Amanite phalloïde

Publié dans Amanita

Amanite phalloïde

Amanita phalloides

Chapeau: 4-15cm, vert-jaune ou vert olive, pâle ou vif, souvent avec fibrilles rayonnantes grisâtres, généralement nu (restes de voile, blancs, rares), de forme parabolique, puis convexe et enfin étalée, luisante au sec, à peine visqueuse à l'humide, très rarement ornée des restes du voile. Marge mince, régulière, non striée
Lames: blanches, libres, le plus souvent a lamellules tronquées, inégales, blanches, serrées, molles
Pied: anneau blanc persistant, ample, membraneux, mince et flasque, chez les sujets jeunes, rabattu, disparaissant parfois entièrement car dévoré par les limaces, de couleur blanche à blanchâtre à reflets verdâtres, pendant, strié en-dessus. Pied blanchâtre à verdâtre, souvent avec des cernes verdâtres, droit, cylindrique et lisse, base bulbeuse avec restes du voile blancs (volve), en sac blanc pur
Chair: blanche, assez épaisse, tendre, spongieuse dans le bulbe du pied
Odeur: douceâtre, de rose fanée en vieillissant (surtout avec l'âge), se renforçant au séchage
Saveur: douce, peut avoir un goût de radis
Habitat: juillet-octobre, forêts de feuillus et résineux, jardins, parcs, surtout sous chênes et hêtres, assez commune, très abondante localement certaines années.
Confusion: Amanite citrine (Amanita citrina var. alba) - voir également certaines Russules et certains Tricholomes verdâtres (ou blancs pour la forme alba) -, Amanite printanière (Amanita verna), Amanite vireuse (Amanita virosa)

Consommabilité: mortel (Mortel)

Remarque: très toxique (mortelle). Un exemplaire de taille moyenne (30 grammes) suffit à tuer un homme. Toxines: amatoxine, Phallotoxine, qui détruisent surtout le foie. Premiers signes d'intoxication: douleur abdominales, vomissement, diarrhée persistante, généralement 4 à 16 heures après l'ingestion. Environ 30% des intoxications sont mortelles. Existe également en variété tout blanche (alba)

Toxicité: Une amanite phalloïde suffit à tuer un adulte! - syndrôme: phalloïdien (poison: Phallotoxine, phallolysine, amatoxine); symptômes: Phase de latence: 10-35 heures, puis phase d'attaque digestive: les premiers symptômes provoquent des nausées, des vomissements violents, des diarrhées, des douleurs abdominales. Le danger de cette première phase est la déshydratation et l'hypovolémie (le manque de sang) voire même une insuffisance rénale. Phase de rémission: les symptômes précédents régressent entre la 36ème et la 48ème heure. Finalement phase d'atteinte hépatique: il s'agit d'une atteinte grave du foie (hépatite). Cette phase aboutit soit vers la guérison en 4 à 8 semaines, soit vers le décès dès le 6e jour, plus généralement dans la deuxième semaine.; remarques: Dose létale, 0.1mg/kg, soit 7mg pour un individu de 70kg, ce que peut contenir un seul spécimen d'amanite phalloïde ou 50g de ce champignon frais. Longue incubation silencieuse de 6 à 48 heures. L'atteinte est hépatique et rénale. Le décès a lieu dans les 5 à 6 jours par asphyxie ou par syncope. Dans les années 60-65, la mortalité était de 30 à 50%. Elle est encore de 15 à 20% actuellement, après hospitalisation. Les principales espèces responsables sont les amanites phalloïdes, verna, virosa, les petites lépiotes helveola, brunneoincarnata, castanea ainsi que galerina marginata, galerina autumnalis et conocybe filaris.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Avec volve parfois friable > Avec anneau > Amanita

Télécharger la fiche en PDF
  • amanita_phalloides_01
  • amanita_phalloides_02
  • amanita_phalloides_03
  • amanita_phalloides_04
  • amanita_phalloides_05
  • amanita_phalloides_06
  • amanita_phalloides_07
  • amanita_phalloides_08
  • amanita_phalloides_09
  • amanita_phalloides_10
  • amanita_phalloides_11
  • amanita_phalloides_12
  • amanita_phalloides_13
  • amanita_phalloides_14
  • amanita_phalloides_15
  • amanita_phalloides_16
  • amanita_phalloides_17
  • amanita_phalloides_18
  • amanita_phalloides_20