Lépiote à spores ventrues

Publié dans Lepiota

Lépiote à spores ventrues

Lepiota ventriosospora

Chapeau: 4-8cm, ovoïde devenant conique, convexe puis s'aplanissant surtout par temps humide, de couleur de fond blanchâtre à crème, recouvert de petites écailles rousses, à mamelon de même couleur et à marge floconneuse
Lames: fines et moyennement serrées, libres, de couleur blanchâtre à crème
Pied: anneau fait des restes de voiles blancs à blanchâtres légers, le plus souvent inexistants. Pied cylindrique, fibreux, creux, couvert de flocons blanchâtres à jaunâtres surtout vers la base plus foncée et plus laineuse
Chair: blanchâtre légèrement jaune en surface et roussâtre pâle à la base du pied
Odeur: faiblement végétale
Saveur: désagréable
Habitat: juillet-octobre, bois de feuillus, appréciant particulièrement les chênes, les charmes mais aussi sous conifères, principalement sous les épicéas
Confusion: Lépiote à crête, Lépiote crêtée (Lepiota cristata), Lépiote en bouclier (Lepiota clypeolaria)

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: ne pas consommer les Lépiotes inférieures à 10cm, généralement toutes toxiques, voire mortelles

Toxicité: syndrôme: phalloïdien (poison: Phallotoxine, phallolysine, amatoxine); symptômes: Phase de latence: 10-35 heures, puis phase d'attaque digestive: les premiers symptômes provoquent des nausées, des vomissements violents, des diarrhées, des douleurs abdominales. Le danger de cette première phase est la déshydratation et l'hypovolémie (le manque de sang) voire même une insuffisance rénale. Phase de rémission: les symptômes précédents régressent entre la 36ème et la 48ème heure. Finalement phase d'atteinte hépatique: il s'agit d'une atteinte grave du foie (hépatite). Cette phase aboutit soit vers la guérison en 4 à 8 semaines, soit vers le décès dès le 6e jour, plus généralement dans la deuxième semaine.; remarques: Dose létale, 0.1mg/kg, soit 7mg pour un individu de 70kg, ce que peut contenir un seul spécimen d'amanite phalloïde ou 50g de ce champignon frais. Longue incubation silencieuse de 6 à 48 heures. L'atteinte est hépatique et rénale. Le décès a lieu dans les 5 à 6 jours par asphyxie ou par syncope. Dans les années 60-65, la mortalité était de 30 à 50%. Elle est encore de 15 à 20% actuellement, après hospitalisation. Les principales espèces responsables sont les amanites phalloïdes, verna, virosa, les petites lépiotes helveola, brunneoincarnata, castanea ainsi que galerina marginata, galerina autumnalis et conocybe filaris.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles libres > Chapeau sec, fibrilleux ou écailleux > Pied moins de 15 cm > Chapeau non farineux > Lepiota

Télécharger la fiche en PDF
  • lepiota_ventriosospora_10
  • lepiota_ventriosospora_11
  • lepiota_ventriosospora_12
  • lepiota_ventriosospora_13
  • lepiota_ventriosospora_14
  • lepiota_ventriosospora_15
  • lepiota_ventriosospora_16
  • lepiota_ventriosospora_17
  • lepiota_ventriosospora_19
  • lepiota_ventriosospora_20
  • lepiota_ventriosospora_21