Coprinaceae

Coprin chevelu

Publié dans Coprinus

Coprin chevelu

Coprinus comatus

Chapeau: 5-15cm, fragile, d'abord en fourreau sur le pied, devenant cylindrique puis en cloche, couvert d'écailles délicates blanchâtres à brunes à bords légèrement rosés souvent relevés, devenant noir et déliquescent à partir de la base. La longueur divisée par la largeur donnant souvent 2 ou plus, fragile, se brisant en écailles récurvées ou méchules à bout brun foncé avec l'âge, sauf au centre qui demeure lisse, blanc au début, brunâtre, gris pâle à modéré ou brun ocre au centre
Lames: blanches devenant rapidement rosées puis noires, déliquescentes
Pied: Anneau blanc, léger et mobile. Pied d'abord presque entièrement caché dans le chapeau, s'élance ensuite pour atteindre 20 cm de haut et 2 cm de diamètre pour les plus gros, long, creux, très délicat, blanc rosé, élargi vers la base jusqu'à 3 cm, subbulbeux, parfois radicant, fragile, creux, glabre à soyeux-fibrilleux
Chair: mince, fibreuse, fragile, légèrement cassante, blanche au début, puis noire par déliquescence avec l'âge
Odeur: faible
Saveur: indistincte
Habitat: août-novembre, dans les pelouses, les parcs, talus de chemins, terrains vagues, sur sols récemment perturbés, en milieux herbeux, jardins et bord de routes
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: Ce très bon comestible dont le pied est relativement fibreux pousse généralement en groupes de quelques individus. Il est fragile et doit être consommé jeune, le jour même de la cueillette. Il se détériore très vite, noircissant puis se liquéfiant littéralement, jusqu'à disparaître totalement, ne laissant le plus souvent qu'un pied dressé. Très bon en friture, à déguster comme des chips.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée noire > Lamelles déliquescentes > Coprinus

Télécharger la fiche en PDF
  • coprinus_comatus_10
  • coprinus_comatus_11
  • coprinus_comatus_12
  • coprinus_comatus_13
  • coprinus_comatus_20
  • coprinus_comatus_21
  • coprinus_comatus_22
  • coprinus_comatus_23
  • coprinus_comatus_24
  • coprinus_comatus_25
  • coprinus_comatus_26
  • coprinus_comatus_27
  • coprinus_comatus_28
  • coprinus_comatus_29
  • coprinus_comatus_30
  • coprinus_comatus_31

Coprin domestique

Publié dans Coprinus

Coprin domestique

Coprinellus domesticus, Coprinus domesticus

Chapeau: 3-7cm, après expansion, subglobuleux, ovoïde à ellipsoïde puis conique à convexe, subétalé avec l'âge, distinctement strié vers le centre, ocre pâle à rouille sombre au centre, plus pâle vers la marge, couvert d'un voile feutré blanchâtre, se brisant en petits flocons laineux qui deviennent crème, ocre ou légèrement brun foncé au centre
Lames: libres à adnexées, serrées, blanches puis gris-brun à gris rougeâtre, noires à la fin, déliquescentes
Pied: anneau en lambeaux ou une zone annuliforme sillonnée ou même une pseudo volve rudimentaire à la base du pied, pied égal ou élargi vers à la base, creux, blanc, parfois avec structure en forme de volve marginée à la base, souvent relié à un ozonium orangé à rouille
Chair: très mince, fragile, pâle
Odeur: faible
Saveur: douce
Habitat: juillet-octobre, près ou sur les souches, billes ou branches de feuillus, copeaux de bois, composts, dans les jardins et lieux domestiques, grégaire ou fasciculé, rarement solitaire
Confusion: Coprin grégaire, Coprin disseminé (Coprinus disseminatus), Coprin micacé (Coprinellus micaceus, Coprinus micaceus)

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: Ne pas consommer avec de l'alcool

Toxicité: syndrôme: coprinien (poison: Coprine); symptômes: Latence: environ 30 minutes puis effet antabuse avec la consommation d'alcool (bourdonnement des oreilles, état d'anxiété et agitation, rougissement du visage, tachycardie et des diarrhées).; remarques: Ce syndrome provoque une intoxication généralement non mortelle mais dangereuse pour les personnes ayant des problèmes cardiovasculaires. L'espèce qui produit ce syndrome est Coprinus atramentarius (Coprin noir d'encre). La substance toxique est la coprine. C'est un dipeptide qui empêche l'oxydation de l'alcool en bloquant l'acétaldéhyde déshydrogénase. Cela provoque l'accumulation d'aldéhyde, un composé toxique. Le traitement consiste à ne pas boire d'alcool pendant une longue période. Il est d'ailleurs fortement recommandé de ne pas bois d'alcool 72 avant et après l'ingestion du Coprin noir d'encre.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée noire > Lamelles déliquescentes > Coprinus

Télécharger la fiche en PDF

Coprin grégaire, Coprin disseminé

Publié dans Coprinus

Coprin grégaire, Coprin disseminé

Coprinus disseminatus

Chapeau: 0.5-1.5cm, ovoïde puis convexe à campanulé, sillonné-plissé, en forme de cloche, sec, fragile, finement velouté jeune, très vite glabre, fortement strié-silloné jusqu'au disque, souvent brun pâle, jaune-brun ou ocre au centre, plus pâle à grisâtre vers la marge, parfois presque entièrement blanc à crème, avec voile floconneux-granuleux blanchâtre à brun
Lames: adnées, espacées, larges, blanches puis grises et finalement noires, non déliquescentes
Pied: sans anneau, égal, fragile, lisse à pubescent, blanc à blanc grisâtre, souvent légèrement vitreux, tubulaire, creux, cassant, souvent plié à la base et feutré, transparent à blanc
Chair: très mince, fragile
Odeur: insignifiante
Saveur: insignifiante
Habitat: mai-octobre, souches, branches mortes et abords immédiats, bois de feuillus et conifères, bois, surtout près des souches, pelouses et autres milieux herbeux, touffes ou grandes colonies, commun
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: il est à la limite du genre coprin, car il ne se liquéfie pas. Sa taille et sa saveur en font un piètre comestible.
Toxique si consommé avec de l'alcool

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée noire > Lamelles déliquescentes > Coprinus

Télécharger la fiche en PDF
  • coprinus_disseminatus_10

Coprin micacé

Publié dans Coprinus

Coprin micacé

Coprinellus micaceus, Coprinus micaceus

Chapeau: 2-4cm, ovoïde devenant conique ou semi ovoïde rainuré radialement puis campanulé, finement strié radialement, de couleur crème, brun jaunâtre pâle à ocre-brun, beige à brun miel ou ocre foncé à rouille au centre et plus pâle vers la marge, couvert de minuscules flocons brillants qui ressemblent à des cristaux de Mica, vite fugaces, lisse avec l'âge
Lames: libres à adnées, fines et serrées, de couleur blanchâtre devenant gris lilacin puis brun proupre à noirâtres en vieillissant, déliquescentes
Pied: sans anneau, creux, blanchâtre paraissant translucide, pruineux à floconneux surtout vers la base, soyeux et délicat, pouvant mesurer jusqu'à 15 cm, égal, élargi vers la base ou bulbeux, fragile, lisse à entièrement pubescent, blanc, souvent avec col en forme de volve
Chair: très mince, molle, blanchâtre à ocre
Odeur: douce
Saveur: indistincte
Habitat: avril-octobre, sur ou autour de vieilles souches dans les bois, parcs et sentiers, toujours en touffes, sur débris ligneux, racines et bois enfoui des pelouses
Confusion: Coprin grégaire, Coprin disseminé (Coprinus disseminatus) - Qui n'a pas cet aspect de mica sur le chapeau.
Confusion également avec Coprinus saccharinus qui ne diffère à vue d'oeil que par son voile blanc, rare en Suisse romande -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: C'est la particularité des paillettes brillantes qui le couvrent lorsqu'il est jeune, telles du mica, qui a valu son nom à ce champignon. Il se développe le plus souvent en troupes de nombreux individus. Sa déliquescence est nettement moins marquée que chez les autres coprins. S'il est considéré comme comestible, il n'a toutefois pas de grande valeur culinaire. A ne pas consommer avec de l'alcool, comme c'est le cas avec de nombreux Coprins

Toxicité: syndrôme: coprinien (poison: Coprine); symptômes: Latence: environ 30 minutes puis effet antabuse avec la consommation d'alcool (bourdonnement des oreilles, état d'anxiété et agitation, rougissement du visage, tachycardie et des diarrhées).; remarques: Ce syndrome provoque une intoxication généralement non mortelle mais dangereuse pour les personnes ayant des problèmes cardiovasculaires. L'espèce qui produit ce syndrome est Coprinus atramentarius (Coprin noir d'encre). La substance toxique est la coprine. C'est un dipeptide qui empêche l'oxydation de l'alcool en bloquant l'acétaldéhyde déshydrogénase. Cela provoque l'accumulation d'aldéhyde, un composé toxique. Le traitement consiste à ne pas boire d'alcool pendant une longue période. Il est d'ailleurs fortement recommandé de ne pas bois d'alcool 72 avant et après l'ingestion du Coprin noir d'encre.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée noire > Lamelles déliquescentes > Coprinus

Télécharger la fiche en PDF
  • coprinellus_micaceus_01
  • coprinellus_micaceus_10
  • coprinellus_micaceus_11
  • coprinellus_micaceus_12
  • coprinellus_micaceus_14
  • coprinellus_micaceus_15
  • coprinellus_micaceus_16
  • coprinellus_micaceus_18
  • coprinellus_micaceus_19
  • coprinellus_micaceus_20
  • coprinellus_micaceus_21
  • coprinellus_micaceus_22
  • coprinellus_micaceus_23
  • coprinellus_micaceus_24
  • coprinellus_micaceus_25
  • coprinellus_micaceus_26
  • coprinellus_micaceus_27
  • coprinellus_micaceus_28
  • coprinellus_micaceus_29
  • coprinellus_micaceus_30
  • coprinellus_micaceus_31
  • coprinellus_micaceus_32
  • coprinellus_micaceus_34
  • coprinellus_micaceus_35
  • coprinellus_micaceus_37

Coprin noir d'encre

Publié dans Coprinus

Coprin noir d'encre

Coprinus atramentarius

Chapeau: 5-7cm, ovoïde puis conique à convexe, de couleur gris souris strié de blanc, souvent couvert de poussière grisâtre avec petites écailles au sommet, squamuleux au centre à sublisse, à marge striée à irrégulièrement plissée, se fendant et se déchirant souvent avec l'âge. Marge rentrante au début, irrégulière, coupée, entamée, se relève ensuite pour se retourner, concolore puis finissant par se liquéfier et communiquant à l'ensemble du chapeau une couleur noire d'encre
Lames: libres, étroites et très serrées, blanches, grises rosées à grisâtres devenant rapidement noirâtres puis se liquéfiant
Pied: Anneau peu important et formant un bourrelet relativement léger à la base du pied. Pied cylindrique et fragile, de couleur blanchâtre, soyeux-fibrilleux, bourrelet au niveau de la marge lorsque celle-ci est encore au contact. Partie inférieure se rétrécissant à la base . Partie supérieure fragile, vite creusée, souvent couverte d'écailles
Chair: très fine, à peine 1 mm dans le chapeau, cassante, fibreuse dans le pied, mince et membraneuse dans le chapeau, blanc grisâtre
Odeur: indistincte
Saveur: indistincte
Habitat: mai-octobre, parcs et bois clairs de feuillus où il se développe en touffes importantes sur le bois en décomposition, même enfoui dans le sol, également au pied des vieilles souches, en bordure des bois et des routes, pelouses, jardins
Confusion: Coprin chevelu (Coprinus comatus) - toutefois fort différent à l'état juvénile -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: Comestible moyen, il est toxique lorsqu'il est dégusté avec des boissons alcoolisées provoquant alors des malaises d'ordre cardiaque (effet antabuse). Cette toxicité peut même apparaître lors de dégustation d'alcool plusieurs jours avant ou après l'ingestion du champignon, on parle de 72 heures avant et après. En vieillissant, comme son cousin le Coprin chevelu, cette espèce se liquéfie littéralement en une couleur qui lui a valu son nom.

Toxicité: syndrôme: coprinien (poison: Coprine); symptômes: Latence: environ 30 minutes puis effet antabuse avec la consommation d'alcool (bourdonnement des oreilles, état d'anxiété et agitation, rougissement du visage, tachycardie et des diarrhées).; remarques: Ce syndrome provoque une intoxication généralement non mortelle mais dangereuse pour les personnes ayant des problèmes cardiovasculaires. L'espèce qui produit ce syndrome est Coprinus atramentarius (Coprin noir d'encre). La substance toxique est la coprine. C'est un dipeptide qui empêche l'oxydation de l'alcool en bloquant l'acétaldéhyde déshydrogénase. Cela provoque l'accumulation d'aldéhyde, un composé toxique. Le traitement consiste à ne pas boire d'alcool pendant une longue période. Il est d'ailleurs fortement recommandé de ne pas bois d'alcool 72 avant et après l'ingestion du Coprin noir d'encre.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée noire > Lamelles déliquescentes > Coprinus

Télécharger la fiche en PDF
  • coprinus_atramentarius_10

Coprin plié, Coprin plissé

Publié dans Coprinus

Coprin plié, Coprin plissé

Coprinus plicatilis

Chapeau: 1.5-3.5cm après expansion, ovoïde à ellipsoïde puis campanulé à convexe, étalé à la fin, parfois déprimé, lisse, jaune sordide, brun jaunâtre, brun-rouge à ocre pâle, vite plus grisâtre à grisâtre-brunâtre, souvent plus foncé au centre et devenant grisâtre vers le pourtour, à marge récurvée avec l'âge, striée-sillonnée jusqu'au centre, profondément à la fin, transparent dans l'âge, prenant l'aspect d'une ombrelle à stries radiales avec centre lisse devenant roussâtre
Lames: libres, collariées, étroites, espacées, blanches à crème grisâtre au début, puis gris-brun à noirâtres, flétrissant, peu déliquescentes, un peu transparentes dans l'âge
Pied: sans anneau, jusqu'à 12cm, très mince, subégal, souvent légèrement élargi vers la base, mince, très fragile, creux, lisse, blanc à chamois puis sordide à jaune-brun pâle, parfois translucide
Chair: très mince, fragile, grisâtre
Odeur: nulle
Saveur: nulle
Habitat: mai-octobre, parcs, jardins, lisières des bois et chemins creux, dans les pelouses, les champs et autres milieux herbeux, au bord des sentiers et des routes, rarement ombragés
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: Ce champignon a la chair délicate et fragile. Se développe le plus souvent en groupes de quelques individus disséminés. Sa vie est très éphémère, ce qui explique son surnom "coprin d'un jour". Très peu consistant, il est considéré comme non comestible, quoique n'ayant pas la réputation d'être toxique

Toxicité: Vu sa taille, il est inutile de vouloir le consommer. - syndrôme: coprinien (poison: Coprine); symptômes: Latence: environ 30 minutes puis effet antabuse avec la consommation d'alcool (bourdonnement des oreilles, état d'anxiété et agitation, rougissement du visage, tachycardie et des diarrhées).; remarques: Ce syndrome provoque une intoxication généralement non mortelle mais dangereuse pour les personnes ayant des problèmes cardiovasculaires. L'espèce qui produit ce syndrome est Coprinus atramentarius (Coprin noir d'encre). La substance toxique est la coprine. C'est un dipeptide qui empêche l'oxydation de l'alcool en bloquant l'acétaldéhyde déshydrogénase. Cela provoque l'accumulation d'aldéhyde, un composé toxique. Le traitement consiste à ne pas boire d'alcool pendant une longue période. Il est d'ailleurs fortement recommandé de ne pas bois d'alcool 72 avant et après l'ingestion du Coprin noir d'encre.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée noire > Lamelles déliquescentes > Coprinus

Télécharger la fiche en PDF
  • coprinus_plicatilis_10
  • coprinus_plicatilis_11
  • coprinus_plicatilis_12

Panéole coprophile

Publié dans Panaeolus

Panéole coprophile

Panaeolus semiovatus, Anellaria separata

Chapeau: 2-6cm, d'abord ovoïde puis rapidement campanulé à conique, à marge unie parfois très légèrement striée ou cannelée, lisse et brillant, de couleur blanchâtre à grisâtre à gris ochracé
Lames: épaisses et fines, à lamellules intercalées, de couleur grisâtre à gris à arêtes soulignées de blanc
Pied: anneau très petit, d'abord blanchâtre puis noircissant, disparaissant ou s'estompant souvent avec l'âge. Pied long et fin (jusqu'à 15 cm), cylindrique, légèrement pruineux au sommet et devenant lisse vers la base
Chair: molle, blanchâtre
Odeur: faiblement herbacée à fongique
Saveur: indistincte
Habitat: juin-novembre, prairies, pâturages et chemins empruntés par le bétail, émergeant souvent des excréments en décomposition
Confusion: Panéole papilionacé (Panaeolus papilionaceus, Panaeolus sphinctrinus, Psilocybe campanulata) - La couleur du chapeu est un peu plus sombre -

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: relativement courant, il se développe généralement en petits groupes de quelques individus. On le trouve partout où il existe des passages d'animaux, surtout de chevaux, aussi bien dans les zones herbues que sur les chemins et allées cavalières des forêts. Présence de psilocybine douteuse.
Parfois considéré comme le frère jumeau de la panéole papillonacé, la différence étant faite par le milieu dans lequel pousse le carpophore

Toxicité: Présence de psilocybine douteuse - syndrôme: narcotinien (= psilocybien) (poison: Psilocybine); symptômes: Latence: environ 30 minutes, puis atteinte du système nerveux central avec des hallucinations. Les effets sont variables selon le contexte. Les effets sont une euphorie et des sensations visuelles, auditives et tactiles et différents autres troubles. Ces effets peuvent être accompagnés d'angoisse, de panique et de confusion et provoquer des nausées, des vomissements, des vertiges, etc. Des effets psychiatriques graves peuvent aussi se déclarer.; remarques: Ce syndrome provoque une intoxication de type hallucinogène. Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Psilocybe semilanceata et d'autres champignons des genres Psilocybe, Panaeolus, Pholiotina et Stropharia. La législation interdit la récolte, la détention et le transport de ces champignons. La substance toxique est la psilocybine (substance voisine du LSD). Cette molécule se fixe sur les récepteurs de la sérotonine et donc inhibe certaines parties du cerveau.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée noire > Lamelles non déliquescentes > Lamelles non roses sur les jeunes > Lamelles non décurrentes > Cortine légère > Chapeau hygrophane et fragile > Chapeau en cloche, lamelles tachetées > Panaeolus

Télécharger la fiche en PDF
  • panaeolus_semiovatus_01
  • panaeolus_semiovatus_02
  • panaeolus_semiovatus_10
  • panaeolus_semiovatus_11
  • panaeolus_semiovatus_12
  • panaeolus_semiovatus_14
  • panaeolus_semiovatus_15
  • panaeolus_semiovatus_16
  • panaeolus_semiovatus_17
  • panaeolus_semiovatus_19
  • panaeolus_semiovatus_20
  • panaeolus_semiovatus_21
  • panaeolus_semiovatus_8

Panéole papilionacé

Publié dans Panaeolus

Panéole papilionacé

Panaeolus papilionaceus, Panaeolus sphinctrinus, Psilocybe campanulata

Chapeau: 2-4cm, ovoïde puis campanulé, campanulé-convexe à presque hémisphérique, étalé ou non à la fin, souvent légèrement papillé, lisse ou craquelé, parfois ruguleux ou plissé, mat à soyeux-brillant, blanchâtre, chamois, gris pâle à jaune-gris-brun ou gris olivacé plus ou moins foncé ou brun rougeâtre, parfois teinté de rose avec l'âge et plus foncé vers le centre, à marge aiguë, appendiculée-crénelée de restes vélaires blanchâtres au début
Lames: adnées à adnexées, vite sécédentes, larges, avec lamellules, subespacées à serrées, grisâtres puis marbrées, noires à la fin, à arêtes floconneuses, blanchâtres
Pied: sans anneau, égal à légèrement élargi à la base, droit, fibreux, cassant, fistuleux, souvent strié, entièrement pruineux blanc sur fond crème grisâtre à brun rougeâtre, plus pâle à l'apex, devenant brun depuis la base, avec feutrage basal blanc
Chair: plus épaisse au disque, amincie vers la marge, cassante, crème, à la surface veloutée
Odeur: légèrement fongique
Saveur: douce, fongique
Habitat: mai-octobre, sur excréments ou fumiers (parfois couverts), champs, pâturages, milieux riches herbeux en azote et forêts
Confusion: Panéole coprophile (Panaeolus semiovatus, Anellaria separata) - La couleur du chapeau est un peu plus claire -

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: parfois considéré comme le frère jumeau de la panéole coprophile, la différence étant faite par le milieu dans lequel pousse le carpophore

Toxicité: hallucinogène, contient de la psilocybine et de la psilocine - syndrôme: narcotinien (= psilocybien) (poison: Psilocybine); symptômes: Latence: environ 30 minutes, puis atteinte du système nerveux central avec des hallucinations. Les effets sont variables selon le contexte. Les effets sont une euphorie et des sensations visuelles, auditives et tactiles et différents autres troubles. Ces effets peuvent être accompagnés d'angoisse, de panique et de confusion et provoquer des nausées, des vomissements, des vertiges, etc. Des effets psychiatriques graves peuvent aussi se déclarer.; remarques: Ce syndrome provoque une intoxication de type hallucinogène. Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Psilocybe semilanceata et d'autres champignons des genres Psilocybe, Panaeolus, Pholiotina et Stropharia. La législation interdit la récolte, la détention et le transport de ces champignons. La substance toxique est la psilocybine (substance voisine du LSD). Cette molécule se fixe sur les récepteurs de la sérotonine et donc inhibe certaines parties du cerveau.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée noire > Lamelles non déliquescentes > Lamelles non roses sur les jeunes > Lamelles non décurrentes > Cortine légère > Chapeau hygrophane et fragile > Chapeau en cloche, lamelles tachetées > Panaeolus

Télécharger la fiche en PDF
  • panaeolus_papilionaceus_10
  • panaeolus_papilionaceus_11
  • panaeolus_papilionaceus_12
  • panaeolus_papilionaceus_13
  • panaeolus_papilionaceus_14
  • panaeolus_papilionaceus_15