Cortinaire à lames espacées, Cortinaire gentil

Publié dans Telamonia

Cortinaire à lames espacées, Cortinaire gentil

Cortinarius gentilis

Chapeau: 2-4cm, conique-convexe puis campanulé-mamelonné, avec mamelon bien marqué et souvent proéminent, hygrophane, brun fauve à brun rouille, beige au sec, à marginelle excédante et restes vélaires persistants, cortine jaune ocré
Lames: largement adnées, subespacées, brun fauve à brun rouille, à arêtes épaissies-floconneuses, plus pâles puis concolores
Pied: sans anneau, pied égal, atténué à la base, parfois un peu radicant, flexueux, raide et ferme, creux avec l'âge, jaune à l'apex, brun rouille vers la base, orné de bandelettes ou de chinures jaunes évidentes selon l'humidité
Chair: brun fauve
Odeur: raphanoïde
Saveur: faible, douce
Habitat: août-septembre, sous conifères, très rare
Confusion: Cortinaire couleur de Roucou, Cortinaire des montagnes (Cortinarius orellanus), Cortinaire demi-sanguin (Cortinarius emisanguineus, Dermocybe semisanguineus, Cortinarius phoeniceus), Cortinaire très joli (Cortinarius speciosissimus, Cortinarius rubellus)

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: Tous les Cortinaires à chair jaune sont à considérer comme très suspect, voire très toxiques

Toxicité: Toxicité encore peu connue, suspicion de toxicité avec syndrôme orellanien - syndrôme: orellanien (poison: Orellanine, Cortinarines a et b); symptômes: Latence: 10h à 14 jours, puis phase d'attaque digestive: elle provoque une sécheresse de la bouche, des nausées, des vomissements et des diarrhées aiguës, phase de rémission et finalement phase d'atteinte rénale: provoque la destruction des reins et la mort peut intervenir après 2 à 6 mois.; remarques: C'est le syndrome qui a le plus long temps de latence (10h à 14 jours). Comme le syndrome phalloïdien, il se déroule également en plusieurs phases. Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Cortinarius orellanus (Cortinaire couleur de Rocou), Cortinarius speciosissimus, Cortinarius orellanoides et Cortinarius splendens (Cortinaire splendide). Cortinarius orellanus a provoqué beaucoup d'intoxications en Pologne. Orellanine (polypeptide cyclique): cette molécule se transforme en radical libre et provoque des inhibitions rénales. Les cortinarines a et b provoquent des problèmes rénaux à long terme.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > A terre, pas en touffes > Chapeau non capanulé ou lamelles non grises > Lamelles rouillé ferrugineux à maturité, cortine > Chapeau non visqueux > Chapeau hygrophane > Pied guêtré ou annelé > Telamonia

Télécharger la fiche en PDF
  • cortinarius_gentilis_10