Morchellaceae

Morille commune

Publié dans Morchella

Morille commune

Morchella esculenta

Chapeau: 4-10 cm, conique ou ovoïde couvert de profondes alvéoles irrégulières séparées par des côtes plus claires, creux, à "marge" soudée au pied, globuleux, oblong, toujours obtus au sommet, plus ou moins adné, alvéoles irrégulières, profondes, côtes généralement plus claires, comme saupoudrées, épaisses, couleur du gris-beige au brun-olive foncé à noirâtre. Le chapeau est creux
Lames: néant
Pied: épais, creux, de couleur blanche à crème, soudé à la base du carpophore et se prolongeant jusqu'à son sommet
Chair: blachâtre, mince et cassante
Odeur: faiblement fongique, vaguement mêlée de senteurs de pomme de terre cuite et de cannelle, surtout pendant la cuisson
Saveur: typique de morille
Habitat: mars-mai, dès 700m d'altitude, endroits humides et zones plus ou moins herbeuses des bois aérés, des bosquets, des lisières de feuillus avec une préférences pour ceux bordés de frênes, en bordure des haies, souvent en association avec le lierre rampant et la ficaire, sols calcinés, déchets de bois (copeaux)
Confusion: Gyromitre comestible (Gyromitra esculenta) - qui n'est pas du tout comestible vu sa toxicité! -, Morille vulgaire (Morchella vulgaris) - et autres morilles rondes -, Morillon, Mitrophore hybride (Mitrophora semilibera, Morchella semilibera, Morchella hybrida)

Consommabilité: excellent (Excellent comestible)

Remarque: Elle prend toute sa saveur une fois séchée. Bien la cuire ou sécher, car elle est toxique crue

Toxicité: bien la cuire, car elle est toxique crue - syndrôme: hémolytique (poison: Hémolysine); symptômes: Latence: de 3 à 24 heures, puis vertiges, incoordination motrice, tremblements, troubles de l'équilibre, céphalées, contractures musculaires, troubles de la vision, de l'accommodation.; remarques: Ce syndrome concerne des espèces comestibles qui doivent être bien apprêtées. Ce syndrome provoque une hémolyse (destruction des globules rouges). Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Amanita vaginata (Amanite vaginée), Amanita rubescens (Amanite rougissante), Morchella sp. (les morilles), Pleurotus sp. (les pleurotes) et Peziza sp. (les pézizes). On peut manger ces champignons mais uniquement s'ils sont bien cuit. La substance toxique est l'hémolysine mais celle-ci est thermolabile (se détruit à la cuisson prolongée).

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Forme d'origine pas sphérique > Forme n'est pas une tige simple en masse, ni en branche ramifiée, chair peu épaisse, cassante comme de la cire > Pied bien distinct, pas de rouge > Pied creux, non veiné et chapeau non noir > Pied robuste, chapeau pas en plaque lobée unie > Chapeau alvéolé, aspect d'une éponge, paroi interne prolonge le pied > Morchella

Télécharger la fiche en PDF
  • morchella_esculenta_01
  • morchella_esculenta_012
  • morchella_esculenta_12
  • morchella_esculenta_13
  • morchella_esculenta_14
  • morchella_esculenta_15
  • morchella_esculenta_16
  • morchella_esculenta_21
  • morchella_esculenta_vulgaris
  • morchella_esculenta_vulgaris_01

Morille cônique

Publié dans Morchella

Morille cônique

Morchella conica

Chapeau: 3-5cm de largeur, 5-9cm de hauteur, conique à piriforme plus ou moins aigu, à alvéoles relativement allongés et aux côtes sinueuses et irrégulières. Deux sortes d'alvéoles: les uns allongés, à côtes pouvant en général se suivre d'un bout à l'autre, les autres, à l'intérieur des premiers, disposés en série, presque carrés, rectangulaires ou oblongs. la couleur est foncée, châtain, ocré, brun bistré, souvent nuancé de gris, les côtes longitudinales étant souvent presque noires, arêtes costales plus foncées. Il est creux
Lames: néant
Pied: sans anneau, plus court que la hauteur du chapeau, creux, ruguleux, ridé à costé à la base, de couleur blanchâtre à faiblement ochracé. Il comporte au sommet un petit espace libre appelé vallécule qui le sépare du chapeau, souvent atténué à la base et irrégulier
Chair: couleur du pied, fine, fragile
Odeur: faible, fongique, devient intense et typique une fois séchée
Saveur: faible, devient intense et typique une fois séchée
Habitat: mars-mai, principalement dans les zones rudérales, aux abords des décharges, décombres et détritus, mais parfois aussi dans bois de résineux, les vergers ou les jardins et même sur les allées empierrées. Plutôt rare, se développe généralement en petites troupes de quelques individus plus ou moins disséminés
Confusion: Morille commune (Morchella esculenta), Morille vulgaire (Morchella vulgaris)

Consommabilité: excellent (Excellent comestible)

Remarque: Prend sa saveur une fois séchée.

Toxicité: toxique cru, à faire cuire minimum 20 minutes ou faire sécher - syndrôme: hémolytique (poison: Hémolysine); symptômes: Latence: de 3 à 24 heures, puis vertiges, incoordination motrice, tremblements, troubles de l'équilibre, céphalées, contractures musculaires, troubles de la vision, de l'accommodation.; remarques: Ce syndrome concerne des espèces comestibles qui doivent être bien apprêtées. Ce syndrome provoque une hémolyse (destruction des globules rouges). Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Amanita vaginata (Amanite vaginée), Amanita rubescens (Amanite rougissante), Morchella sp. (les morilles), Pleurotus sp. (les pleurotes) et Peziza sp. (les pézizes). On peut manger ces champignons mais uniquement s'ils sont bien cuit. La substance toxique est l'hémolysine mais celle-ci est thermolabile (se détruit à la cuisson prolongée).

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Forme d'origine pas sphérique > Forme n'est pas une tige simple en masse, ni en branche ramifiée, chair peu épaisse, cassante comme de la cire > Pied bien distinct, pas de rouge > Pied creux, non veiné et chapeau non noir > Pied robuste, chapeau pas en plaque lobée unie > Chapeau alvéolé, aspect d'une éponge, paroi interne prolonge le pied > Morchella

Télécharger la fiche en PDF
  • morchella_conica_10
  • morchella_conica_11
  • morchella_conica_12
  • morchella_conica_13
  • morchella_conica_15
  • morchella_conica_16
  • morchella_conica_17
  • morchella_conica_19
  • morchella_conica_20
  • morchella_conica_21
  • morchella_conica_22
  • morchella_conica_23
  • morchella_conica_24
  • morchella_conica_25
  • morchella_conica_26
  • morchella_conica_27
  • morchella_conica_28
  • morchella_conica_35
  • morchella_conica_36
  • morchella_conica_37
  • morchella_conica_38
  • morchella_conica_39
  • morchella_conica_41
  • morchella_conica_42
  • morchella_conica_43
  • morchella_conica_44
  • morchella_conica_8

Morille vulgaire

Publié dans Morchella

Morille vulgaire

Morchella vulgaris

Chapeau: 3-7 cm, conique ou ovoïde couvert de profondes alvéoles irrégulières séparées par des côtes plus claires, creux, à "marge" soudée au pied, de couleur variant du noirâtre au gris brun, devenant jaunâtre, roux, jusqu'à gris cendré avec l'âge. Le chapeau est creux
Lames: néant
Pied: épais, creux mais parfois complexe (circonvolutions internes), de couleur blanche à crème, parfois à zones jaune ocracé, ventru et sillonné à la base, soudé à la base du carpophore et se prolongeant jusqu'à son sommet
Chair: mince et cassante
Odeur: faiblement fongique, vaguement mêlée de senteurs de pomme de terre cuite et de cannelle, surtout pendant la cuisson
Saveur: typique de morille
Habitat: mars-mai, dès 700m d'altitude, endroits humides et zones plus ou moins herbeuses des bois aérés, des bosquets, des lisières de feuillus avec une préférences pour ceux bordés de frênes, en bordure des haies, souvent en association avec le lierre rampant et la ficaire, sols calcinés, déchets de bois (copeaux)
Confusion: Gyromitre comestible (Gyromitra esculenta) - qui n'est pas du tout comestible vu sa toxicité! -, Morille commune (Morchella esculenta), Morillon, Mitrophore hybride (Mitrophora semilibera, Morchella semilibera, Morchella hybrida)

Consommabilité: excellent (Excellent comestible)

Remarque: Elle prend toute sa saveur une fois séchée. Bien la cuire ou sécher, car elle est toxique crue

Toxicité: syndrôme: hémolytique (poison: Hémolysine); symptômes: Latence: de 3 à 24 heures, puis vertiges, incoordination motrice, tremblements, troubles de l'équilibre, céphalées, contractures musculaires, troubles de la vision, de l'accommodation.; remarques: Ce syndrome concerne des espèces comestibles qui doivent être bien apprêtées. Ce syndrome provoque une hémolyse (destruction des globules rouges). Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Amanita vaginata (Amanite vaginée), Amanita rubescens (Amanite rougissante), Morchella sp. (les morilles), Pleurotus sp. (les pleurotes) et Peziza sp. (les pézizes). On peut manger ces champignons mais uniquement s'ils sont bien cuit. La substance toxique est l'hémolysine mais celle-ci est thermolabile (se détruit à la cuisson prolongée).

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Forme d'origine pas sphérique > Forme n'est pas une tige simple en masse, ni en branche ramifiée, chair peu épaisse, cassante comme de la cire > Pied bien distinct, pas de rouge > Pied creux, non veiné et chapeau non noir > Pied robuste, chapeau pas en plaque lobée unie > Chapeau alvéolé, aspect d'une éponge, paroi interne prolonge le pied > Morchella

Télécharger la fiche en PDF
  • morchella_vulgaris_01

Morillon, Mitrophore hybride

Publié dans Morchella

Morillon, Mitrophore hybride

Mitrophora semilibera, Morchella semilibera, Morchella hybrida

Chapeau: 2-4cm, généralement conique, brun brun-jaune, creux, raccordé au pied en son milieu, parcouru d'alvéoles assez régulières, profondes et larges, les côtes longitudinales plus foncées que l'intérieur des alvéoles, reliées entre elles par un bref réseau transverse
Lames: néant
Pied: élancé, légèrement renflé à la base, creux, fragile, blanchâtre, granuleux, légèrement sillonné dans sa partie haute, s'insère dans le chapeau à mi-profondeur
Chair: tenace, mince, blanche puis jaunissante et cassante
Odeur: faible fongique puis douteuse, voire nauséabonde dans l'âge
Saveur: douce
Habitat: avril-mai, bordures de rivières, lisières de bois frais et aérés, parcs, bordures d'allées, sous frênes, pommiers, principalement en terrain calcaire, similaire aux morilles, jardins, endroits frais, souvent avec la ficaire
Confusion: Verpe de Bohême (Verpa bohemica, Ptychoverpa bohemica)

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: Bon comestible, mais moins estimé que la morille.

Toxicité: Bien cuire ou sécher avant de consommer. - syndrôme: hémolytique (poison: Hémolysine); symptômes: Latence: de 3 à 24 heures, puis vertiges, incoordination motrice, tremblements, troubles de l'équilibre, céphalées, contractures musculaires, troubles de la vision, de l'accommodation.; remarques: Ce syndrome concerne des espèces comestibles qui doivent être bien apprêtées. Ce syndrome provoque une hémolyse (destruction des globules rouges). Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Amanita vaginata (Amanite vaginée), Amanita rubescens (Amanite rougissante), Morchella sp. (les morilles), Pleurotus sp. (les pleurotes) et Peziza sp. (les pézizes). On peut manger ces champignons mais uniquement s'ils sont bien cuit. La substance toxique est l'hémolysine mais celle-ci est thermolabile (se détruit à la cuisson prolongée).

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Forme d'origine pas sphérique > Forme n'est pas une tige simple en masse, ni en branche ramifiée, chair peu épaisse, cassante comme de la cire > Pied bien distinct, pas de rouge > Pied creux, non veiné et chapeau non noir > Pied robuste, chapeau pas en plaque lobée unie > Chapeau alvéolé, aspect d'une éponge, paroi interne prolonge le pied > Morchella

Télécharger la fiche en PDF

Verpe de Bohême

Publié dans Morchella

Verpe de Bohême

Verpa bohemica, Ptychoverpa bohemica

Chapeau: 2-5cm de hauteur, cylindrique, conique-tronquée à campanulée, stipitée, attachée au pied at son sommet seulement, distinctement irrégulièrement plissée-ridée verticalement, à côtes ondulées plus ou moins longitudinales et proéminentes, brun-jaune pâle à brun foncé, face externe blanchâtre; à marge libre bien que touchant souvent le pied par endroits
Lames: néant
Pied: égal à légèrement élargi vers la base, plein puis farci ou creux, lisse puis granuleux, crème puis beige avec l'âge
Chair: mince, fragile, cassante, concolore à la face externe
Odeur: nulle
Saveur: douce
Habitat: avril-mai, saprophytique ou mycorhizique
dans les endroits mal drainés, surtout sous peupliers, solitaire, dispersé ou grégaire
Confusion: Gyromitre comestible (Gyromitra esculenta) - qui est classée parmis les toxiques -, Morille commune (Morchella esculenta), Morillon, Mitrophore hybride (Mitrophora semilibera, Morchella semilibera, Morchella hybrida)

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: incoordination musculaire rapportée par surconsommation.
Sécher ou bien cuire avant consommation

Toxicité: toxique lorsque consommée crue ou insuffisamment cuite (20 minutes minimum), idéalement la sécher pour lui donner sa saveur - syndrôme: hémolytique (poison: Hémolysine); symptômes: Latence: de 3 à 24 heures, puis vertiges, incoordination motrice, tremblements, troubles de l'équilibre, céphalées, contractures musculaires, troubles de la vision, de l'accommodation.; remarques: Ce syndrome concerne des espèces comestibles qui doivent être bien apprêtées. Ce syndrome provoque une hémolyse (destruction des globules rouges). Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Amanita vaginata (Amanite vaginée), Amanita rubescens (Amanite rougissante), Morchella sp. (les morilles), Pleurotus sp. (les pleurotes) et Peziza sp. (les pézizes). On peut manger ces champignons mais uniquement s'ils sont bien cuit. La substance toxique est l'hémolysine mais celle-ci est thermolabile (se détruit à la cuisson prolongée).

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Forme d'origine pas sphérique > Forme n'est pas une tige simple en masse, ni en branche ramifiée, chair peu épaisse, cassante comme de la cire > Pied bien distinct, pas de rouge > Pied creux, non veiné et chapeau non noir > Pied robuste, chapeau pas en plaque lobée unie > Chapeau alvéolé, aspect d'une éponge, paroi interne prolonge le pied > Morchella

Télécharger la fiche en PDF