Cortinaire resplendissant, Cortinaire éclatant

Publié dans Phlegmacium

Cortinaire resplendissant, Cortinaire éclatant

Cortinarius splendens, Phlegmacium splendens

Chapeau: 3-6cm, jaune doré vif, plus pâle au bord, parfois et brun orange vers le centre, ou il est marqué d'écailles ou de petites plaques brunes ou brun pourpre noirâtre. Sa surface visqueuse au début , devient sèche, légèrement fibrilleuse ou tachetée
Lames: adnées à sinuées, inégales, serrées, d'abord jaune doré puis teintées par la sporée rouille à mâturité
Pied: sans anneau, pied avec bulbe prononcé à sa base qui atteint 1,5 cm de large. Des vestiges du voile forment une couverture fibreuse sur le pied. Il est jaune citron doré, orange brun près du bulbe, nu ou à fibrilles cortinales rouillées par les spores. La cortine est fugace, et de couleur jaune pâle
Chair: peu épaisse, et jaune vif resplendissant dans tout le champignon. Elle vire au rose rougeâtre par réaction à la potasse
Odeur: faible mais désagréable
Saveur: neutre
Habitat: août-novembre, hêtres et sols calcaires, en automne, en plaine comme en montagne, essentiellement dans les bois de feuillus, appréciant la couverture des hêtres, peu courant se développe le plus souvent en petits groupes de quelques individus
Confusion: Cortinaire odorifère (Cortinarius odorifer) - avec odeur marquée d'anis -

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: attention aux Cortinaires à la chair jaune, souvent toxiques, voire mortels

Toxicité: syndrôme: orellanien (poison: Orellanine, Cortinarines a et b); symptômes: Latence: 10h à 14 jours, puis phase d'attaque digestive: elle provoque une sécheresse de la bouche, des nausées, des vomissements et des diarrhées aiguës, phase de rémission et finalement phase d'atteinte rénale: provoque la destruction des reins et la mort peut intervenir après 2 à 6 mois.; remarques: C'est le syndrome qui a le plus long temps de latence (10h à 14 jours). Comme le syndrome phalloïdien, il se déroule également en plusieurs phases. Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Cortinarius orellanus (Cortinaire couleur de Rocou), Cortinarius speciosissimus, Cortinarius orellanoides et Cortinarius splendens (Cortinaire splendide). Cortinarius orellanus a provoqué beaucoup d'intoxications en Pologne. Orellanine (polypeptide cyclique): cette molécule se transforme en radical libre et provoque des inhibitions rénales. Les cortinarines a et b provoquent des problèmes rénaux à long terme.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > A terre, pas en touffes > Chapeau non capanulé ou lamelles non grises > Lamelles rouillé ferrugineux à maturité, cortine > Chapeau visqueux > Pied non visqueux > Pied bulbeux, sans marge, massif > Phlegmacium

Télécharger la fiche en PDF