Amanite des Césars

Publié dans Amanita

Amanite des Césars

Amanita caesarea

Chapeau: 6-17 cm, ovoïde à conique-arrondi puis étalé-mamelonné, légèrement visqueux au début, vite sec, nu, rouge vif puis orange rougeâtre, pâlissant vers la marge avec l'âge, à marge longuement sillonnée jusqu'à 1/2 du rayon. Facilement séparable, rarement ou couverte de quelques rares lambeaux blancs et épais du reste déchiré de la volve, vite disparu à la pluie
Lames: libres à étroitement adnées, avec lamellules subtronquées à tronquées, serrées à très serrées, jaune pâle, jaunes à jaune oeuf ou orangé, à arêtes légèrement floconneuses, souvent plus foncées
Pied: anneau persistant, ample, membraneux, strié au dessus. Pied 8-20 x 1-2,5 cm, élancé, non bulbeux, farci puis creux, chiné de fibrilles rouge orangé sur fond jaune, annelé, émergeant d'une volve blanche et évasée, de 4-7 cm de hauteur, jusqu'à 0,4 cm d'épaisseur à mi-hauteur
Chair: épaisse au centre, amincie vers la marge, assez ferme puis molle, blanche à jaunâtre en périphérie, orangée à roussâtre sous la cuticule, immuable
Odeur: indistincte, agréable
Saveur: indistincte, agréable, douce
Habitat: août-octobre, mycorhizique, sur sol sous chênes et hêtres, très rare en Suisse, a besoin de beaucoup de chaleur pour pousser, ne pousse donc généralement que lors d'étés particulièrement chauds
Confusion: Amanite tue-mouche (Amanita muscaria) - si l'on considère que le chapeau de la tue-mouche peut être lavé par la pluie. La tue-mouche, comme les autres Amanites a les lames blanches tandis que celles de l'Amanite des césars sont jaunes -

Consommabilité: excellent (Excellent comestible)

Remarque: Jeune, c'est un oeuf à même le sol, posé sur le sol par le petit bout, puis cet oeuf se déchire pour laisser émerger un chapeau. Cette amanite se caractérise par son chapeau rouge orangé, nu, à marge sillonnée, son pied annelé, sa grosse volve blanche et sa pousse surtout dans les chênaies. La combinaison de son chapeau rouge orangé brillant et de sa grande volve blanche à la base du pied est typique. Ses couleurs flamboyantes suscitent toujours l'émerveillement du mycophile. Elle pousse habituellement en compagnie d'autres amanites estivales typiques des chênaies, comme A. flavorubens, A. magnivelaris, A. velatipes, A. abrupta et A. pseudofulva. A. jacksonii a longtemps été confondue avec A. caesarea, espèce européenne réputée pour sa comestibilité. Cette Amanite peut être mangée crue.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Avec volve parfois friable > Avec anneau > Amanita

Télécharger la fiche en PDF
  • amanita_caesarea_01
  • amanita_caesarea_02