Pezizaceae

Cyathe strié

Publié dans Peziza

Cyathe strié

Cyathus striatus

Chapeau: 5-10mm, plus ou moins cylindrique puis en cône inversé, élancé, légèrement tubiforme, ressemblant à un nid d'oiseau miniature, avec un feutrage mycélien basal brun cannelle, couvert d'une membrane mince, blanche et fugace au début (épiphragme), à face externe strigueuse, brun chocolat, brique foncé à gris brunâtre, à face interne distinctement striée-plissée sur toute la hauteur, parfois légèrement à indistinctement côtelée, luisante, blanc grisâtre à grisâtre, contrastante, à marge enroulée vers l'intérieur au début
Lames: sans lames, surface extérieure couverte entièrement de poils bruns et raides, intérieur glabre, gris, fond avec petits grains en forme de lentilles: les péridioles, de 1 à 2 mm de diamètre, grises puis brun-noir
Pied: sans anneau, sans pied
Chair: fine
Odeur: neutre, faible
Saveur: neutre, faible
Habitat: septembre-novembre, principalement sur souches, troncs et branches mortes (souvent recouverts de mousse) enfouis ou non, dans les bois de feuillus et de conifères
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: relativement commun, mais de part sa taille et sa couleur, il reste très discret et difficile à observer. Rarement seul mais plutôt en colonie de nombreux individus, sur débris ligneux, branches mortes à terre, souches, aussi bien de feuillus que de résineux, avec une nette préférence pour la forte humidité, les gouttes d'eau éjectent les péridioles hors du nid, disséminant ainsi les spores du champignon.

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Forme d'origine pas sphérique > Forme n'est pas une tige simple en masse, ni en branche ramifiée, chair peu épaisse, cassante comme de la cire > Pas de pied distinct > Ni rouge, ni orangé > En forme de coupe, ne s'enroulant pas en forme de cornet > Coupe ne s'ouvrant pas en étoile, ocracé à brun fauve > Intérieur ocracé, lisse > Peziza

Télécharger la fiche en PDF
  • cyathus_striatus_10
  • cyathus_striatus_11

Oreille de lièvre

Publié dans Otidaceae

Oreille de lièvre

Otidea onotica

Chapeau: 3-10cm, dressée, asymétrique, en cuillère, oreille allongée ou coupe, avec un côté ouvert ou fendu, à marge plus ou moins enroulée, ondulée, glabre
Lames: sans lame, face interne lisse, crème rosé, abricot, teintée de rosâtre, parfois tachée de rouille à la fin. Face externe finement granuleuse, jaunâtre à jaune orangé pâle
Pied: sans anneau, rudimentaire, très court, atténué vers la base, poilu à duveteux, blanchâtre, arrivant d'un mycélium relié à la litière, enfoncé dans la mousse ou la litière
Chair: rudimentaire, très court, atténué vers la base, poilu à duveteux, blanchâtre, arrivant d'un mycélium relié à la litière, élastique
Odeur: indistincte
Saveur: indistincte
Habitat: août-octobre, souvent en troupes denses, parfois solitaire ou dispersé, saprotrophe, sur sol des forêts de feuillus, apprécie la couverture des chênes, la litière et la terre nue
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: aussi nommée Oreille de lapin

Télécharger la fiche en PDF
  • otidea_onotica_10
  • otidea_onotica_11
  • otidea_onotica_12

Pézize à suc jaunissant

Publié dans Peziza

Pézize à suc jaunissant

Peziza succosa, Aleuria succosa

Chapeau: 2-5cm, irrégulièrement cupuliforme puis étalée, à marge parfois subondulée, lisse, ridé, contracté au centre, gris-brun ou brun jaunâtre, face externe pruineuse, plus pâle que l'hyménophore
Lames: néant
Pied: sans anneau, sans pied
Chair: blanche, cassante, très mince, translucide, exsudant un liquide hyalin peu abondant qui jaunit la chair à la cassure
Odeur: neutre, faiblement fongique
Saveur: neutre
Habitat: juillet-octobre, sol des forêts, indifféremment résineux ou feuillus, occasionnelle
Confusion: Pézize vésiculeuse (Peziza vesiculosa) - avec lait jaunissant -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: lait blanc devenant jaunâtre à la cassure ou la coupe, ce qui le distingue des autres espèces de la famille, faible consistance, considéré comme non comestible

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Forme d'origine pas sphérique > Forme n'est pas une tige simple en masse, ni en branche ramifiée, chair peu épaisse, cassante comme de la cire > Pas de pied distinct > Ni rouge, ni orangé > En forme de coupe, ne s'enroulant pas en forme de cornet > Coupe ne s'ouvrant pas en étoile, ocracé à brun fauve > Intérieur ocracé, lisse > Peziza

Télécharger la fiche en PDF
  • peziza_succosa_10
  • peziza_succosa_11
  • peziza_succosa_12
  • peziza_succosa_13
  • peziza_succosa_18
  • peziza_succosa_19
  • peziza_succosa_20
  • peziza_succosa_21
  • peziza_succosa_22
  • peziza_succosa_23
  • peziza_succosa_24

Pézize écarlate

Publié dans Peziza

Pézize écarlate

Sarcoscypha coccinea, Peziza coccinea, Plectania coccinea

Chapeau: 1-5cm, en forme de coupe ou d'oreille régulière ou irrégulière plus ou moins fermée, de couleur rouge écarlate à l'intérieur et plus rosé à surface légèrement veloutée à l'extérieur, à marge lisse devenant finement crénelée et rosâtre en vieillissant
Lames: néant
Pied: sans anneau, pied court et trapu, parfois assez long , blanche à légers flocons, devenant rosâtre vers le sommet
Chair: fine et casante
Odeur: nulle
Saveur: nulle
Habitat: janvier-avril, bois pourrissant et les débris ligneux enfouis ou non dans le sol et souvent couverts de mousse, dans les zones humides des bois de feuillus, appréciant particulièrement les branches des noisetiers
Confusion: Pézize orangée (Peziza aurantia, Aleuria aurantia) - plus petite, autre habitat -

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: de forme assez variable. Toujours en relation avec un débris ligneux enterré. Peut servir de touche de décoration sur un plat

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Forme d'origine pas sphérique > Forme n'est pas une tige simple en masse, ni en branche ramifiée, chair peu épaisse, cassante comme de la cire > Pas de pied distinct > Ni rouge, ni orangé > En forme de coupe, ne s'enroulant pas en forme de cornet > Coupe ne s'ouvrant pas en étoile, ocracé à brun fauve > Intérieur ocracé, lisse > Peziza

Télécharger la fiche en PDF
  • sarcoscypha_coccinea_10
  • sarcoscypha_coccinea_11
  • sarcoscypha_coccinea_12
  • sarcoscypha_coccinea_13

Pézize olivâtre

Publié dans Peziza

Pézize olivâtre

Peziza phyllogena, Peziza badioconfusa, Peziza olivacea

Chapeau: 2-10cm, cupuliforme, face interne lisse, brun pourpré, brun rougeâtre ou brun olivâtre, surtout vers le centre, face externe finement granuleuse, brun rougeâtre à brun pourpré, souvent violette vers le point d'attache
Lames: sans lame
Pied: sans anneau, sans pied
Chair: très mince, cassante, brunâtre
Odeur: indistincte
Saveur: indistincte
Habitat: mars-juillet, solitaire ou en petits groupes, saprotrophe, sur sol des forêts de feuillus ou de conifères, mileu humide
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: teintes variables mais la couleur violette de la chair est un élément caractéristique

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Forme d'origine pas sphérique > Forme n'est pas une tige simple en masse, ni en branche ramifiée, chair peu épaisse, cassante comme de la cire > Pas de pied distinct > Ni rouge, ni orangé > En forme de coupe, ne s'enroulant pas en forme de cornet > Coupe ne s'ouvrant pas en étoile, ocracé à brun fauve > Intérieur ocracé, lisse > Peziza

Télécharger la fiche en PDF
  • peziza_phyllogena_10
  • peziza_phyllogena_11
  • peziza_phyllogena_12
  • peziza_phyllogena_13
  • peziza_phyllogena_14
  • peziza_phyllogena_15

Pézize orangée

Publié dans Peziza

Pézize orangée

Peziza aurantia, Aleuria aurantia

Chapeau: 2-10cm, en forme de petites coupes telles des pétales parfois plus ou moins recroquevillés ou étalés, à marge enroulée puis ondulée, de couleur orange vif à l'intérieur et légèrement plus clair à l'extérieur
Lames: néant
Pied: sans anneau, pied très rudimentaire ou inexistant
Chair: fine, fragile, cassante, de même couleur que l'extérieur
Odeur: neutre
Saveur: neutre
Habitat: septembre-novembre, sols nus, chemins, talus et terres fraîchement remuées mais aussi à l'ombre des chemins creux ou des clairières, le plus souvent bordés de châtaigniers, sols argilo-sableux, par groupes de deux ou trois exemplaires formant des sortes de colonies
Confusion: Pézize écarlate (Sarcoscypha coccinea, Peziza coccinea, Plectania coccinea) - plus grande, autre habitat et saison -

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: seule pézize que l'on peut consommer à l'état cru en salade, ou en dessert avec du kirsch ou de l'eau de vie et saupoudrée de sucre

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Forme d'origine pas sphérique > Forme n'est pas une tige simple en masse, ni en branche ramifiée, chair peu épaisse, cassante comme de la cire > Pas de pied distinct > Ni rouge, ni orangé > En forme de coupe, ne s'enroulant pas en forme de cornet > Coupe ne s'ouvrant pas en étoile, ocracé à brun fauve > Intérieur ocracé, lisse > Peziza

Télécharger la fiche en PDF
  • peziza_aurantia_10
  • peziza_aurantia_11
  • peziza_aurantia_12
  • peziza_aurantia_13
  • peziza_aurantia_14
  • peziza_aurantia_15

Pézize veinée

Publié dans Peziza

Pézize veinée

Disciotis venosa

Chapeau: 5-15xcm, en forme de coupe irrégulière, brièvement pédonculée à l'insertion, tordue, plissée ou recroquevillée, à marge lobée et sinueuse fragile et déchirée avec l'âge, face interne brun clair à brun foncé, surface plissée à veinée, face externe toujours plus clair, finement ou grossièrement velue
Lames: néant
Pied: très court à absent
Chair: cassante, blanchâtre
Odeur: forte de chlore, javel
Saveur: un peu amère
Habitat: avril-mai, sous frêne, forêt riveraine, bord de cours d'eau, coupes à blanc, haie, sol argileux, glaiseux, localement commune, saprophyte
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: la Pézize veinée est la plus grande des Pézizes. L'odeur de chlore disparait à la cuisson, indicateur important pour les chasseurs de morilles, les Pézizes veinées poussant au même endroit et moment que les morilles, toutefois environ 15 jours avant elles.

Toxicité: Bien cuire 20 minutes ou sécher avant de consommer. - syndrôme: hémolytique (poison: Hémolysine); symptômes: Latence: de 3 à 24 heures, puis vertiges, incoordination motrice, tremblements, troubles de l'équilibre, céphalées, contractures musculaires, troubles de la vision, de l'accommodation.; remarques: Ce syndrome concerne des espèces comestibles qui doivent être bien apprêtées. Ce syndrome provoque une hémolyse (destruction des globules rouges). Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Amanita vaginata (Amanite vaginée), Amanita rubescens (Amanite rougissante), Morchella sp. (les morilles), Pleurotus sp. (les pleurotes) et Peziza sp. (les pézizes). On peut manger ces champignons mais uniquement s'ils sont bien cuit. La substance toxique est l'hémolysine mais celle-ci est thermolabile (se détruit à la cuisson prolongée).

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Forme d'origine pas sphérique > Forme n'est pas une tige simple en masse, ni en branche ramifiée, chair peu épaisse, cassante comme de la cire > Pas de pied distinct > Ni rouge, ni orangé > En forme de coupe, ne s'enroulant pas en forme de cornet > Coupe ne s'ouvrant pas en étoile, ocracé à brun fauve > Intérieur ocracé, lisse > Peziza

Télécharger la fiche en PDF
  • disciotis_venosa_01
  • disciotis_venosa_20

Pézize vésiculeuse

Publié dans Peziza

Pézize vésiculeuse

Peziza vesiculosa

Chapeau: 4-10cm pour 1-4cm de hauteur, globuleux et fermé au début, s'ouvrant par une déchirure apicale, puis profondément cupuliforme, souvent contournée, à marge souvent incurvée. Face intern finement granuleuse, mate, plus pâle que l'hyménophore
Lames: néant, hyménophore sublisse, se détachant en fines vésicules, brun jaunâtre pâle ou plus foncée
Pied: sans anneau, très court ou inexistant
Chair: mince, très fragile, cassante, pâle
Odeur: neutre
Saveur: nulle
Habitat: mai-octobre, saprotrophe, sur excréments, surtout de chevaux, et les paillis, dans les champignonnières, seule ou en touffes denses
Confusion: Pézize à suc jaunissant (Peziza succosa, Aleuria succosa) - sans lait -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: pousse préférentielle sur excréments de chevaux et paille décomposée. Sa face interne se détache par vésicules au centre. Comme toutes les Pézizes, toxique cru.

Toxicité: Toxique crue - syndrôme: hémolytique (poison: Hémolysine); symptômes: Latence: de 3 à 24 heures, puis vertiges, incoordination motrice, tremblements, troubles de l'équilibre, céphalées, contractures musculaires, troubles de la vision, de l'accommodation.; remarques: Ce syndrome concerne des espèces comestibles qui doivent être bien apprêtées. Ce syndrome provoque une hémolyse (destruction des globules rouges). Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Amanita vaginata (Amanite vaginée), Amanita rubescens (Amanite rougissante), Morchella sp. (les morilles), Pleurotus sp. (les pleurotes) et Peziza sp. (les pézizes). On peut manger ces champignons mais uniquement s'ils sont bien cuit. La substance toxique est l'hémolysine mais celle-ci est thermolabile (se détruit à la cuisson prolongée).

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Forme d'origine pas sphérique > Forme n'est pas une tige simple en masse, ni en branche ramifiée, chair peu épaisse, cassante comme de la cire > Pas de pied distinct > Ni rouge, ni orangé > En forme de coupe, ne s'enroulant pas en forme de cornet > Coupe ne s'ouvrant pas en étoile, ocracé à brun fauve > Intérieur ocracé, lisse > Peziza

Télécharger la fiche en PDF
  • peziza_vesiculosa_10
  • peziza_vesiculosa_12