Morille vulgaire

Publié dans Morchella

Morille vulgaire

Morchella vulgaris

Chapeau: 3-7 cm, conique ou ovoïde couvert de profondes alvéoles irrégulières séparées par des côtes plus claires, creux, à "marge" soudée au pied, de couleur variant du noirâtre au gris brun, devenant jaunâtre, roux, jusqu'à gris cendré avec l'âge. Le chapeau est creux
Lames: néant
Pied: épais, creux mais parfois complexe (circonvolutions internes), de couleur blanche à crème, parfois à zones jaune ocracé, ventru et sillonné à la base, soudé à la base du carpophore et se prolongeant jusqu'à son sommet
Chair: mince et cassante
Odeur: faiblement fongique, vaguement mêlée de senteurs de pomme de terre cuite et de cannelle, surtout pendant la cuisson
Saveur: typique de morille
Habitat: mars-mai, dès 700m d'altitude, endroits humides et zones plus ou moins herbeuses des bois aérés, des bosquets, des lisières de feuillus avec une préférences pour ceux bordés de frênes, en bordure des haies, souvent en association avec le lierre rampant et la ficaire, sols calcinés, déchets de bois (copeaux)
Confusion: Gyromitre comestible (Gyromitra esculenta) - qui n'est pas du tout comestible vu sa toxicité! -, Morille commune (Morchella esculenta), Morillon, Mitrophore hybride (Mitrophora semilibera, Morchella semilibera, Morchella hybrida)

Consommabilité: excellent (Excellent comestible)

Remarque: Elle prend toute sa saveur une fois séchée. Bien la cuire ou sécher, car elle est toxique crue

Toxicité: syndrôme: hémolytique (poison: Hémolysine); symptômes: Latence: de 3 à 24 heures, puis vertiges, incoordination motrice, tremblements, troubles de l'équilibre, céphalées, contractures musculaires, troubles de la vision, de l'accommodation.; remarques: Ce syndrome concerne des espèces comestibles qui doivent être bien apprêtées. Ce syndrome provoque une hémolyse (destruction des globules rouges). Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Amanita vaginata (Amanite vaginée), Amanita rubescens (Amanite rougissante), Morchella sp. (les morilles), Pleurotus sp. (les pleurotes) et Peziza sp. (les pézizes). On peut manger ces champignons mais uniquement s'ils sont bien cuit. La substance toxique est l'hémolysine mais celle-ci est thermolabile (se détruit à la cuisson prolongée).

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Forme d'origine pas sphérique > Forme n'est pas une tige simple en masse, ni en branche ramifiée, chair peu épaisse, cassante comme de la cire > Pied bien distinct, pas de rouge > Pied creux, non veiné et chapeau non noir > Pied robuste, chapeau pas en plaque lobée unie > Chapeau alvéolé, aspect d'une éponge, paroi interne prolonge le pied > Morchella

Télécharger la fiche en PDF
  • morchella_vulgaris_01