Russulaceae

Lactaire à fossettes, lactaire scrobiculé

Publié dans Lactarius

Lactaire à fossettes, lactaire scrobiculé

Lactarius scrobiculatus

Chapeau: 6-20 cm, est très charnu, volumineux, rapidement déprimé de couleur jaune roussâtre, jaune clair, légèrement zoné. La marge tomenteuse est couverte de poils de longueur moyenne.
Lames: étroites, très serrées couvertes de gouttelettes transparentes au stade juvénile. Elles sont crème pâle vues de côté, plus colorées vues par l'arête
Pied: sans anneau, dur, rugueux, creux dès la maturité, pruineux, blanchâtre de fond, scrobiculé (marqué de fossettes jaunâtres), ou roux jaunâtres, bien dessinées et même en très léger creux, qui se détachent nettement du fond. Gardant une ceinture blanche sous les lames, du fait que les scrobicules ne les atteignent pas, et longtemps blanc également à la base
Chair: très dure, épaisse, blanchâtre ou jaunâtre. Elle secrète un lait abondant, caustique, blanc mais qui vire rapidement au jaune soufre une fois exposé à l'air
Odeur: fruitée
Saveur: acre, mordante, piquante, amère
Habitat: juillet-octobre, forêts de conifères de la montagne (épicéas surtout), où il est parfois très abondant.
Confusion: Lactaire à toison, Lactaire à coliques (Lactarius torminosus), Lactaire velouté (Lactarius vellereus)

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: à rejeter à cause de son âcreté. Cru, il est légèrement toxique.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Avec lait (latex) qui s'écoule à la cassure > Lactarius

Télécharger la fiche en PDF
  • lactarius_scrobiculatus_10
  • lactarius_scrobiculatus_12
  • lactarius_scrobiculatus_13
  • lactarius_scrobiculatus_14
  • lactarius_scrobiculatus_15
  • lactarius_scrobiculatus_16
  • lactarius_scrobiculatus_17
  • lactarius_scrobiculatus_18
  • lactarius_scrobiculatus_19

Lactaire à lait abondant, vachotte, vachette

Publié dans Lactarius

Lactaire à lait abondant, vachotte, vachette

Lactarius volemus

Chapeau: 5-15 cm, parfois plus, jaune-orangé à jaune-brun avec des taches brunâtres vers le centre. De grande taille, convexe puis plan se déprimant au centre, charnu, dur, robuste. Cuticule sèche, lisse, un peu cabossée et mate, se craquelant avec l'âge. Marge fortement enroulée puis lobée et ondulée
Lames: crème puis noisette, se tachant de brunâtre au frottement. Légèrement décurrentes, assez serrées avec de nombreuses lamellules, épaisses. A la cassure elles laissent écouler immédiatement et en abondance un lait blanc
Pied: sans anneau, plus clair que le chapeau. Cylindrique, parfois atténué vers la base ou renflé au centre. Plein, dur mais fragile, rugueux avec l'âge, d'aspect pruineux à la base, jaune doré, mat, plus jaunâtre au sommet, teinté ou maculé de brun roux avec l'âge
Chair: blanchâtre devenant brunâtre à l'air. Compacte, épaisse, dure et cassante. Lait blanc très abondant et doux, Elle est un peu rouille dans le pied
Odeur: agréable dans le jeune âge puis caractéristique de harengs lorsque le champignon vieillit
Saveur: douce au début, puis rapidement piquantes
Habitat: août-octobre, dans les forêts de conifères et de feuillus, avec une préférence pour les chênes et les hêtres. Assez commun
Confusion: Lactaire trompeur (Lactarius decipiens, Lactarius rufus var. decipiens), Lactraire des Sphaignes (Lactarius Sphagneti) - lait moins abondant -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: nombreux surnoms tels que Lactaire orangé, Lactaire grosse poire, Lactaire orange doré, Lamburon, Vache, Vachette, Vachotte, Viau, Vélo ou Rougeole à lait doux. Comestible peu estimé, à la cuisson il s'en dégage souvent une odeur de savon. Il se prête à la conservation au vinaigre

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Avec lait (latex) qui s'écoule à la cassure > Lactarius

Télécharger la fiche en PDF
  • lactarius_volemus_10
  • lactarius_volemus_12
  • lactarius_volemus_13
  • lactarius_volemus_14
  • lactarius_volemus_16
  • lactarius_volemus_17
  • lactarius_volemus_18
  • lactarius_volemus_19
  • lactarius_volemus_20
  • lactarius_volemus_21
  • lactarius_volemus_22
  • lactarius_volemus_23
  • lactarius_volemus_24
  • lactarius_volemus_25

Lactaire à toison, Lactaire à coliques

Publié dans Lactarius

Lactaire à toison, Lactaire à coliques

Lactarius torminosus

Chapeau: 4-10cm, convexe puis étalé et déprimé au centre, à marge enroulée, de couleur rose chair, rose orangé à rose orangé pâle, à zones concentriques plus foncées, à feutrage (peluches) surtout visible sur ses bords chez les sujets jeunes, cuticule un peu poisseuse, marge longuement enroulée
Lames: blanches à crème pâle, lait restant blanc, peu décurrentes, fines, serrées
Pied: sans anneau, rapidement creux, duveteux, de même couleur ou plus pâle que le chapeau
Chair: blanche, exsude un lait blanc très âcre à la coupe
Odeur: fruitée, de pomme
Saveur: très piquante
Habitat: août-octobre, sous bouleau, sol acide, sableux, argileux, assez fréquent
Confusion: Lactaire pubescent (Lactarius pubescens)

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: immangeable vu son âcreté, contient une résine piquante qui peut provoquer nausées, diarrhée et vomissement, certains le surnomme d'ailleurs Lactaire à coliques. Après avoir été lavé plusieurs fois et cuit, il peut être salé et conservé au vinaigre. Il est membre d'une famille comportant de nombreux types dont deux seulement sont intéressants : le lactaire délicieux et surtout le lactaire sanguin

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Avec lait (latex) qui s'écoule à la cassure > Lactarius

Télécharger la fiche en PDF

Lactaire couleur de poix

Publié dans Lactarius

Lactaire couleur de poix

Lactarius picinus

Chapeau: 4-10cm, convexe-étalé, à légèrement deprimé sans mamelon bien défini, couleur du brun-noir au bistre ochracé parois avec une nuance violette. Cuticule finement veloutée
Lames: serrées, blanchâtres au stade juvénile, ocre orangé clair, puis ocre orange assez vif, se teintent de brun roussâtre au froissement
Pied: ferme, pâle tout en haut, gris brun ailleurs et généralement teinté de bistre ou de brun ochracé
Chair: ferme, épaisse, blanche et vire légèrement à la coupure au au rosâtre ou à l'orangé. Le lait est blanc,devenant parfois légèrement rosâtre
Odeur: fruitée et agréable
Saveur: âcre
Habitat: août-octobre, forêts montagneuses d'épicéas, où elle n'est pas très abondante, terrain acide
Confusion: Lactaire velours, Lactaire couleur de suie, Lactaire tête noire (Lactarius lignyotus) - pied plus foncé et plus fin -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: pas comestible notamment à cause de son âcreté

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Avec lait (latex) qui s'écoule à la cassure > Lactarius

Télécharger la fiche en PDF
  • lactarius_picinus_10
  • lactarius_picinus_11
  • lactarius_picinus_12
  • lactarius_picinus_13

Lactaire de l'épicéa

Publié dans Lactarius

Lactaire de l'épicéa

Lactarius deterrimus

Chapeau: 4-10cm, charnu, convexe s'étalant et se déprimant rapidement, glabre, visqueux, pruineux vers la marge qui est enroulée, peu zoné mais faiblement ridulé à cannelé radialement, de couleur orangé pâle à orangé voire brun orangé puis verdissant progressivement Zones concentriques plus foncées se tachant un peu de vert avec l'âge, surtout au centre
Lames: adnées, de couleur orange à reflets carnés et à zones devenant verdâtres, décurrentes, fragiles, inégales, se tachant de vert au contact, à la cassure et avec l'âge
Pied: sans anneau, cylindrique s'épaississant légèrement vers la base, dur, robuste, raide et cassant, court, farci puis creux, rempli d'une moelle cotonneuse, allégée peu ou pas scrobiculé, de couleur orangée mais blanchâtre au sommet, verdissant en vieillissant
Chair: dure et cassante, épaisse dans le chapeau, blanchâtre au centre, orangé vif dans le chapeau, blanc orangé à jaune orangé très pâle (plus soutenue sous la cuticule), devenant progressivement rouge vineux après la coupe puis verdissant. Secrète un latex orangé, couleur carotte qui devient verdâtre par la suite
Odeur: forte, de carotte, mais parfois fruitée ou même métallique rappelant le scléroderme
Saveur: légèrement amère à résineuse et parfois piquante, pas vraiment agréable
Habitat: août-novembre, essentiellement dans les bois de conifères et plus particulièrement sous les épicéas, préférant les terres calcaires, zones moussues. Assez courant se développe généralement en groupes de quelques individus. Il est plus fréquent en altitude qu'en plaine
Confusion: Lactaire saumon (Lactarius salmonicolor, Lactarius thyinos) - ainsi que le Lactaire délicieux et le Lactaire sanguin, rares en Suisse romande -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: classé parmi les espèces comestibles médiocres pour certains, non comestibles pour d'autres. Beaucoup moins bon que le lacraire délicieux auquel il ressemble beaucoup, il peut toutefois être consommé grillé au barbecue avec quelques herbes ou encore confit au vinaigre.
Teinte les urines en orange

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Avec lait (latex) qui s'écoule à la cassure > Lactarius

Télécharger la fiche en PDF
  • lactarius_deterrimus_10
  • lactarius_deterrimus_11
  • lactarius_deterrimus_12
  • lactarius_deterrimus_13
  • lactarius_deterrimus_14
  • lactarius_deterrimus_15
  • lactarius_deterrimus_16
  • lactarius_deterrimus_17
  • lactarius_deterrimus_18
  • lactarius_deterrimus_19
  • lactarius_deterrimus_20
  • lactarius_deterrimus_21
  • lactarius_deterrimus_22
  • lactarius_deterrimus_23
  • lactarius_deterrimus_24
  • lactarius_deterrimus_25

Lactaire muqueux, Lactaire gluant

Publié dans Lactarius

Lactaire muqueux, Lactaire gluant

Lactarius blennius, Lactifluus blennius

Chapeau: 5-12cm, convexe s'aplatissant en se déprimant, brun verdâtre à gris verdâtre, souvent taché de zones plus sombres sur la marge légèrement enroulée, visqueux à l'humidité
Lames: adnées à légèrement décurrentes, fines et serrées, de couleur blanche mais devenant grisâtre-rosâtre au frottement
Pied: sans anneau, solide, de même couleur que le chapeau ou plus clair, également visqueux à l'humidité, vite sec, parfois scrobiculé, parfois taché de jaune
Chair: blanchâtre, exsude un lait abondant de couleur blanche virant au verdâtre sur les lames en sèchant
Odeur: faible, fongique, légèrement fruitée
Saveur: très amère
Habitat: juillet-octobre, bois de feuillus essentiellement, appréciant particulièrement les hêtres, suivant la bordure d'un chemin forestier, sur sol plutôt sablonneux et rocailleux
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: sans être classé parmi les toxiques, il est toutefois non comestible tant sa saveur est amère

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Avec lait (latex) qui s'écoule à la cassure > Lactarius

Télécharger la fiche en PDF

Lactaire pisse-lait, Lactaire coulant

Publié dans Lactarius

Lactaire pisse-lait, Lactaire coulant

Lactarius fluens, Lactarius blennius var. fluens, Lactarius blennius f. lividopallens

Chapeau: 4-12cm, plan-convexe puis déprimé peu profondément, revêtement visqueux, gris-olivâtre à brunolivâtre, séparable sur 1/4 du rayon, peu zoné, parfois guttulé, marqué de vagues cernes souvent diffus, veines radiales, marge unie ou courtement striée, incurvée, puis ondulée, concolore au revêtement ou ocre pâle
Lames: très serrées, crème rosé à saumonées
Pied: sans anneau, très court, central, cylindrique, atténué tout en bas, surface concolore au revêtement ou plus pâle et lavée de rose, sauf tout en haut et tout en bas où elle blanche, pas visqueux mais simplement lubrifié ou sec
Chair: lait de couleur blanche immuable, sauf sur lames où il tourne au gris-brun
Odeur: faible, indistincte
Saveur: acre, piquante
Habitat: juillet-septembre, forêt mêlée (très souvent chênes et châtaigniers) mais aussi parfois dans les pessières et bois de résineux, sol acide, souvent en groupes de quelques individus, rare
Confusion: Lactaire muqueux, Lactaire gluant (Lactarius blennius, Lactifluus blennius)

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: son acreté en fait un bien mauvais consommable

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Avec lait (latex) qui s'écoule à la cassure > Lactarius

Télécharger la fiche en PDF
  • lactarius_fluens_10

Lactaire poivré

Publié dans Lactarius

Lactaire poivré

Lactarius piperatus

Chapeau: 5-15cm, convexe rapidement aplati et se creusant en entonnoir, mate, crevassée par le sec, à marge mince et enroulée, à surface cabossée, de couleur blanc de craie à ivoire, se tachant de roux
Lames: décurrentes, étroites, serrées et très fines, plus ou moins fourchues, à lamelles et lamellules intercalées, de couleur blanche ou crème à reflets rosâtres, se tachant de brun ochracé aux blessures, lait restant blanc
Pied: sans anneau, assez trapu et court, blanc, ventru, brunâtre à la base,robuste, lisse, devenant plus mince vers la base
Chair: avec lait de même couleur à la cassure, prend une teinte jaune-vert pâle à la blessure, épaisse, dure, compacte, cassante
Odeur: d'abord faiblement fruitée puis mélangée à des relents huileux en vieillissant
Saveur: âcre, piquante
Habitat: juillet-novembre, bois de feuillus, hêtre, chêne, bois mixte à condition d'être assez humide, fossé, sol calcaire, très commune par endroit
Confusion: Lactaire velouté (Lactarius vellereus) - qui est un peu plus grand et qui a les lamelles plus espacées -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: de saveur très poivrée et âcre, cette espèce courante qui se développe généralement en groupes de quelques individus est pourtant consommée dans les pays de l'Est qui le sèche, le rendant moins âcre et piquant

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Avec lait (latex) qui s'écoule à la cassure > Lactarius

Télécharger la fiche en PDF
  • lactarius_piperatus_11
  • lactarius_piperatus_12
  • lactarius_piperatus_13
  • lactarius_piperatus_14
  • lactarius_piperatus_15
  • lactarius_piperatus_16
  • lactarius_piperatus_17
  • lactarius_piperatus_18
  • lactarius_piperatus_19
  • lactarius_piperatus_20
  • lactarius_piperatus_21
  • lactarius_piperatus_22
  • lactarius_piperatus_23
  • lactarius_piperatus_24
  • lactarius_piperatus_25
  • lactarius_piperatus_26
  • lactarius_piperatus_27
  • lactarius_piperatus_28
  • lactarius_piperatus_29
  • lactarius_piperatus_30
  • lactarius_piperatus_31
  • lactarius_piperatus_32

Lactaire pubescent

Publié dans Lactarius

Lactaire pubescent

Lactarius pubescens

Chapeau: 6-10 cm, plan-convexe plus ou moins déprimé en entonnoir, charnu, marge fortement enroulée chez le jeune et finement barbue, laineuse, excédante, cuticule séparable jusqu'à mi-rayon, laineuse ouateuse par temps sec, grasse et visqueuse à l'humide, blanchâtre, non zonée au sec, à peine marquée de zones peu distinctes et lavée de rose surtout au disque à l'humide. Vieux exemplaires étalés, déprimés en entonnoirs, souvent de couleur beige carné sale
Lames: adnées décurrentes, serrées, minces, plutôt étroites, rarement fourchues, nombreuses lamelles et lamellules, blanc crème puis rosées très pâles, arête aiguë, entière, concolore
Pied: sans anneau, court et trapu, un peu farci, atténué en bas, concolore au chapeau parfois décoré de quelques scrobicules, bien souvent présence d'une bande rose à l'apex, lisse, soyeux, blanchâtre, un peu taché de brunâtre avec l'âge, souvent avec mycélium basal blanc
Chair: blanchâtre à reflets rose orangé, fragile, lait peu abondant, blanc immuable sur le champignon mais jaunissant assez fort sur le coton
Odeur: acidulée, légèrement fruitée, aromatique, faible
Saveur: âcre
Habitat: août-octobre, pelouses herbeuses urbaines, sur sol calcaire, en relation directe avec les bouleaux, en troupe de quelques individus moyennement serrés sur quelques mètres carrés
Confusion: Agaric des prés, champêtre, Rosé des prés (Agaricus campestris) - la couleur rose des lames le différencie -, Lactaire à lait abondant, vachotte, vachette (Lactarius volemus) - lait moins abondant -, Lactaire poivré (Lactarius piperatus) - de taille plus imposante -, Lactraire des Sphaignes (Lactarius Sphagneti) - ne pousse pas dans les mêmes milieux -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: Son âcreté fait de lui un champignon qui n'est pas pour la table

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Avec lait (latex) qui s'écoule à la cassure > Lactarius

Télécharger la fiche en PDF

Lactaire saumon

Publié dans Lactarius

Lactaire saumon

Lactarius salmonicolor, Lactarius thyinos

Chapeau: 4-10cm, convexe, vite déprimé, en forme d'entonnoir à maturité, viscidule, lisse, souvent un peu zoné vers la marge, orange saumon, crème orangé par endroits, cuticule très fine, à peine séparable sur environ 1 cm, luisante, poisseuse presque collante, zonée de cercles concentriques étroits, peu marqués, orangés plus ou moins clairs, jamais verdissants
Lames: adnées à subdécurrentes, modérément larges, avec lamellules, subespacées, orange carotte, crème orangé avec l'âge
Pied: sans anneau, subégal à atténué vers la base, fragile, creux avec l'âge, viscidule, concolore au chapeau, humide et luisant, généralement garni de fossettes de couleur identique mais plus foncée
Chair: ferme, colorée orange à rouge sauf dans la partie farcie du pied qui garde sa couleur blanc crème, assez épaisse, orangée, se tachant lentement de rouge vineux à la coupe. Lait abondant, orange carotte, tachant lentement la chair de rouge vin, ne verdissant pas, à saveur douce puis astringente à désagréable
Odeur: agréable
Saveur: âcre, amère, résineuse
Habitat: juillet-novembre, uniquement sous les sapins, sur terrains siliceux à calcaires, sur sol des pessières et sapinières, en milieux humides
Confusion: Lactaire à fossettes, lactaire scrobiculé (Lactarius scrobiculatus), Lactaire de l'épicéa (Lactarius deterrimus) - le Lactaire de l'épicéa verdit après quelques minutes. -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: ne verdit jamais. Comestible qui va bien pour donner un peu de couleur à un plat, sans plus.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Avec lait (latex) qui s'écoule à la cassure > Lactarius

Télécharger la fiche en PDF
  • lactarius_salmonicolor_10
  • lactarius_salmonicolor_11
  • lactarius_salmonicolor_12
  • lactarius_salmonicolor_13
  • lactarius_salmonicolor_14
  • lactarius_salmonicolor_15
  • lactarius_salmonicolor_16
  • lactarius_salmonicolor_17
  • lactarius_salmonicolor_18
  • lactarius_salmonicolor_19
  • lactarius_salmonicolor_20

Lactaire trompeur

Publié dans Lactarius

Lactaire trompeur

Lactarius decipiens, Lactarius rufus var. decipiens

Chapeau: 3-6cm, convexe s'aplatissant rapidement avec dépression centrale, vaguement mamelonné, à marge lisse devenant ondulée, faiblement zoné, brun à brun rosé
Lames: moyennement fines et serrées, de couleur blanchâtre à crème puis devenant ochracées
Pied: sans anneau, cylindrique et souvent courbé, de même couleur que le chapeau mais plus clair vers le sommet
Chair: lait peu abondant, blanc, âcre, très amère et qui jaunit au contact de l'air en quelques minutes, plus vite et plus fort s'il est séparé de la chair du champignon (p. ex. sur un mouchoir)
Odeur: forte et typique de géranium
Saveur: amère, piquante
Habitat: juin-octobre, feuillus (très souvent chênes et châtaigniers) mais aussi parfois dans les pessières et bois de résineux, préférant les endroits plutôt secs et calcaires, souvent en groupes de quelques individus
Confusion: Lactaire à lait abondant, vachotte, vachette (Lactarius volemus)

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: champignon aux caractères très variables: couleur, forme et apparence, son odeur le démarque des autres lactaires

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Avec lait (latex) qui s'écoule à la cassure > Lactarius

Télécharger la fiche en PDF
  • lactarius_decipiens_10
  • lactarius_decipiens_11
  • lactarius_decipiens_12
  • lactarius_decipiens_13
  • lactarius_decipiens_14

Lactaire velours, Lactaire couleur de suie, Lactaire tête noire

Publié dans Lactarius

Lactaire velours, Lactaire couleur de suie, Lactaire tête noire

Lactarius lignyotus

Chapeau: 2-8cm, sec, petit mamelon pointu, mat et velouté (ridé autour du mamelon), brun chatain sombre, brun noirâtre, d'abord convexe à aplani, puis déprimé et enfin plus ou moins infundibuliforme, marge enroulée, parfois crénelée, cuticule sèche
Lames: blanches à crème pâle avec reflet rosâtre, taches de brun noirâtre aux endroits meurtris (séchage du lait), contrastant fortement avec le pied et le chapeau, plus ou moins décurrentes laissant un filet sur le pied, subdistantes et étroites
Pied: sans anneau, brun velouté comme le chapeau, cannelé en haut, mince, tirant sur le noir à la base, long, cylindrique a bombé ou clavé, ridé
Chair: ferme, blanche, virant très lentement en rose pâle à la coupe, lait blanc devenant lentement rose saumon à la coupure
Odeur: faible, voire nulle
Saveur: amère, douce
Habitat: août-octobre, pessière de montagne, épicéa, sol acide, localement fréquent
Confusion: Lactaire couleur de poix (Lactarius picinus) - le pied est plus épais et plus pâle que pour le lactaire à tête noire -

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: comestible d'assez bonne qualité, ce qui en fait l'un des meilleurs Lactaires.
Egalement appelé Ramoneur.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Avec lait (latex) qui s'écoule à la cassure > Lactarius

Télécharger la fiche en PDF
  • lactarius_lignyotus_11
  • lactarius_lignyotus_12
  • lactarius_lignyotus_13
  • lactarius_lignyotus_14
  • lactarius_lignyotus_15
  • lactarius_lignyotus_16
  • lactarius_lignyotus_17
  • lactarius_lignyotus_18

Lactaire velouté

Publié dans Lactarius

Lactaire velouté

Lactarius vellereus

Chapeau: 10-25 cm, blanchâtre se tachant de jaune-brun avec l'âge. Convexe, étalé puis se creusant en large entonnoir. Gros, parfois énorme, charnu, robuste. Cuticule finement feutrée ou duveteuse. Marge très enroulée dans le jeune âge, s'étalant par la suite, tachée dans l'âge mais non zonée
Lames: blanchâtres, se tachant de brun-roux avec l'âge ou au frottement. Décurrentes, espacées, larges, épaisses, fragiles, avec de nombreuses lamellules
Pied: sans anneau, blanchâtre, de la couleur du chapeau, court par rapport à ce dernier, épais, dur, plein, légèrement feûtré, égal puis s'amincissant pour terminer en pointe
Chair: blanchâtre devenant jaunâtre à l'air, épaisse, très ferme. Lait blanc, peu abondant, presque immuable
Odeur: faible mais très âcre
Saveur: âcre, amère
Habitat: juillet-octobre, en groupes parfois très importants dans les forêts de feuillus, avec une préférence pour les hêtres. Très commun
Confusion: Lactaire poivré (Lactarius piperatus) - avec des lames beaucoup plus serrées -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: de par son âcreté c'est un comestible très médiocre, il se prête à la rigueur à être conservé au vinaigre après blanchiment dans de l'eau salée.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Avec lait (latex) qui s'écoule à la cassure > Lactarius

Télécharger la fiche en PDF
  • lactarius_vellereus_10
  • lactarius_vellereus_12
  • lactarius_vellereus_13
  • lactarius_vellereus_14

Lactraire des Sphaignes

Publié dans Lactarius

Lactraire des Sphaignes

Lactarius Sphagneti

Chapeau: 3-8cm, convexe campanulé s'aplatissant rapidement puis se creusant, à mamelon plus ou moins bien marqué, à cuticule lisse, visqueux par temps humide, plus sombre au centre, centre brun foncé, bord orangé-saumon, non zoné, marge glabre
Lames: adnées à très légèrment décurrentes, épaisses et assez serrées, doublées de lamelles et lamellules, de couleur crème devenant beige ochracé pâle et se teintant de taches roussâtres en vieillissant
Pied: sans anneau, cylindrique, long, entre crème et brun-saumon, fragile
Chair: exsudant un lait blanc aqueux, peu abondant, qui a tendance à jaunir avec le temps
Odeur: neutre, faible
Saveur: douce
Habitat: juillet-octobre, sol acide, autour des épicéas, fréquent en montagne dans les zones très humides parmi les mousses et sphaignes
Confusion: Lactaire à lait abondant, vachotte, vachette (Lactarius volemus) - moins de lait -, Lactaire trompeur (Lactarius decipiens, Lactarius rufus var. decipiens) - pousse dans les sphaignes -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: Pousse en masse dans les coins humides des montagnes

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Avec lait (latex) qui s'écoule à la cassure > Lactarius

Télécharger la fiche en PDF
  • lactarius_sphagneti_10
  • lactarius_sphagneti_11
  • lactarius_sphagneti_12
  • lactarius_sphagneti_13
  • lactarius_sphagneti_14
  • lactarius_sphagneti_15

Russule belette

Publié dans Russula

Russule belette

Russula mustelina

Chapeau: 7-19cm, convexe-obtus à convexe-étalé puis largement déprimé, souvent très irrégulier, charnu, dur, visqueux, vite sec, glabre, lisse, brun-jaune à brun ocré, parfois teinté de jaune, de vert ou de rouge, à marge ondulée, courtement striée, et cuticule tenace, élastique, pelant jusqu'à 1/2 du rayon, en retenant un peu de chair sous-jacente, à zones plus pâles en vieillissant
Lames: adnexées, fourchues près du pied, cassantes, larges, serrées, crème puis ocre jaunâtre pâle
Pied: égal à ventru, solide, compact, profondément ancré dans le sol, à cortex ferme ou dur et intérieur vite spongieux puis creux, glabre, blanchâtre à grisâtre, parfois taché de brun-jaune à la base
Chair: ferme, blanchâtre, immuable, brun-jaune aux blessures
Odeur: indistincte, de fromage lorsque sec et parfois de poisson longtemps après la coupe
Saveur: neutre
Habitat: juillet-septembre, bois de résineux avec une préférence pour les épicéas, plus fréquent en altitude qu'en plaine
Confusion: Russule décolorée (Russula decolorans) - Plus brune qu'orange -, Russule intègre, Russule entière (Russula integra) - un peu plus grande, moins brillante -

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: peu courant en plaine se développe isolément ou en troupes de quelques individus

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF
  • russula_mustelina_10
  • russula_mustelina_11
  • russula_mustelina_12
  • russula_mustelina_13
  • russula_mustelina_14

Russule charbonnière

Publié dans Russula

Russule charbonnière

Russula cyanoxantha

Chapeau: 5-15cm, convexe puis plan avec dépression centrale, à marge lisse un peu flexueuse, à cuticule plus ou moins rayée radialement, de couleur variable pouvant aller de l'ochracé jaunâtre au jaune verdâtre, au pourpre, au violet ou encore au vert olive plus ou moins panaché, pouvant varier avec l'âge
Lames: adnées, épaisses, serrées, fourchues près du pied, paraissant grasses au toucher, de couleur blanche parfois tachée de brunâtre
Pied: sans anneau, cassant, sec, lisse, cylindrique, blanc et ridé, parfois teinté de rose ou de lilas
Chair: épaisse, cassante, blanche, blanche à blanc-rosé
Odeur: neutre
Saveur: douce, de noix
Habitat: juin-octobre, bois de feuillus (surtout de hêtres) mais aussi de conifères, en petites troupes de quelques individus plus ou moins disséminés
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: seule Russule qui a des lames lardacées, l'une des meilleures Russules

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF
  • russula_cyanoxantha_10
  • russula_cyanoxantha_11
  • russula_cyanoxantha_12
  • russula_cyanoxantha_13
  • russula_cyanoxantha_14
  • russula_cyanoxantha_15
  • russula_cyanoxantha_16
  • russula_cyanoxantha_17
  • russula_cyanoxantha_18
  • russula_cyanoxantha_19
  • russula_cyanoxantha_20

Russule comestible

Publié dans Russula

Russule comestible

Russula vesca

Chapeau: 5-10cm, globuleux puis plan-convexe à déprimé au centre, aplati, à cuticule étroite faiblement ridulée et ne couvrant pas la marge, de couleur variable mais généralement rose-vineux à marron-rouge pouvant être brunâtre à brun-verdâtre pâle, souvent marbré ou taché d'ochracé à rouille. La cuticule paraît trop étroite, se rétractant avec l'âge, lisse avec des rides présentant de petites verrues sur les sujets âgés. La marge est ainsi souvent dénudée
Lames: adnées à légèrement décurrentes, assez serrées, plus ou moins fourchues, de couleur blanche à reflets crème parsemée de petites taches de couleur rouille en vieillissant. Molles, cassantes même assez fragiles à l'état adulte
Pied: sans anneau, plus ou moins massif, souvent attenué vers la base, faiblement ruguleux, cylindrique, ferme, plein, rendu spongieux ensuite (surtout par les larves), finement strié, de couleur blanchâtre parfois teinté de rosâtre, se tachant de brunâtre à la base.
Chair: blanche, ferme, épaisse, devenant un peu jaunâtre ou taché de rouillé jaunâtre à la base
Odeur: insignifiante, suave
Saveur: douce, au goût de noisette
Habitat: juillet-octobre, dans les bois de feuillus, notamment sous les chênes, mais aussi de conifères, préférant un sol léger, seule ou en groupes sur sol bien drainé, dans l'herbe et sur sol nu. Elle préfère les endroits ensoleillés. Très commune
Confusion: Russule feuille morte (Russula xerampelina), Russule jolie (Russula lepida, russula linnaei)

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: courant se développe généralement en petites troupes de quelques individus.
Il en existe plusieurs formes variables, notamment dans les couleurs.
Comestible, comme son nom l'indique, mais sans plus. De saveur doucâtre, elle ne développe aucun caractère gastronomique

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF
  • russula_vesca_10
  • russula_vesca_11
  • russula_vesca_12
  • russula_vesca_13
  • russula_vesca_14
  • russula_vesca_15
  • russula_vesca_16
  • russula_vesca_17
  • russula_vesca_18
  • russula_vesca_19
  • russula_vesca_20
  • russula_vesca_21
  • russula_vesca_22
  • russula_vesca_23
  • russula_vesca_24
  • russula_vesca_25
  • russula_vesca_26
  • russula_vesca_27

Russule de Quelet

Publié dans Russula

Russule de Quelet

Russula queletii

Chapeau: 2-8cm, visqueux à l'humidité, sèche, feutrée, un peu fibrilleuse, couleur variable, rouge pourpré, pourpre à violet bleuâtre, souvent assez foncé, se décolorant de verdâtre à grisâtre, à cuticule pelant jusqu'aux 2/3 du rayon, hémisphérique au début, convexe et étalé ensuite. La marge est légèrement débordante au début, fréquemment sinueuse, puis droite mais elle ne recouvre pas les lames
Lames: légèrement anastomosées, blanches à crème, parfois légèrement grisâtres avec l'âge ou aux meurtrissures
Pied: sans anneau, épais, puis radicant vers sa partie inférieure, jaune clair ou orangé pâle en haut. Sa base est rouge pourpre sombre; sans réseau, mais sa surface est légèrement floconneuse.
Chair: charnue, ferme, presque dure et épaisse, jaunâtre, mais teintée parfois de rouge couleur betterave rouge cuite, vire au bleu verdâtre à l’air
Odeur: faiblement fruitée, pas caractéristique
Saveur: acre, faiblement fruitée, de pomme
Habitat: juillet-octobre, mycorhizien, sur sol sous conifères
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: assez rare, pas la meilleure des russules. Elle se caractérise par son pied plus violet que les autres Russules

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF
  • russula_queletii_10
  • russula_queletii_11
  • russula_queletii_12
  • russula_queletii_13

Russule décolorée

Publié dans Russula

Russule décolorée

Russula decolorans

Chapeau: 5-12cm, globuleux à convexe puis étalé-déprimé, visqueux à l'humidité, lisse, orange au début, puis jaune orangé, orange rougeâtre, orange cuivré brillant, rouge brique à bronze, pâlissant à ocre grisâtre terne, à marge striatulée avec l'âge et cuticule pelant jusqu'à 1/4-1/2 du rayon
Lames: un peu fourchues près du pied, larges, très interveinées, serrées, blanches puis ocrées, grisonnant avec l'âge et au sec
Pied: sans anneau, souvent long et clavé vers la base, blanc, grisonnant au grattage, avec l'âge ou lentement au froissement, parfois rougissant au préalable
Chair: blanche, grisonnant lentement à la coupe, parfois d'abord rougissant
Odeur: indistincte
Saveur: douce, parfois âcre au début
Habitat: août-novembre, conifères, mélèzes et sapins, en milieux marécageux et humides
Confusion: Russule belette (Russula mustelina) - Plus orangée -

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: Localement très fréquente

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF
  • russula_decolorans_10
  • russula_decolorans_11
  • russula_decolorans_12
  • russula_decolorans_13

Russule dorée

Publié dans Russula

Russule dorée

Russula aurata, Russula aurea

Chapeau: 5-10cm, hémisphérique au début, puis aplani et déprimé au centre, souvent sinué-onduleux avec l'âge, surface lisse, mate par temps sec, brillante et visqueuse par temps pluvieux, jaune d'or nuancé de rouge-orange à rouge cinabre ou rouge-orange avec des plages jaune d'or. Marge aigüe, lisse à un peu striée, cuticule séparable sur 1/3 du rayon, mais seulement si le champignon est imbu
Lames: jaune crème pâle d'abord, puis progressivement jaune citrin à jaune ochracé, étroitement adnées, souvent fourchues, arêtes entières et souvent colorées de jaune plus vif
Pied: cylindrique, souvent un peu rétréci à la base, plein à caverneux-creux, surface veinée longitudinalement, blanche au début, puis par endroits lavé de jaune
Chair: blanche, jaune sous la cuticule
Odeur: faible, non typique
Saveur: douce et légère de noisette
Habitat: juillet-septembre, sous feuillus et conifères, notamment sous chênes et épicéas, uniquement sur sol calcaire, localisée
Confusion: Russule émétique (Russula emetica) - mais qui n'a pas les lames jaunes -

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: Caractérisé par la couleur jaune citron de ses lames. Certainement l'une des meilleures Russules.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF
  • russula_aurata_10
  • russula_aurata_11
  • russula_aurata_12
  • russula_aurata_13
  • russula_aurata_16
  • russula_aurata_17
  • russula_aurata_18
  • russula_aurata_19
  • russula_aurata_20
  • russula_aurata_21
  • russula_aurata_22

Russule émétique

Publié dans Russula

Russule émétique

Russula emetica

Chapeau: 5-10 cm convexe puis plan avec légère dépression, à marge lisse et légèrement cannelée avec l'âge, à cuticule lisse, brillante en atmosphère humide, de couleur rouge vif, rouge sang, se décolorant parfois en rose, cuticule aisément pelable.
Lames: libres à échancrées, relativement espacées, de couleur blanche à blanc crème mais parfois légèrement rosâtres
Pied: sans anneau, élancé mais parfois en forme de massue, un peu ridé, fragile et cassant, de couleur blanche à rosâtre à tendance jaunissante vers la base
Chair: blanche, rougeâtre sous la cuticule, vite molle, cassante
Odeur: faible, fruitée d'abricot
Saveur: très âcre, pique sur la langue
Habitat: juillet-novembre, bois de résineux et feuillus assez humides (mousse), surtout sous épicéa ou dans les tourbières, par endroit très commune
Confusion: Russule comestible (Russula vesca) - et autres russules rouges -, Russule noble (Russula mairei, Russula nobilis)

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: couleur du chapeau et taille assez variable. Immangeable dû à son âcreté. Consommée crue, elle peut provoquer nausée et vomissement (recracher si on veut goûter)

Toxicité: Consommée crue, elle peut provoquer nausée et vomissement (recracher si on veut goûter) - syndrôme: gastro-intestinal (= résinoïdien) (poison: Chitine, tréhalose, mannitol, etc.); symptômes: Latence: 3-6 heures, puis nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées.; remarques: Ce syndrome provoque essentiellement des nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées. Ce syndrome peut être provoqué par une multitude d'espèces de champignons et par diverses causes. Les champignons comestibles mangés en trop grandes quantité peuvent provoquer ce syndrome car les champignons contiennent des molécules peu digestes (chitine) et/ou uniques aux champignons (tréhalose, mannitol). Les personnes ayant un déficit en tréhalase (enzyme qui dégrade le tréhalose) peuvent avoir des diarrhées. Certaines espèces, dans certains cas, peuvent être toxiques: Armillaria sp., Lepista sp., Agaricus xanthoderma (Agaric jaunissant)

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF
  • russula_emetica_10
  • russula_emetica_11
  • russula_emetica_13
  • russula_emetica_15
  • russula_emetica_16
  • russula_emetica_17
  • russula_emetica_18

Russule émétique var. silvestris

Publié dans Russula

Russule émétique var. silvestris

Russula emetica var. silvestris

Chapeau: 5-10 cm convexe puis plan avec légère dépression, à marge lisse et légèrement cannelée avec l'âge, à cuticule lisse, brillante en atmosphère humide, de couleur rouge vif, rouge cerise à rouge sang, se décolorant parfois en rose, cuticule aisément pelable
Lames: libres à échancrées, relativement espacées, de couleur blanche à blanc crème mais parfois légèrement rosâtres
Pied: sans anneau, élancé mais parfois en forme de massue, un peu ridé, fragile et cassant, de couleur blanche à rosâtre à tendance jaunissante vers la base
Chair: blanche, rougeâtre sous la cuticule, vite molle, cassante
Odeur: faible, fruitée d'abricot
Saveur: très âcre, pique sur la langue
Habitat: juillet-novembre, bois de résineux et feuillus assez humides (mousse), surtout sous épicéa ou dans les tourbières, par endroit très commune.
Confusion: Russule dorée (Russula aurata, Russula aurea) - Ainsi que Russula vesca, Russula mairei, et autres russules rouges -

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: couleur du chapeau et taille assez variable. Immangeable dû à son âcreté. Consommée crue, elle peut provoquer nausée et vomissement (recracher si on veut goûter).

Toxicité: Consommée crue, elle peut provoquer nausée et vomissement - syndrôme: gastro-intestinal (= résinoïdien) (poison: Chitine, tréhalose, mannitol, etc.); symptômes: Latence: 3-6 heures, puis nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées.; remarques: Ce syndrome provoque essentiellement des nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées. Ce syndrome peut être provoqué par une multitude d'espèces de champignons et par diverses causes. Les champignons comestibles mangés en trop grandes quantité peuvent provoquer ce syndrome car les champignons contiennent des molécules peu digestes (chitine) et/ou uniques aux champignons (tréhalose, mannitol). Les personnes ayant un déficit en tréhalase (enzyme qui dégrade le tréhalose) peuvent avoir des diarrhées. Certaines espèces, dans certains cas, peuvent être toxiques: Armillaria sp., Lepista sp., Agaricus xanthoderma (Agaric jaunissant)

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF
  • russula_emetica-silvestris_10

Russule feuille morte

Publié dans Russula

Russule feuille morte

Russula xerampelina

Chapeau: 7-13cm, hémisphérique puis convexe s'aplatissant avec dépression centrale, à marge lisse, de couleur rouge-pourpre ou rose-pourpre mais plus foncé jusqu'à noirâtre au disque. Couleur de cuticule assez variée, principalement dans les tons roses à rouge pourpre mais aussi teintés de brunâtre voire de vert olivâtre. Cuticule est collante par temps humide et terne presque veloutée par temps sec, marge lisse
Lames: adnées, larges et (très) serrées, de couleur crème devenant jaunâtre voire ochracée aux arêtes
Pied: sans anneau, ferme, un peu évasé au sommet, s'épaississant vers la base, de couleur blanche souvent légèrement teintée de rose
Chair: dure, blanchâtre dans le chapeau à l'état jeune, rouge-pourpre sous la cuticule. Blanchâtre à crème mais brunit légèrement au frottement
Odeur: écrevisse cuite, harengs marinés, s'accentuant en vieillissant, surtout dans le pied
Saveur: douce
Habitat: juillet-octobre, principalement dans les bois de conifères, surtout sous les pins et épicéas, pousse en groupe sur sols acides siliceux
Confusion: Russule émétique (Russula emetica), Russule émétique var. silvestris (Russula emetica var. silvestris)

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: Sa saveur assez douce la rend appréciable pour certains, malgré l'odeur particulière.
Se reconnaît à son odeur particulière d' écrevisses cuites qui peut ne se manifester que quelques heures après la cueillette

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF
  • russula_xerampelina_10
  • russula_xerampelina_11
  • russula_xerampelina_12

Russule fragile

Publié dans Russula

Russule fragile

Russula fragilis, Russula fallax

Chapeau: 2-6cm, petit, convexe puis étalé, souvent déprimé au centre, fragile, de couleur très variable, rouge pourpré, vineux, violacé, rouge à rouge rosâtre, souvent plus foncé au centre, presque noir, brun à olive, plus pâle vers le pourtour, parfois très pâle et délavé, avec taches pâles ou entièrement blanc, à marge mince, unie à striatulée, et cuticule pelant jusqu'aux 3/4 du rayon ou plus
Lames: adnées, étroites, moyennement serrées, à arêtes denticulées, de couleur blanche, blanchâtre ou même crème
Pied: sans anneau, creux et fragile, très cassant, parfois légèrement renflé vers la base, blanc, puis assez légèrement jaune avec l'âge
Chair: assez ferme, cassante, fragile, blanche
Odeur: indistincte à agréable, fruité, légèrement de noix de coco, acidulée, de pomme, de pélargonium
Saveur: très âcre, brûlante
Habitat: août-octobre, mycorhizique, sur sol moussu ou bois très pourri des forêts de feuillus et conifères, bouleaux, épinettes, pins, chênes, moins fréquent sous les résineux, très commune
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: Peut être légèrement indgeste du à son âcreté. Sporée blanche. Les arêtes denticulées des lames devraient éviter toute confusion avec d'autres russules

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF
  • russula_fragilis_10
  • russula_fragilis_11
  • russula_fragilis_12
  • russula_fragilis_13
  • russula_fragilis_14

Russule intègre, Russule entière

Publié dans Russula

Russule intègre, Russule entière

Russula integra

Chapeau: 6-14cm, glabre à finement feutré, pruineux à finement craquelé vers le pourtour au début, hémisphérique devenant convexe, à marge lunie à légèrement cannelée, à cuticule brillante et satinée par temps sec et un peu viqueuse à l'humidité, brun rougeâtre, sépia à chamois, à marge striée à la fin et cuticule pelant jusqu'à 1/2 du rayon
Lames: échancrées à adnées, cassantes, très interveinées, d'abord serrées et assez épaisses puis s'espaçant légèrement avec l'âge, de couleur crème jaunâtre puis devenant progressivement jaune plus vif en vieillissant
Pied: sans anneau, ferme, blanc, cylindrique, ridulé, parfois légèrement clavé, de couleur blanche puis ponctué de taches brunâtres en vieillissant
Chair: dure, ferme, blanche, souvent vineuse sous la cuticule, tendant légèrement à jaunir en surface
Odeur: légèrement mielleuse
Saveur: doucâtre, noisette à l'état jeune et papier mâché en vieillissant
Habitat: juillet-octobre, essentiellement dans les bois de conifères, appréciant la couverture des sapins et des épicéas, de préférence sur terres calcaires, rare en plaine, plus fréquent en altitude
Confusion: Russule belette (Russula mustelina) - un peu plus petite, cuticule un peu brillante -

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: assez rare en plaine, isolé ou parfois en groupes de quelques individus

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF

Russule jolie

Publié dans Russula

Russule jolie

Russula lepida, russula linnaei

Chapeau: 4-11cm, épais et dur, hémisphérique , d'abord convexe puis aplani et légèrement déprimé au centre, marge unie jusqu'au bout. Entre le rouge vif et rouge carminé, parfois rouge clair et avec l'âge, se décolore quelquefois en blanchâtre ou en jaunâtre en conservant des traces de rougeâtre. Cuticule sèche, mate, pruineuse et très veloutée, souvent fendillée et crevassée par temps sec, et par temps très pluvieux peut devenir brillante et lisse, la couleur tournant alors au moins par endroits au rouge vermillon
Lames: serrées, à moyennement serrées avec l'âge, adnées, assez épaisses, fourchues près du pied et cassantes, blanches avec un léger reflet crème ou glauque, et avec l'arête rosâtre près du chapeau
Pied: sans anneau, cylindrique ou en forme de massue, dur, solide, mat, cassant, d'aspect pruineux, puis rugueux, blanc teinté de rose rouge ou de rougeâtre, plus marqué à la base
Chair: blanche, ferme, dure, cassante à crayeuse en séchant, rosée sous la cuticule, grisâtre imbibée d'eau, jaunit à la dessication où avec l'âge
Odeur: douce, fruitée, mentholée
Saveur: désagréable, rappelant aussi le menthol et devenant un peu amère à la longue
Habitat: juillet-octobre, bois de feuillus, hêtres et charmes, ou plus rarement sous conifères dans les régions montagneuses
Confusion: Russule émétique (Russula emetica)

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: identifiable à la fermeté de sa chair dure comme de la pomme, et cassante comme de la craie.
Il existe plusieurs variétés dont les couleurs du chapeau, notamment, sont plus pâles voire de couleur blanchâtre à ochracé

Toxicité: consdérée par certains auteurs comme peu toxique ou pas toxique du tout. De toute façon, son goût désagréable et son amertume n'engage pas à la consommation - syndrôme: gastro-intestinal (= résinoïdien) (poison: Chitine, tréhalose, mannitol, etc.); symptômes: Latence: 3-6 heures, puis nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées.; remarques: Ce syndrome provoque essentiellement des nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées. Ce syndrome peut être provoqué par une multitude d'espèces de champignons et par diverses causes. Les champignons comestibles mangés en trop grandes quantité peuvent provoquer ce syndrome car les champignons contiennent des molécules peu digestes (chitine) et/ou uniques aux champignons (tréhalose, mannitol). Les personnes ayant un déficit en tréhalase (enzyme qui dégrade le tréhalose) peuvent avoir des diarrhées. Certaines espèces, dans certains cas, peuvent être toxiques: Armillaria sp., Lepista sp., Agaricus xanthoderma (Agaric jaunissant)

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF

Russule noble

Publié dans Russula

Russule noble

Russula mairei, Russula nobilis

Chapeau: 3-7cm, convexe et le restant longtemps, s'étalant ensuite avec légère dépression centrale, à marge lisse, de couleur rouge écarlate se décolorant ensuite par endroits en taches jaunes à jaune ochracé
Lames: adnées, moyennement fines et serrées, peu épaisses, de couleur blanche puis se tachant de jaunâtre à brunâtre
Pied: sans anneau, assez court, trapu et ferme, également de couleur blanche se teintant de jaunâtre à la base
Chair: blanche, est charnue et jaunit faiblement à la coupe
Odeur: peu marquée, de noix de coco puis devenant plus suave, rappelant le parfum de miel
Saveur: piquante, âcre
Habitat: août-octobre, essentiellement dans les bois de feuillus, appréciant surtout les chênes et les hêtres
Confusion: Russule émétique (Russula emetica), Russule émétique var. silvestris (Russula emetica var. silvestris)

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: apprécie les températures plutôt élevées. D'une âcreté particulièrement vive, elle se classe de ce fait parmi les espèces non comestibles.

Toxicité: d'une âcreté particulièrement vive - syndrôme: gastro-intestinal (= résinoïdien) (poison: Chitine, tréhalose, mannitol, etc.); symptômes: Latence: 3-6 heures, puis nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées.; remarques: Ce syndrome provoque essentiellement des nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées. Ce syndrome peut être provoqué par une multitude d'espèces de champignons et par diverses causes. Les champignons comestibles mangés en trop grandes quantité peuvent provoquer ce syndrome car les champignons contiennent des molécules peu digestes (chitine) et/ou uniques aux champignons (tréhalose, mannitol). Les personnes ayant un déficit en tréhalase (enzyme qui dégrade le tréhalose) peuvent avoir des diarrhées. Certaines espèces, dans certains cas, peuvent être toxiques: Armillaria sp., Lepista sp., Agaricus xanthoderma (Agaric jaunissant)

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF

Russule noircissante

Publié dans Russula

Russule noircissante

Russula nigricans

Chapeau: 8-20cm, charnu, hémisphérique puis convexe bosselé, irrégulier et déprimé, à marge d'abord enroulée puis lisse et ondulée, blanc cassé devenant ocre-brun à brun par plages puis noircissant et se creusant en entonnoir en vieillissant
Lames: épaisses, cassantes, très espacées, avec lamellules intercalaires, de couleur blanc crème jeune, rougissant puis noircissant au toucher
Pied: sans anneau, trapu et court, passant du blanc au fauve puis au noir au cours de son existence
Chair: très ferme, blanchâtre, rougissant à la coupe puis noircissant avec l'âge, ferme
Odeur: fruitée
Saveur: neutre
Habitat: août-novembre, surtout dans les bois de feuillus mais aussi dans les bois mixtes et sous les conifères, pour peu que la couverture ne soit pas trop dense, courante
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: très variable en couleur durant son existance, elle passe du blanc au noir.
Quoique comestible pour certains, de saveur médiocre

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF
  • russula_nigricans_09
  • russula_nigricans_10
  • russula_nigricans_11
  • russula_nigricans_16

Russule olivacée

Publié dans Russula

Russule olivacée

Russula olivacea

Chapeau: 6-20cm, convexe puis convexe-étalé à étalé-déprimé, charnu, ferme, sec, glabre, ruguleux, souvent gercé-ridé concentriquement vers le pourtour, souvent pourpre vineux, parfois rougeâtre, vert olive, jaunâtre ou brunâtre, souvent olive au début ou à l'abri de la lumière, à marge incurvée au début, puis droite, et cuticule pelant jusqu'à 1/3 du rayon
Lames: adnées à adnexées, larges, jusqu'à 10 mm, parfois fourchues près du pied, sans lamellules, serrées puis subespacées, blanchâtres puis crème, jaunes à jaune ocre, à arêtes parfois rougeâtres
Pied: sans anneau, d'aspect vigoureux mais cassant, très épais, ridé à ruguleux, s'apaississant vers le sommet, de couleur blanche à tendance rosissante qui ne se marque parfois qu' en son sommet, devenant brun jaunâtre vers la base
Chair: blanche à blanc crème et jaunit un peu à la coupe, jusqu'à 10 mm au disque, ferme dans le chapeau, molle dans le pied, immuable
Odeur: faiblement fruitée à florale, de feuilles de pélargonium
Saveur: douce et agréable, de noisettes
Habitat: juillet-octobre, bois de feuillus, appréciant chênes et hêtres, mais aussi résineux en altitude, fréquente, solitaire ou subgrégaire
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: Assez fréquente par endroit, de taille remarquable, pas appréciée par tout le monde

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF
  • russula_olivacea_10
  • russula_olivacea_11
  • russula_olivacea_12
  • russula_olivacea_13
  • russula_olivacea_14
  • russula_olivacea_15

Russule rhodopoda

Publié dans Russula

Russule rhodopoda

Russula rhodopoda

Chapeau: 4-10cm, rouge sang vif, centre plus foncé, presque noirâtre, cuticule sèche, un peu luisante, non sillonnée
Lames: d'abord blanches, puis jaunâtres, arrondies sur le pied
Pied: sans anneau, blanc, plus ou moins teinté de rougeâtre, base tachetée d'ocre
Chair: blanche, tendance à devenir ocrée, cassante, vite ramollie
Odeur: faible, fruitée
Saveur: très piquante
Habitat: août-octobre, pessières, en montagne, sol acide, tourbeux, rare, localisée
Confusion: Russule émétique (Russula emetica), Russule émétique var. silvestris (Russula emetica var. silvestris), Russule jolie (Russula lepida, russula linnaei)

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: sa saveur très piquante lui interdit les faveurs de la table

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF
  • russula_rhodopoda_10

Russule sans lait, Russule faux-lactaire

Publié dans Russula

Russule sans lait, Russule faux-lactaire

Russula delica

Chapeau: 7-15cm, épais, convexe puis plat se creusant ensuite en entonnoir, à marge longtemps enroulée et onduleuse à sinueuse, à cuticule faiblement rugueuse, de couleur blanchâtre puis nuancé d'ocre jaune à ocre sale, souvent sali de débris terreux
Lames: adnée à faiblement décurrentes, peu espacées, épaisses et larges, de couleur blanchâtre à blanc ivoire, marge des lames vite roussissante à brunissante
Pied: sans anneau, trapu et court, de même couleur que le chapeau, présentant parfois une zone annulaire bleu-vert pâle au sommet
Chair: épaisse, dense, tenace, immuable à la coupe, aqueuse, ferme, dure très croquante, saveur douce peu marquée sauf dans les lames où elle se révèle piquante
Odeur: fruitée au début, ensuite de poisson ou de crustacé ou de hareng en vieillissant, devient écoeurant avec l'âge
Saveur: douce, plutôt âcre
Habitat: juillet-novembre, sous feuillus comme sous conifères pour peu qu'ils soient aérés, généralement sur sol bien drainé mais aussi sur les berges herbeuses des fossés longeant les bois
Confusion: Lactaire poivré (Lactarius piperatus) - exsudant un latex blanc -, Lactaire velouté (Lactarius vellereus) - exsudant un latex blanc -, Russule verdoyante, Russule de Palomet (Russula virescens)

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: a l'aspect d'un lactaire, mais est une russule

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF

Russule verdoyante, Russule de Palomet

Publié dans Russula

Russule verdoyante, Russule de Palomet

Russula virescens

Chapeau: 5-12cm, globuleux puis convexe à plan convexe, charnu, irrégulier et un peu bosselé, parfois un peu creusé, marge mince, incurvée puis droite, régulière au début, crénelée dans l'âge, à cuticule à moitié séparable, sèche, mate, craquelée en vieillissant, de couleur blanc crème puis vert pâle à vers jade surtout au centre
Lames: adnées, moyennement serrées, interveinées, parfois anastomosées, de couleur blanche présentant souvent un léger reflet rosé, parfois ponctuées de taches brun-roux, cassantes
Pied: sans anneau, épais à ventru, parfois plus fin à la base, légèrement évasé sous les lames, plein, dur puis vite vermoulu-spongieux, devenant spongieux en vieillissant , de couleur blanche se tachant de brun à orangé à partir de la base, rugueux et pruineux en haut
Chair: blanche, épaisse, cassante et ferme, souvent véreuse
Odeur: fruitée au début, désagréable sur la fin
Saveur: douce
Habitat: juillet-octobre, bois secs, chauds et aérés de feuillus comportant chênes, châtaigniers et hêtres. Sur sols tendance acide, près des fougères, ou directement dans l'herbe des clairières. Assez courant se développant en petites troupes de quelques individus
Confusion: Amanite phalloïde (Amanita phalloides) - surtout dans la jeunesse -

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: Il existe des formes très pâles et parfois même blanchâtres mais la particularité de la cuticule se craquelant avec l'âge permet de le distinguer des autres espèces.
C'est du reste un des rares champignons avec le champignon de couche et quelques autres à pouvoir être consommé cru en salade

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF

Russule vineuse

Publié dans Russula

Russule vineuse

Russula vinosa

Chapeau: 5-15cm, vite étalé, largement déprimé au centre, profondément avec l'âge, glabre, de couleur variable, rouge pourpré, rouge vineux, rouge sang pâle ou foncé à pourpre livide, parfois brunâtre au centre et plus pâle vers le pourtour ou parfois entièrement plus pâle, à marge longtemps incurvée, obtuse, unie à très courtement et obscurément cannelée, et cuticule pelant jusqu'aux 2/3 du rayon
Lames: décurrentes-atténuées puis libres-arrondies, 4-11 mm de largeur, ventrues, minces puis plus épaisses, cassantes, très interveinées, avec quelques furcations et longues lamellules, serrées puis subespacées, crème, chamois pâle à jaune paille pâle, grisâtres à gris noirâtres au sec, à arêtes parfois pourprées
Pied: sans anneau, robuste, blanc à légèrement lavé de rose, grisonnant à la fin, au froissement et par imbibition
Chair: épaisse, assez ferme, blanche, rouge vineux sous la cuticule, noircissante
Odeur: neutre
Saveur: douce
Habitat: juillet-septembre, sous conifères, épinettes, pins, pruches, sapins, en milieux marécageux
Confusion: Russule émétique var. silvestris (Russula emetica var. silvestris), Russule émétique var. silvestris (Russula emetica var. silvestris), Russule feuille morte (Russula xerampelina)

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: variable en couleur

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair cassante comme de la craie > Sans lait > Russula

Télécharger la fiche en PDF
  • russula_vinosa_10