Strophariacaceae

Hypholome à lames enfumées, Hypholome à lames grises, Hypholome doux

Publié dans Hypholoma

Hypholome à lames enfumées, Hypholome à lames grises, Hypholome doux

Hypholoma capnoides, Dryophila capnoides, Geophila capnoides

Chapeau: 3-7cm, hémisphérique puis convexe et s'étalant, lisse, à marge d'abord enroulée puis lisse, de couleur jaune-orangé à ochracé, plus foncé jusqu'à brun orangé vers le centre, avec quelques restes vélaires
Lames: adnées, fines et assez serrées, d'abord de couleur blanchâtre puis devenant gris pâle et enfin gris violacé à brunâtre en vieillissant. Jamais de vert.
Pied: sans anneau, restes de cortine brun violacé souvent fugace vers le haut du pied. Pied: fibrilleux, souvent courbé, de couleur jaune au sommet à brun ochracé vers la base
Chair: blanchâtre à jaune verdâtre pâle
Odeur: nulle ou faible oder d'humus ou de vieux bois
Saveur: douce
Habitat: mai-novembre, principalement sur souches, troncs et branches mortes de résineux, appréciant particulièrement les pins, en touffes de plusieurs individus, parfois assez nombreux, moins fréquent que l'Hypholome en touffes
Confusion: Hypholome couleur de brique (Hypholoma lateritium, Hypholoma sublateritium), Hypholome en touffes, Hypholome fasciculé (Hypholoma fasciculare) - contrôler la couleur des lames qui ont une teinte verdâtre -

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: comestible médiocre dont la chair est peu consistante. Il est préférable de s'en méfier en raison de la confusion possible avec d'autres hypholomes plus ou moins suspectés de toxicité. Réservé aux cueilleurs expérimentés

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée noire > Lamelles non déliquescentes > Lamelles non roses sur les jeunes > Lamelles non décurrentes > Cortine légère > Chapeau non hygrophane tirant sur le jaune > Hypholoma

Télécharger la fiche en PDF
  • hypholoma_capnoides_10
  • hypholoma_capnoides_14
  • hypholoma_capnoides_15
  • hypholoma_capnoides_16
  • hypholoma_capnoides_17
  • hypholoma_capnoides_18
  • hypholoma_capnoides_19
  • hypholoma_capnoides_20
  • hypholoma_capnoides_21
  • hypholoma_capnoides_22
  • hypholoma_capnoides_23
  • hypholoma_capnoides_24
  • hypholoma_capnoides_25
  • hypholoma_capnoides_26
  • hypholoma_capnoides_27
  • hypholoma_capnoides_28
  • hypholoma_capnoides_29

Hypholome couleur de brique

Publié dans Hypholoma

Hypholome couleur de brique

Hypholoma lateritium, Hypholoma sublateritium

Chapeau: 5-10cm, assez charnu, hémisphérique à convexe puis plan-convexe, marge infléchie, cuticule sèche, rouge-brique plus ou moins soutenu au disque plus pâle et plus ocré-jaunâtre vers la marge, marge lisse, pruineuse jaunâtre à floconneuse de couleur jaunâtre à la marge provenant de la persistance du voile
Lames: adnées à émarginées, serrées, de couleur d'abord crème grisâtre pâle à jaune olivâtre puis devenant gris violacé à brun violacé, arêtes des lames blanchâtres
Pied: sans anneau, avec zone cortinée assez nette formant un anneau, finement fibrilleux sous cette cortine, plus ou moins courbé et renflé vers sa base, fibreux et creux, de couleur crème jaunâtre, devenant roussâtre vers la base, à squames assez volumineuses à l'état juvénile puis devenant plus finement méchuleux
Chair: couleur crème, brun rougeâtre pâle vers la base du pied
Odeur: faiblement farineuse
Saveur: amère
Habitat: août-novembre, en grosses touffes, plus rarement isolé, sur souches et bois de toutes sortes, principalement sur racines de chênes, souches de feuillus et de conifères, notamment d'épicéas, parfois aussi sur débris ligneux enfouis, le long des fossés ou des talus
Confusion: Hypholome à lames enfumées, Hypholome à lames grises, Hypholome doux (Hypholoma capnoides, Dryophila capnoides, Geophila capnoides) - à l'état juvénile -, Hypholome en touffes, Hypholome fasciculé (Hypholoma fasciculare) - à l'état juvénile -

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: toxique, provoque diarrhées et vomissements, latence de 30 minutes à 3 heures

Toxicité: provoque diarrhées et vomissements, latence de 30 minutes à 3 heures - syndrôme: gastro-intestinal (= résinoïdien) (poison: Chitine, tréhalose, mannitol, etc.); symptômes: Latence: 3-6 heures, puis nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées.; remarques: Ce syndrome provoque essentiellement des nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées. Ce syndrome peut être provoqué par une multitude d'espèces de champignons et par diverses causes. Les champignons comestibles mangés en trop grandes quantité peuvent provoquer ce syndrome car les champignons contiennent des molécules peu digestes (chitine) et/ou uniques aux champignons (tréhalose, mannitol). Les personnes ayant un déficit en tréhalase (enzyme qui dégrade le tréhalose) peuvent avoir des diarrhées. Certaines espèces, dans certains cas, peuvent être toxiques: Armillaria sp., Lepista sp., Agaricus xanthoderma (Agaric jaunissant)

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée noire > Lamelles non déliquescentes > Lamelles non roses sur les jeunes > Lamelles non décurrentes > Cortine légère > Chapeau non hygrophane tirant sur le jaune > Hypholoma

Télécharger la fiche en PDF
  • hypholoma_lateritium_10
  • hypholoma_lateritium_11
  • hypholoma_lateritium_12
  • hypholoma_lateritium_13
  • hypholoma_lateritium_14
  • hypholoma_lateritium_15
  • hypholoma_lateritium_16
  • hypholoma_lateritium_17
  • hypholoma_lateritium_20
  • hypholoma_lateritium_22
  • hypholoma_lateritium_24
  • hypholoma_lateritium_25
  • hypholoma_lateritium_26
  • hypholoma_lateritium_27
  • hypholoma_lateritium_28
  • hypholoma_lateritium_29
  • hypholoma_lateritium_30
  • hypholoma_lateritium_31
  • hypholoma_lateritium_32
  • hypholoma_lateritium_33
  • hypholoma_lateritium_34
  • hypholoma_lateritium_35
  • hypholoma_lateritium_36

Hypholome en touffes, Hypholome fasciculé

Publié dans Hypholoma

Hypholome en touffes, Hypholome fasciculé

Hypholoma fasciculare

Chapeau: 1.5-8cm, couleur jaune citrin à jaune soufré devenant orangé à roux vers le centre, globuleux puis convexe plus ou moins mamelonné, mince et peu charnu, cuticule nue ou avec reste du voile soyeux à marge portant parfois des vestiges d'abord jaunâtres puis noircis du voile et paraissant ainsi être frangée en vieillissant, marge enroulée, parfois cortinée
Lames: adnées à échancrées, très fines et serrées, de couleur jaune citron devenant verdâtre à gris olivacé
Pied: sans anneau, restes de cortine fugace, long et grêle, généralement courbé, de couleur jaune soufre devenant orangé vers la base
Chair: jaune
Odeur: inodore ou désagréable, de teinture d'iode
Saveur: très amer
Habitat: mai-novembre, en touffe, souvent sur souches ou branches mortes diverses, très commun
Confusion: Hypholome à lames enfumées, Hypholome à lames grises, Hypholome doux (Hypholoma capnoides, Dryophila capnoides, Geophila capnoides), Hypholome couleur de brique (Hypholoma lateritium, Hypholoma sublateritium)

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: il provoque diarrhée et vomissement, la toxine étant la fasciculole. Très courant, il se développe souvent en bancs de nombreux individus et ses couleurs chaudes le font remarquer de loin. Sa saveur le classe parmi les espèces non comestibles mais il est par ailleurs suspecté d'une certaine toxicité, certains auteurs le considère franchement toxique et rapportent quelques cas fatals.

Toxicité: il provoque diarrhée et vomissement, la toxine étant la fasciculole. - syndrôme: gastro-intestinal (= résinoïdien) (poison: Chitine, tréhalose, mannitol, etc.); symptômes: Latence: 3-6 heures, puis nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées.; remarques: Ce syndrome provoque essentiellement des nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées. Ce syndrome peut être provoqué par une multitude d'espèces de champignons et par diverses causes. Les champignons comestibles mangés en trop grandes quantité peuvent provoquer ce syndrome car les champignons contiennent des molécules peu digestes (chitine) et/ou uniques aux champignons (tréhalose, mannitol). Les personnes ayant un déficit en tréhalase (enzyme qui dégrade le tréhalose) peuvent avoir des diarrhées. Certaines espèces, dans certains cas, peuvent être toxiques: Armillaria sp., Lepista sp., Agaricus xanthoderma (Agaric jaunissant)

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée noire > Lamelles non déliquescentes > Lamelles non roses sur les jeunes > Lamelles non décurrentes > Cortine légère > Chapeau non hygrophane tirant sur le jaune > Hypholoma

Télécharger la fiche en PDF
  • hypholoma_fasciculare_01
  • hypholoma_fasciculare_02
  • hypholoma_fasciculare_03
  • hypholoma_fasciculare_04
  • hypholoma_fasciculare_05
  • hypholoma_fasciculare_06
  • hypholoma_fasciculare_07
  • hypholoma_fasciculare_08
  • hypholoma_fasciculare_09
  • hypholoma_fasciculare_10
  • hypholoma_fasciculare_12
  • hypholoma_fasciculare_13
  • hypholoma_fasciculare_14
  • hypholoma_fasciculare_15
  • hypholoma_fasciculare_16
  • hypholoma_fasciculare_30
  • hypholoma_fasciculare_31
  • hypholoma_fasciculare_32
  • hypholoma_fasciculare_34
  • hypholoma_fasciculare_35

Pholiote adipeuse, Pholiote jaune citron, Pholiote grasse

Publié dans Pholiota

Pholiote adipeuse, Pholiote jaune citron, Pholiote grasse

Pholiota adiposa, Pholiota aurivella, Pholiota limonella

Chapeau: 3-9cm, convexe à subétalé, parfois omboné, visqueux, lisse ou avec méchules dispersées à subdressées brunes à rougeâtres sur fond jaune citron à jaune doré au frais, à marge appendiculée de débris vélaires jaune pâle
Lames: adnées-sinuées à légèrement adnexées, étroites, 2-4 mm de largeur, serrées, blanchâtres à jaunes puis ferrugineuses, à arêtes entières à légèrement crénelées
Pied: anneau partiel, fibrilleux, jaune, laissant une zone annuliforme distincte, évanescente. Pied égal, lisse et crème jaunâtre au-dessus de la zone annuliforme, avec écailles dispersées récurvées pâles ou jaunâtres sur fond jaune-brun au-dessous
Chair: mince, compacte, jaune
Odeur: faible, aromatique
Saveur: faible
Habitat: juillet-octobre, saprotrophe ou probablement parasite
sur bois vivant ou pourri ou dans les blessures de feuillus
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: Par temps pluvieux, les écailles piléiques disparaissent parfois complètement, laissant le chapeau nu. Certains auteurs font une distinction entre la Pholiote adipeuse et la Pholiote jaune citron

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > En touffes sur bois mort ou au pied des souches > Odeur et saveur farineuses ou chapeau non hygrophane > Odeur et saveur non farineuses > Chapeau fortement écailleux ou crème verdâtre et visqueux > Pholiota

Télécharger la fiche en PDF
  • pholiota_adiposa_10
  • pholiota_adiposa_11
  • pholiota_adiposa_12
  • pholiota_adiposa_13
  • pholiota_adiposa_14
  • pholiota_adiposa_15
  • pholiota_adiposa_16
  • pholiota_adiposa_17
  • pholiota_adiposa_18
  • pholiota_adiposa_19
  • pholiota_adiposa_20
  • pholiota_adiposa_21
  • pholiota_adiposa_22
  • pholiota_adiposa_23
  • pholiota_adiposa_24
  • pholiota_adiposa_25
  • pholiota_adiposa_26
  • pholiota_adiposa_27
  • pholiota_adiposa_28
  • pholiota_adiposa_29

Pholiote changeante, Agaric à soupe

Publié dans Pholiota

Pholiote changeante, Agaric à soupe

Pholiota mutabilis ou Kuehneromyces mutabilis

Chapeau: 2-8 cm, convexe, souvent un peu mamelonné, très hygrophane, luisant d'un beau jaune fauve, jaune-olive ou ocre-brun par temps sec, d'un brun cannelle par l'humidité, palissant à ocre livide à partir du centre. Surface lisse ou finement floconneuse sauf à la marge qui présente des mèches poilues pâles ou brunâtres, fugaces, la marginelle étant toujours un peu translucide
Lames: rose-brunâtre à roux-brunâtre, adnées
Pied: jaunâtre, brunissant vers la base, avec anneau membraneux, écailleux-floconneux au-dessous. Tenace, cylindrique, plein puis creux, le pied noirci à la base. Un petit anneau apical étroit, membraneux-pelucheux, concolore au pied mais brunissant, bientôt affaissé et plus ou moins fugace.
Chair: peu épaisse, brun clair, assez serrées à serrées, adnées ou décurrentes par une dent
Odeur: fine, suave, mirabelle
Saveur: douce
Habitat: mai-novembre, en groupe (touffe) sur souches pourrissantes de feuillus, surtout de hêtres, plus rare sur conifère, commune, saprophyte
Confusion: Galère marginée (Galerina marginata, Pholiota marginata, Galera marginata) - ainsi que certains hypholomes.
La Galère marginée ne pousse pas autant en touffes que la Pholiote changeante.
Pour les non-initiés, ce sont des sosies, il faut donc être extrêmement prudent. -

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: comestible de bonne qualité en garniture. N'employer que les chapeaux, les pieds étant coriaces.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > En touffes sur bois mort ou au pied des souches > Odeur et saveur farineuses ou chapeau non hygrophane > Odeur et saveur non farineuses > Chapeau fortement écailleux ou crème verdâtre et visqueux > Pholiota

Télécharger la fiche en PDF
  • kuehneromyces_mutabilis_08
  • kuehneromyces_mutabilis_09
  • kuehneromyces_mutabilis_10
  • kuehneromyces_mutabilis_11
  • kuehneromyces_mutabilis_12
  • kuehneromyces_mutabilis_13
  • kuehneromyces_mutabilis_14
  • kuehneromyces_mutabilis_15
  • kuehneromyces_mutabilis_17
  • kuehneromyces_mutabilis_18
  • kuehneromyces_mutabilis_19
  • kuehneromyces_mutabilis_20
  • kuehneromyces_mutabilis_21
  • kuehneromyces_mutabilis_22
  • kuehneromyces_mutabilis_23
  • kuehneromyces_mutabilis_24
  • kuehneromyces_mutabilis_25
  • kuehneromyces_mutabilis_26
  • kuehneromyces_mutabilis_27
  • kuehneromyces_mutabilis_28
  • kuehneromyces_mutabilis_29
  • kuehneromyces_mutabilis_30
  • kuehneromyces_mutabilis_34
  • kuehneromyces_mutabilis_35
  • kuehneromyces_mutabilis_36
  • kuehneromyces_mutabilis_37

Pholiote destructrice, Pholiote des peupliers

Publié dans Pholiota

Pholiote destructrice, Pholiote des peupliers

Pholiota populnea, Hemipholiota populnea, Agrocybe aegerita

Chapeau: 3-15cm, globuleux puis par la suite, hémisphérique et enfin étalé voire même déprimé sur la fin. Sur les jeunes spécimens, couleur d'un marron d'Inde, couleur beige blanchâtre ou noisette à brun ocracé vers le centre, palissant ensuite jusqu'à une couleur blanchâtre. Surface lisse et soyeuse, ridulée, de couleur ocre avec le centre plus foncé au début. Il pâlit et se crevasse en vieillissant. La marge est enroulée puis déployée et ondulée
Lames: adnées, serrées, décurrentes (par une dent) blanchâtres gris fauve ensuite, avec l'arête un peu plus claire
Pied: anneau ample et descendant, bien développé mais pouvant parfois disparaître en vieillissant, situé très haut sur le pied, de couleur blanche à blanchâtre. Pied long, cylindrique, atténué à la base, de couleur blanc soyeux, marqué de fibrilles brunes. Il comporte un anneau blanc, charnu et large, haut perché, persistant
Chair: plus ou moins épaisse, dure, ferme ou fragile, chez les jeunes sujets, blanche dans le chapeau et grisâtre dans le pied avec tendance à brunir
Odeur: rave, raifort, fruitée à farineuse à l'état juvénile, virant au "vieux bois" ou la "vinasse" en vieillissant
Saveur: agréable de noisette
Habitat: mai-novembre, souches de feuillus, surtout de peupliers et saules mais aussi ormes et sureaux, sur souches ou racines, en milieu humide (trous d'eau, bord des rivières ), en touffes plus ou moins importantes, parfois sur les hauteurs d'arbres morts restés debout
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: excellent champignon à la chair ferme et parfumée. Cette espèce est cultivée depuis l'époque gréco-romaine.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > En touffes sur bois mort ou au pied des souches > Odeur et saveur farineuses ou chapeau non hygrophane > Odeur et saveur non farineuses > Chapeau fortement écailleux ou crème verdâtre et visqueux > Pholiota

Télécharger la fiche en PDF

pholiote dorée, Pholiote jaune citron

Publié dans Pholiota

pholiote dorée, Pholiote jaune citron

Pholiota limonella, Pholiota squarrosoadiposa

Chapeau: 3-9cm, convexe à subétalé, parfois omboné, visqueux, à marge d'abord floconneuse puis lisse, de couleur orangée au disque à jaune vers la marge, plus ou moins parsemé d'écailles ochracées, cuticule visqueuse par temps humide
Lames: adnées-sinuées à légèrement adnexées, étroites, 2-4 mm de largeur, serrées, blanchâtres à jaunes puis ferrugineuses
Pied: anneau: faiblement marqué, disparaissant en vieillissant. Pied: égal, lisse et crème jaunâtre au-dessus de la zone annuliforme, avec écailles dispersées récurvées pâles ou jaunâtres sur fond jaune-brun au-dessous, souvent courbé
Chair: mince, jaune
Odeur: faiblement fongique
Saveur: âcre
Habitat: août-novembre, sur souches, troncs, branches mortes et débris ligneux mêmes enfouis, essentiellement de feuillus, surtout en zones aérées
Confusion: Pholiote changeante, Agaric à soupe (Pholiota mutabilis ou Kuehneromyces mutabilis) - à l'état juvénile -, Pholiote écailleuse (Pholiota squarrosa) - à l'état juvénile -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: l'âcreté de sa chair le classe parmi les non comestibles

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > En touffes sur bois mort ou au pied des souches > Odeur et saveur farineuses ou chapeau non hygrophane > Odeur et saveur non farineuses > Chapeau fortement écailleux ou crème verdâtre et visqueux > Pholiota

Télécharger la fiche en PDF
  • pholiota_limonella_10
  • pholiota_limonella_11
  • pholiota_limonella_12
  • pholiota_limonella_13
  • pholiota_limonella_14
  • pholiota_limonella_15

Pholiote écailleuse

Publié dans Pholiota

Pholiote écailleuse

Pholiota squarrosa

Chapeau: 4-11 cm, hémisphérique puis convexe puis étalé, parfois légèrement verdâtre, couvert d'écailles roussâtres, à marge enroulée, cuticule sèche, non grasse, brun roux sur fond ocre jaune. La marge devient progressivement moins écailleuse lorsque le carpophore s'étale avec l'âge
Lames: adnées à légèrement décurrentes, étroites et serrées, devenant jaune verdâtre puis brunissantes avec l'âge, jaunes teintées de verdâtre puis brun rouille - arêtes entières, plus pâles que les lames
Pied: anneau fibrilleux, placé très haut, de couleur jaunâtre devenant ensuite rouille. Pied coriace et fibreux, jaunâtre, d'une longueur allant jusqu'à 15 cm, lisse du chapeau jusqu'à l'anneau puis couvert d'écailles et s'effilant vers le bas
Chair: jaunâtre, fibreuse
Odeur: peu agréable mais variable selon le biotope, pouvant être raphanoïde, de bois humide ou pourrissant, parfois herbacée
Saveur: médiocre
Habitat: août-novembre, au pied des feuillus tels que hêtres et frênes mais aussi sorbiers et arbres fruitiers, également sous certains conifères. Le plus souvent en touffes denses de cinq à dix individus ou plus, s'incrustant dans les blessures des troncs ou racines qu'elle parasite, presque chaque année au même endroit
Confusion: pholiote dorée, Pholiote jaune citron (Pholiota limonella, Pholiota squarrosoadiposa) - ainsi que Pholiota squarrosoïdes et Pholiota aurivella qui pousse au sommet des arbres. Ces espèces sont rares en Suisse romande -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: de goût médiocre et à la chair fibreuse, elle peut provoquer des troubles digestifs et est même considérée par certains comme faiblement toxique.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > En touffes sur bois mort ou au pied des souches > Odeur et saveur farineuses ou chapeau non hygrophane > Odeur et saveur non farineuses > Chapeau fortement écailleux ou crème verdâtre et visqueux > Pholiota

Télécharger la fiche en PDF
  • pholiota_squarrosa_01
  • pholiota_squarrosa_02
  • pholiota_squarrosa_10
  • pholiota_squarrosa_11
  • pholiota_squarrosa_12
  • pholiota_squarrosa_13
  • pholiota_squarrosa_14
  • pholiota_squarrosa_15
  • pholiota_squarrosa_16
  • pholiota_squarrosa_17
  • pholiota_squarrosa_18
  • pholiota_squarrosa_19

Pholiote incandescente

Publié dans Pholiota

Pholiote incandescente

Pholiota flammans

Chapeau: 3-15cm, hémisphérique à conique obtus, puis convexe mais restant généralement mamelonné, cuticule sèche, non grasse, couverte de squames dressées, brun roux sur fond ocre jaune, marge régulière, non striée, concolore avec restes du voile
Lames: serrées, étroites, adnées, parfois légèrement décurrentes, jaunes teintées de verdâtre puis brun rouille, arêtes entières, plus pâles que les lames
Pied: cylindrique, dur, plein, lisse et jaune au-dessus de l'anneau, concolore et couvert de squames en-dessous, brunâtre à la base, anneau fibrilleux très haut placé, ocre
Chair: charnue, jaune pâle
Odeur: radis, bois pourri
Saveur: radis, bois pourri
Habitat: septembre-novembre, saprophytes lignicoles mais aussi parasites de faiblesse sur diverses feuillus et fruitiers, notamment cerisier, poirier et pommier
Confusion: pholiote dorée, Pholiote jaune citron (Pholiota limonella, Pholiota squarrosoadiposa) - Egalement confusion possible avec Pholiote graisseuse (pholiota adiposa), rare en Suisse romande -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: La pholiote incandescente colonise parfois de manière si importante la base d'un arbre que toute celle-ci s'en voit complètement garnie, pouvant à la longue faire dépérir, puis mourir son hôte.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > En touffes sur bois mort ou au pied des souches > Odeur et saveur farineuses ou chapeau non hygrophane > Odeur et saveur non farineuses > Chapeau fortement écailleux ou crème verdâtre et visqueux > Pholiota

Télécharger la fiche en PDF

Pholiote ridée

Publié dans Pholiota

Pholiote ridée

Pholiota caperata, Rozites caperatus ou Cortinarius caperatus

Chapeau: 5-12cm, jaunâtre, ocre, jaune-brunâtre, souvent ridé ou avec fossettes, d'abord avec pruine blanchâtre-violacée, d'abord globuleux, puis en cloche, marge annelée puis retournée vers le haut
Lames: adnexées, beige pâle à roux-jaunâtre, arête échancrée
Pied: fibrilleux-crevassé avec anneau appliqué, cannelé et fibrilleux dessous. Anneau blanchatre, fragile. Stipe souvent strie au dessus de l'anneau.
Chair: ferme, crême à rosée, colorant l'eau en jaune
Odeur: non significative
Saveur: non significative
Habitat: juillet-octobre, bois de résineux, surtout sous les pins, sols acides, surtout dans la bruyère, assez fréquente, espèce mycorrihizienne, souvent dès 1'000m d'altitude, grégaire
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: Petit, ressemble à un bouchon de champagne.
Champignon assez typique, difficile à confondre.
Comestible de bonne qualité mais souvent véreu

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > En touffes sur bois mort ou au pied des souches > Odeur et saveur farineuses ou chapeau non hygrophane > Odeur et saveur non farineuses > Chapeau fortement écailleux ou crème verdâtre et visqueux > Pholiota

Télécharger la fiche en PDF
  • rozites_caperatus_01
  • rozites_caperatus_02
  • rozites_caperatus_03
  • rozites_caperatus_04
  • rozites_caperatus_05
  • rozites_caperatus_08
  • rozites_caperatus_11
  • rozites_caperatus_12
  • rozites_caperatus_13
  • rozites_caperatus_14
  • rozites_caperatus_15
  • rozites_caperatus_16
  • rozites_caperatus_17
  • rozites_caperatus_18
  • rozites_caperatus_19
  • rozites_caperatus_20
  • rozites_caperatus_21
  • rozites_caperatus_22
  • rozites_caperatus_23
  • rozites_caperatus_24
  • rozites_caperatus_25
  • rozites_caperatus_26
  • rozites_caperatus_27
  • rozites_caperatus_28
  • rozites_caperatus_29
  • rozites_caperatus_30
  • rozites_caperatus_31
  • rozites_caperatus_32
  • rozites_caperatus_33
  • rozites_caperatus_34
  • rozites_caperatus_35
  • rozites_caperatus_36
  • rozites_caperatus_37
  • rozites_caperatus_38
  • rozites_caperatus_39
  • rozites_caperatus_40
  • rozites_caperatus_41
  • rozites_caperatus_44
  • rozites_caperatus_45
  • rozites_caperatus_46
  • rozites_caperatus_47
  • rozites_caperatus_48
  • rozites_caperatus_49

Strophaire vert-de-gris

Publié dans Stropharia

Strophaire vert-de-gris

Stropharia aeruginosa

Chapeau: 3-7 cm, visqueux, de couleur vert-de-gris, souvent plus foncé dans sa partie centrale, qui a le bord garni de mèches blanches noyées dans une substance gluante, à marge appendiculée, surtout chez les jeunes champignons
Lames: gris, mauve, ou bleu pâle devenant brun pourpré, assez serrées, adnées et un peu échancrées sur le pied, à arêtes givrées de blanc
Pied: bleu-verdâtre, bien en chair, parsemé de petites mèches caduques de couleur blanche, anneau étroit, membraneux et visqueux
Chair: couleur blanchâtre
Odeur: sans odeur particulière, un peu herbeuse
Saveur: sans saveur particulière
Habitat: juillet-novembre, au sol dans tous les bois, dans les feuilles mortes, le long des sentiers et particulièrement dans les endroits riches en fumures organiques, mais aussi parfois dans les prairies arborées
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: auparavant considéré comme médiocre comestible, il a fait depuis quelques années l'objet de rapports de toxicité. Il contient de faibles quantités de psilocybine, un composant hallucinogène. Il est donc recommandé de le laisser sur place.

Toxicité: auparavant considéré comme médiocre comestible, il a fait depuis quelques années l'objet de rapports de toxicité. Il contient de faibles quantités de psilocybine, un composant hallucinogène. Il est donc recommandé de le laisser sur place - syndrôme: narcotinien (= psilocybien) (poison: Psilocybine); symptômes: Latence: environ 30 minutes, puis atteinte du système nerveux central avec des hallucinations. Les effets sont variables selon le contexte. Les effets sont une euphorie et des sensations visuelles, auditives et tactiles et différents autres troubles. Ces effets peuvent être accompagnés d'angoisse, de panique et de confusion et provoquer des nausées, des vomissements, des vertiges, etc. Des effets psychiatriques graves peuvent aussi se déclarer.; remarques: Ce syndrome provoque une intoxication de type hallucinogène. Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Psilocybe semilanceata et d'autres champignons des genres Psilocybe, Panaeolus, Pholiotina et Stropharia. La législation interdit la récolte, la détention et le transport de ces champignons. La substance toxique est la psilocybine (substance voisine du LSD). Cette molécule se fixe sur les récepteurs de la sérotonine et donc inhibe certaines parties du cerveau.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée noire > Lamelles non déliquescentes > Lamelles non roses sur les jeunes > Lamelles non décurrentes > Chapeau collant > Anneau strié au-dessus > Stropharia

Télécharger la fiche en PDF
  • stropharia_aeruginosa_01
  • stropharia_aeruginosa_03
  • stropharia_aeruginosa_04
  • stropharia_aeruginosa_05
  • stropharia_aeruginosa_06
  • stropharia_aeruginosa_07
  • stropharia_aeruginosa_08
  • stropharia_aeruginosa_10
  • stropharia_aeruginosa_11
  • stropharia_aeruginosa_12