Bolet Satan

Publié dans Boletus

Bolet Satan

Boletus satanas

Chapeau: 15-30cm, massif, compact et très charnu, hémisphérique et le restant longtemps, marge très enroulée et onduleuse au début, se redresse ensuite en conservant une certaine irrégularité, flexueuse, revêtement mat, blanchâtre, blanc gris, pouvant se tacher de noirâtre à la manipulation, jaunâtre aux endroits rongés récemment
Lames: tubes jaunes, bleuissant à la pression, pores d'abord jaunes puis très rapidement rouges, bleuissants
Pied: trapu, ventru, obèse, court, couvert d'un réseau rougeâtre en partie centrale, jaunâtre en haut, brunâtre ou jaunâtre à la base bleuissant légèrement au toucher, orné d'un très beau réseau de fines veines rouges ou roses
Chair: épaisse et dure à l'état jeune, devient molle en vieillissant, blanchâtre, localement principalement au dessus des tubes et vers le haut du pied. Les parties lésées bleuissent faiblement
Odeur: désagréable et nauséeuse, douceâtre, écoeurante, vireuse
Saveur: amère
Habitat: juillet-octobre, sols calcaire, solitaire, parfois deux ou trois individus, sous feuillus durs, bois clairs : chênes, hêtres, châtaigniers, charmes mais aussi tilleuls ou encore noisetiers
Confusion: Bolet à beau pied (Boletus calopus), Bolet à pied rouge (Boletus luridiformis, Boletus erythropus), Bolet blafard (Boletus luridus)

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: Très rare en Suisse romande.
Très rapidement véreux

Toxicité: cru, il est très toxique, provoquant de sérieuses gastro-entérites qui peuvent durer plusieurs jours. Il est comestible pour certains, après une très longue cuisson.
Un morceau de la taille de la moitié d'un bâton de réglisse suffit à rendre malade pendant plusieurs jours.
Toxine (protéine): bolesatine - syndrôme: gastro-intestinal (= résinoïdien) (poison: Chitine, tréhalose, mannitol, etc.); symptômes: Latence: 3-6 heures, puis nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées.; remarques: Ce syndrome provoque essentiellement des nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées. Ce syndrome peut être provoqué par une multitude d'espèces de champignons et par diverses causes. Les champignons comestibles mangés en trop grandes quantité peuvent provoquer ce syndrome car les champignons contiennent des molécules peu digestes (chitine) et/ou uniques aux champignons (tréhalose, mannitol). Les personnes ayant un déficit en tréhalase (enzyme qui dégrade le tréhalose) peuvent avoir des diarrhées. Certaines espèces, dans certains cas, peuvent être toxiques: Armillaria sp., Lepista sp., Agaricus xanthoderma (Agaric jaunissant)

Détermination: Carpophore > Tubes ou pores sous le chapeau > Chair tendre et pied central (Bolets) > Chapeau non écailleux > Pores non roses > Chapeau non visqueux > Pied non écailleux > Pied obèse ou pores rouges > Pied plein et massif > Boletus

Télécharger la fiche en PDF