plus pâle vers le bord, à marge enroulée et finement duveteuse blanche au début, unie
Lames: adnées à subdécurrentes, étroites, épaisses, acuminées aux deux extrémités, parfois fourchues, interveinées, molles, cireuses, subespacées, rosâtres, carné pale à saumonées, parfois blanchâtres, non tachées de rougeâtre
Pied: sans anneau, égal à atténué vers la base, parfois irrégulier, parfois tordu, trapu, compact, plein, typiquement sec, parfois viscidule vers la base lorsqu'imbu, distinctement ponctué-floconneux de blanc vers l'apex avec l'âge, à écailles ou points devenant saumonés à brun rougeâtre avec l'âge et au sec, parfois fibrilleux-apprimé vers la base, blanchâtre ou teinté de chamois à carné, visqueux lorsqu'il est jeune
Chair: épaisse, ferme, compacte, blanche, rosâtre à orangée sous la cuticule
Odeur: odeur indistincte, de fleurs et de résine
Saveur: indistincte à désagréable, amère, de térébenthine
Habitat: septembre-novembre, sur sol sous conifères, en milieux marécageux, moussus, très commun en montage, plus rare en pleine
Confusion: Hygrophore des bois (Hygrophorus nemoreus)

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: immangeable à cause de son fort goût de térébenthine qui s'accentue encore à la cuisson, très commun dans nos forêts

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles assez épaisses, espacées, molles, consistance cireuse > Chapeau non blanc ou visqueux > Chapeau terne ou sombre, ou blanc et visqueux > Hygrophorus

Télécharger la fiche en PDF
  • hygrophorus_pudorinus_10
  • hygrophorus_pudorinus_11
  • hygrophorus_pudorinus_13
  • hygrophorus_pudorinus_14
  • hygrophorus_pudorinus_15
  • hygrophorus_pudorinus_16
  • hygrophorus_pudorinus_17
  • hygrophorus_pudorinus_18
  • hygrophorus_pudorinus_19

Hygrophore russule

Publié dans Hygrophorus

Hygrophore russule

Hygrophorus russula

Chapeau: 5-15cm, convexe bosselé puis s'aplatissant avec dépression au centre, visqueux avec l'humidité, vite sec, lisse au début, puis avec fines plaques fibrilleuses-apprimées donnant un aspect granuleux à subécailleux au disque, rose corail à rouge vineux, souvent strié de fibrilles rouge pourpré, rose vineux à vineux foncé sur fond blanchâtre vers le centre, souvent rosâtre à blanchâtre et avec zone de taches pourpré aqueux vers la marge, se tachant parfois de jaunâtre avec l'âge ou au froissement, à marge longtemps enroulée à incurvée, puis souvent relevée, finement cotonneuse-pubescente
Lames: adnées-tronquées, parfois adnexées à subdécurrentes, étroites à modérément larges, acuminées aux deux extrémités, molles, légèrement cireuses, avec lamellules, serrées à très serrées, blanchâtres au début, vite lavées de rose et se tachant de rouge pourpré sordide à rouge vin avec l'âge, parfois entièrement rouge pourpré, à arêtes entières
Pied: sans anneau, souvent trapu, atténué vers la base ou parfois, plein, pruineux vers l'apex, lisse vers la base, sec, blanc au début, vite lavé, strié ou taché de rose, rougeâtre à rouge vin
Chair: épaisse, très dure, ferme, blanchâtre ou teintée de rosâtre
Odeur: douce
Saveur: douce à parfois amarescente selon les exemplaires, tendance à devenir amer avec l'âge
Habitat: août-novembre, bois de feuillus, lisières et chemins de ceux-ci, appréciant surtout hêtres et chênes, fréquents par endroit
Confusion: Lactaire poivré (Lactarius piperatus) - exsude un lait blanchâtre à la coupe -, Lactaire velouté (Lactarius vellereus) - exsude un lait blanchâtre à la coupe -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: considéré comme comestible à l'état juvénile mais il a tendance à devenir rapidement amer. Il faut goûter chaque exemplaire si l'on veut le consommer

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles assez épaisses, espacées, molles, consistance cireuse > Chapeau non blanc ou visqueux > Chapeau terne ou sombre, ou blanc et visqueux > Hygrophorus

Télécharger la fiche en PDF
  • hygrophorus_russula_10
  • hygrophorus_russula_11
  • hygrophorus_russula_12
  • hygrophorus_russula_13
  • hygrophorus_russula_14
  • hygrophorus_russula_15
  • hygrophorus_russula_16
  • hygrophorus_russula_17
  • hygrophorus_russula_18
  • hygrophorus_russula_19
  • hygrophorus_russula_20