Phlegmacium

Famille: Cortinariaceae
Genre: Phlegmacium
Chapeau: trapu, visqueux (rarement sec), non hygrophane
Lames: adnées, trame régulière, jaunes, olive, violettes ou brun-roux
Pied: épais, souvent bulbeux, sec, avec cortine double (au bord du bulbe et en haut)
Remarque: mycorrhizien, les espèces jaune vif sont toxiques ou suspectes

Cortinaire à marge brisée

Publié dans Phlegmacium

Cortinaire à marge brisée

Cortinarius infractus

Chapeau: 3-8cm, convexe puis étalé, visqueux, glabre à fibrilleux0inné, brun jaunâtre, brun-gris, brun olivâtre ou brun violacé, parfois avec des taches aqueuses ou un cerne plus foncé vers la marge
Lames: adnées à sinuées, serrées, brun olivacé foncé à brun foncé au début, à arêtes plus pâles
Pied: sans anneau, cortine grisâtre à blanchâtre, pied clavé ou bulbeux-marginé, fibrilleux, blanchâtre ou gris olivâtre pâle, luisant et parfois violacé à l'apex, progressivement brun ochracé vers la base
Chair: épaisse, vite molle, blanchâtre, grisâtre à olivâtre, parfois violacée à l'apex du pied
Odeur: faible, de radis
Saveur: amère et piquante
Habitat: juillet-octobre, principalement sous chênes, aussi des forêts mixtes de feuillus ou de conifères, des sapinières à épinettes et bouleaux, sur sol mal drainé, rare
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: l'intensité de la coloration violette varie beaucoup selon les récoltes.
Sa toxicité est encore mal connue, suspicion de contenir des substances toxiques.
Son odeur et son goût ne méritent, quoi qu'il en soit, pas les honneurs de la table.

Toxicité: contient des substances aux propriétés psychotropes ainsi que des alcaloïdes - syndrôme: gastro-intestinal (= résinoïdien) (poison: Chitine, tréhalose, mannitol, etc.); symptômes: Latence: 3-6 heures, puis nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées.; remarques: Ce syndrome provoque essentiellement des nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées. Ce syndrome peut être provoqué par une multitude d'espèces de champignons et par diverses causes. Les champignons comestibles mangés en trop grandes quantité peuvent provoquer ce syndrome car les champignons contiennent des molécules peu digestes (chitine) et/ou uniques aux champignons (tréhalose, mannitol). Les personnes ayant un déficit en tréhalase (enzyme qui dégrade le tréhalose) peuvent avoir des diarrhées. Certaines espèces, dans certains cas, peuvent être toxiques: Armillaria sp., Lepista sp., Agaricus xanthoderma (Agaric jaunissant)

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > A terre, pas en touffes > Chapeau non capanulé ou lamelles non grises > Lamelles rouillé ferrugineux à maturité, cortine > Chapeau visqueux > Pied non visqueux > Pied bulbeux, sans marge, massif > Phlegmacium

Télécharger la fiche en PDF
  • cortinarius_infractus_10
  • cortinarius_infractus_11
  • cortinarius_infractus_12
  • cortinarius_infractus_13
  • cortinarius_infractus_14
  • cortinarius_infractus_15
  • cortinarius_infractus_16
  • cortinarius_infractus_17
  • cortinarius_infractus_18
  • cortinarius_infractus_20
  • cortinarius_infractus_21
  • cortinarius_infractus_23
  • cortinarius_infractus_24
  • cortinarius_infractus_25
  • cortinarius_infractus_26
  • cortinarius_infractus_27
  • cortinarius_infractus_28
  • cortinarius_infractus_29
  • cortinarius_infractus_30
  • cortinarius_infractus_31
  • cortinarius_infractus_32
  • cortinarius_infractus_33
  • cortinarius_infractus_34
  • cortinarius_infractus_35
  • cortinarius_infractus_36
  • cortinarius_infractus_37

Cortinaire à odeur de bouc, Cortinaire à odeur de poire

Publié dans Phlegmacium

Cortinaire à odeur de bouc, Cortinaire à odeur de poire

Cortinarius traganus

Chapeau: 4-10cm, hémisphérique puis convexe, parfois largement mamelonné, souvent irrégulier, soyeux-fibrilleux, lilas, taché de brun-jaune avec l'âge, à marge souvent flexueuse
Lames: adnées, serrées, brun-jaune puis brun rouille, à arêtes plus pâles
Pied: sans anneau, avec cortine lilas, pied clavé vers la base ou bulbeux, lilas, parfois orné de fibrilles jaunâtres vers la base, devenant brun-jaune depuis la base avec l'âge
Chair: marbrée de brun-jaune et de brun orangé
Odeur: forte, fruitée de poire
Saveur: douce
Habitat: août-novembre, sous conifères, sol acide, localement commun
Confusion: Cortinaire camphré, Cortinaire puant (Cortinarius camphoratus, Cortinarius hircinus, Cortinarius amethystinus) - son odeur n'est toutefois pas pareille -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: Non commestible malgré sa bonne odeur de poire

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > A terre, pas en touffes > Chapeau non capanulé ou lamelles non grises > Lamelles rouillé ferrugineux à maturité, cortine > Chapeau visqueux > Pied non visqueux > Pied bulbeux, sans marge, massif > Phlegmacium

Télécharger la fiche en PDF

Cortinaire à pied glauque

Publié dans Phlegmacium

Cortinaire à pied glauque

Cortinarius glaucopus

Chapeau: 6-12cm, compact et dur, marge fréquemment sinueuse et infléchie-brisée, voire retroussée et incisée à la fin. Couleur très variable au cours de l'évolution: dans la jeunesse, fauve ochracé ou brun argileux teinté d'olivâtre, jaunâtre ochracé argileux ou marron clair, bord de couleur verdâtre puis jaune ochracé. Change ensuite complètement pour passer à l'ocre orangé, au fauve rouillé. Surface glabre, visqueuse, fréquemment recouverte de petites fibrilles innées, voile général blanchâtre puis souvent brun ochracé
Lames: plutôt serrées, adnées-échancrées, bleuâtre lilas clair , puis gris bleuâtre, et à la maturité deviennent brun cannelle
Pied: sans anneau, cortine bleuâtre lilas clair teinté d'olivâtre, pied ferme, un bulbe nettement marginé. Bleuâtre, lilas clair, glauque azuré au début, ensuite paille olivâtre ou brunâtre
Chair: assez ferme, blanc crème, jaunissante, au début, gris bleuâtre en haut du pied et ochracée dans le bulbe
Odeur: fruitée et camphrée, augmentant avec l'âge
Saveur: douce
Habitat: juillet-novembre, forêts de conifères, en montagne, épicéas, sapins, pins, en général sur sols alcalins, pas en plaine
Confusion: Cortinaire anormal (Cortinarius anomalus)

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: difficile à reconnaître dans l'âge

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > A terre, pas en touffes > Chapeau non capanulé ou lamelles non grises > Lamelles rouillé ferrugineux à maturité, cortine > Chapeau visqueux > Pied non visqueux > Pied bulbeux, sans marge, massif > Phlegmacium

Télécharger la fiche en PDF
  • cortinarius_glaucopus_15
  • cortinarius_glaucopus_16
  • cortinarius_glaucopus_17
  • cortinarius_glaucopus_18
  • cortinarius_glaucopus_19

Cortinaire de couleur variable, Cortinaire à odeur terreuse

Publié dans Phlegmacium

Cortinaire de couleur variable, Cortinaire à odeur terreuse

Cortinarius variicolor, Cartinarius variecolor, Cortinarius largiusculus, Cortinarius nemorensis

Chapeau: 6-14cm, longtemps convexe, glutineux, surtout au début, puis parfois sec, finement fibrilleux-vergeté, mélange de violacé et de brun roux pâle, violacé vers la marge, palissant par le sec, parfois un peu squamuleux au disque,
viscidule mais vite sec
Lames: serrées, adnées à sinuées, violettes à argilacé pâle au début, puis brun rouille, plus nettement violette vers la
marge du chapeau
Pied: sans anneau, renflé à clavé vers la base, ochracé violeté pâle, robuste, ferme, sec, soyeux-fibrilleux, violet pâle puis brunissant dans le bas, cerné de lilas au sommet. Voile violet mais vite pâlissant, ne laissant que peu de traces. Cortine blanc lilacin, assez abondante au début
mais fugace
Chair: compacte,lilas pâle puis blanchâtre sauf au sommet du pied plaques violacées ou plus brunâtre avec l'âge ou à l'humidité
Odeur: forte, terreuse, aromatique avec une composante désagréable dans les lames, s'accentuant avec l'âge
Saveur: douce
Habitat: juillet-novembre, sur sol des forêts de conifères en montagne, sur terrain silicieux
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: sa forte odeur de terre le rend impropre à la consommation.
La variété nemorensis, sosie du variicolor, pousse dans les bois de feuillus

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > A terre, pas en touffes > Chapeau non capanulé ou lamelles non grises > Lamelles rouillé ferrugineux à maturité, cortine > Chapeau visqueux > Pied non visqueux > Pied bulbeux, sans marge, massif > Phlegmacium

Télécharger la fiche en PDF
  • cortinarius_variicolor_11
  • cortinarius_variicolor_12
  • cortinarius_variicolor_13
  • cortinarius_variicolor_14
  • cortinarius_variicolor_15
  • cortinarius_variicolor_16
  • cortinarius_variicolor_17
  • cortinarius_variicolor_18
  • cortinarius_variicolor_19
  • cortinarius_variicolor_20
  • cortinarius_variicolor_21
  • cortinarius_variicolor_22
  • cortinarius_variicolor_23
  • cortinarius_variicolor_24
  • cortinarius_variicolor_25
  • cortinarius_variicolor_26
  • cortinarius_variicolor_27
  • cortinarius_variicolor_28
  • cortinarius_variicolor_29
  • cortinarius_variicolor_30
  • cortinarius_variicolor_31
  • cortinarius_variicolor_32
  • cortinarius_variicolor_33
  • cortinarius_variicolor_34
  • cortinarius_variicolor_35
  • cortinarius_variicolor_36
  • cortinarius_variicolor_37
  • cortinarius_variicolor_38
  • cortinarius_variicolor_39
  • cortinarius_variicolor_40
  • cortinarius_variicolor_41
  • cortinarius_variicolor_42
  • cortinarius_variicolor_43
  • cortinarius_variicolor_44
  • cortinarius_variicolor_45
  • cortinarius_variicolor_46
  • cortinarius_variicolor_47
  • cortinarius_variicolor_48
  • cortinarius_variicolor_49
  • cortinarius_variicolor_50
  • cortinarius_variicolor_51
  • cortinarius_variicolor_52
  • cortinarius_variicolor_53
  • cortinarius_variicolor_54
  • cortinarius_variicolor_55
  • cortinarius_variicolor_56
  • cortinarius_variicolor_57
  • cortinarius_variicolor_58
  • cortinarius_variicolor_59
  • cortinarius_variicolor_60
  • cortinarius_variicolor_61
  • cortinarius_variicolor_62
  • cortinarius_variicolor_63

Cortinaire odorifère

Publié dans Phlegmacium

Cortinaire odorifère

Cortinarius odorifer

Chapeau: 4-8cm, convexe puis hémisphérique, très visqueux, jaune verdâtre à verdâtre, rougeâtre un peu plus foncé au centre, presque jusqu'à la marge avec l'âge
Lames: adnées, serrées, jaunes, vite jaune verdâtre à jaune olive
Pied: sans anneau, avec une cortine, bulbeux-marginé, vert jaunâtre, un peu rougeâtre vers la base
Chair: jaune citrin à jaune olive au-dessus des lames, jaune verdâtre ailleurs dans le chapeau et le pied
Odeur: odeur anisée dans les lames, rappelant Clitocybe odora
Saveur: douce
Habitat: septembre-novembre, sur sol mal drainé sous vieux conifères, thuyas, chênes et quelques bouleaux
Confusion: Cortinaire resplendissant, Cortinaire éclatant (Cortinarius splendens, Phlegmacium splendens) - Et les autres Cortinaires à chair jaune.
Un très grande majorité des Cortinaires à chair jaune sont (très) toxiques, voires mortels. -, Cortinaire vert foncé, Cortinaire vert sombre (Cortinarius atrovirens) - différente odeur -

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: Attention aux cortinaires à chair jaune. Le cortinaire odorifère est l'un des rares cortinaires à chair jaune comestible. Lors du séchage des spécimens, une très bonne odeur se dégage, composée de popcorn sucré et de miel anisé

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > A terre, pas en touffes > Chapeau non capanulé ou lamelles non grises > Lamelles rouillé ferrugineux à maturité, cortine > Chapeau visqueux > Pied non visqueux > Pied bulbeux, sans marge, massif > Phlegmacium

Télécharger la fiche en PDF
  • cortinarius_odorifer_10
  • cortinarius_odorifer_11
  • cortinarius_odorifer_12
  • cortinarius_odorifer_13
  • cortinarius_odorifer_14
  • cortinarius_odorifer_15
  • cortinarius_odorifer_16
  • cortinarius_odorifer_17
  • cortinarius_odorifer_18
  • cortinarius_odorifer_19
  • cortinarius_odorifer_20

Cortinaire remarquable, Cortinaire de Berkeley

Publié dans Phlegmacium

Cortinaire remarquable, Cortinaire de Berkeley

Cortinarius praestans, Cortinarius Berkeleyi

Chapeau: 10-25cm, très globuleux, arrondi dans sa jeunesse puis convexe avec l'âge, visqueux par temps humide, cuticule brun-roux ou cuivré à reflets violacés ou pourpres, avec plaques ou verrues plates de couleur lilas sur une partie seulement. Marge enroulée et floconneuses dans sa jeunesse, puis étalée et striée, cannelée avec l'âge, cuticule filamenteuse
Lames: épaisses et larges et passent du lilas à l'ocre et au brun rouille pour terminer (due à la présence des spores)
Pied: sans anneau, cortine bien nette, surtout au début, filamenteuse, teintée de lilas ou blanche. Pied robuste, massif et bulbeux. En haut, blanc ou lilas avec débris écailleux ou membraneux vers le bas faisant un dessin de guirlandes colorées
Chair: ferme et compacte, blanche teintée de jaune sous la cuticule et de lilas dans le pied
Odeur: agréable, suave
Saveur: douce
Habitat: août-octobre, bois de feuillus mêlés (hêtres, chênes, frênes) et parfois sous conifères, en zone humide, rare, en groupe
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: Ce gros champignon imposant est le seul cortinaire qui ait une véritable valeur culinaire

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > A terre, pas en touffes > Chapeau non capanulé ou lamelles non grises > Lamelles rouillé ferrugineux à maturité, cortine > Chapeau visqueux > Pied non visqueux > Pied bulbeux, sans marge, massif > Phlegmacium

Télécharger la fiche en PDF

Cortinaire resplendissant, Cortinaire éclatant

Publié dans Phlegmacium

Cortinaire resplendissant, Cortinaire éclatant

Cortinarius splendens, Phlegmacium splendens

Chapeau: 3-6cm, jaune doré vif, plus pâle au bord, parfois et brun orange vers le centre, ou il est marqué d'écailles ou de petites plaques brunes ou brun pourpre noirâtre. Sa surface visqueuse au début , devient sèche, légèrement fibrilleuse ou tachetée
Lames: adnées à sinuées, inégales, serrées, d'abord jaune doré puis teintées par la sporée rouille à mâturité
Pied: sans anneau, pied avec bulbe prononcé à sa base qui atteint 1,5 cm de large. Des vestiges du voile forment une couverture fibreuse sur le pied. Il est jaune citron doré, orange brun près du bulbe, nu ou à fibrilles cortinales rouillées par les spores. La cortine est fugace, et de couleur jaune pâle
Chair: peu épaisse, et jaune vif resplendissant dans tout le champignon. Elle vire au rose rougeâtre par réaction à la potasse
Odeur: faible mais désagréable
Saveur: neutre
Habitat: août-novembre, hêtres et sols calcaires, en automne, en plaine comme en montagne, essentiellement dans les bois de feuillus, appréciant la couverture des hêtres, peu courant se développe le plus souvent en petits groupes de quelques individus
Confusion: Cortinaire odorifère (Cortinarius odorifer) - avec odeur marquée d'anis -

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: attention aux Cortinaires à la chair jaune, souvent toxiques, voire mortels

Toxicité: syndrôme: orellanien (poison: Orellanine, Cortinarines a et b); symptômes: Latence: 10h à 14 jours, puis phase d'attaque digestive: elle provoque une sécheresse de la bouche, des nausées, des vomissements et des diarrhées aiguës, phase de rémission et finalement phase d'atteinte rénale: provoque la destruction des reins et la mort peut intervenir après 2 à 6 mois.; remarques: C'est le syndrome qui a le plus long temps de latence (10h à 14 jours). Comme le syndrome phalloïdien, il se déroule également en plusieurs phases. Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Cortinarius orellanus (Cortinaire couleur de Rocou), Cortinarius speciosissimus, Cortinarius orellanoides et Cortinarius splendens (Cortinaire splendide). Cortinarius orellanus a provoqué beaucoup d'intoxications en Pologne. Orellanine (polypeptide cyclique): cette molécule se transforme en radical libre et provoque des inhibitions rénales. Les cortinarines a et b provoquent des problèmes rénaux à long terme.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > A terre, pas en touffes > Chapeau non capanulé ou lamelles non grises > Lamelles rouillé ferrugineux à maturité, cortine > Chapeau visqueux > Pied non visqueux > Pied bulbeux, sans marge, massif > Phlegmacium

Télécharger la fiche en PDF

Cortinaire variable

Publié dans Phlegmacium

Cortinaire variable

Cortinarius varius

Chapeau: 3-8cm, globuleux puis convexe-étalé, parfois bossu, glutineux, parfois cannelé radialement, jaune orangé à jaune fauve, plus foncé au disque et plus jaune vers la marge, parfois brun-rouge terne
Lames: serrées, lilacées au début, à arêtes plus fortement lilacées
Pied: sans anneau, cortine blanche, clavé vers la base, ferme, glabre à fibrilleux, teinté de violacé à l'apex au début, vite blanc, souvent avec zone annuliforme distincte
Chair: blanche, lavée de jaune par endroits
Odeur: faible, devenant fétide avec l'âge
Saveur: douce
Habitat: août-octobre, sous résineux, dans tapis d'aiguilles, sol acide, rare, principalement en montagne
Confusion: Cortinarius pseudocrassus (Cortinarius pseudocrassus), Cortinarius subvalidus (Cortinarius subvalidus) - chapeau lisse -

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: Certains auteurs le considèrent comme non comestible, d'autre comme très bon

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > A terre, pas en touffes > Chapeau non capanulé ou lamelles non grises > Lamelles rouillé ferrugineux à maturité, cortine > Chapeau visqueux > Pied non visqueux > Pied bulbeux, sans marge, massif > Phlegmacium

Télécharger la fiche en PDF
  • cortinarius_varius_10
  • cortinarius_varius_11
  • cortinarius_varius_12
  • cortinarius_varius_13

Cortinaire vert foncé, Cortinaire vert sombre

Publié dans Phlegmacium

Cortinaire vert foncé, Cortinaire vert sombre

Cortinarius atrovirens

Chapeau: 6 à 10cm, hémisphérique puis convexe à aplani, visqueux, vert olive noirâtre, sombre au centre, avec la marge olivâtre et parfois citrine, marge enroulée,
Lames: assez serrées, échancrées à largement adnées, jaune puis jaune-olive et enfin brun-olive
Pied: sans anneau, avec cortine, trapu, fibrilleux avec bulbe marginé, jaunâtre, brunisssant à partir de la base, verdissant sous la cuticule, blanchâtre à cœur, mycélium jaune soufre
Chair: citrine
Odeur: poivrée
Saveur: douce, légèrement poivrée
Habitat: septembre-novembre, sous résineux, de préférences, sapins ou épicéas, en moyenne montagne, sur sol calcaire
Confusion: Cortinaire odorifère (Cortinarius odorifer) - l'odeur marque la différence -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: se reconnait à son mycélium jaune soufre. Eviter tous les cortinaires à chaire jaune, très souvent très toxiques. Section Virentophylli.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > A terre, pas en touffes > Chapeau non capanulé ou lamelles non grises > Lamelles rouillé ferrugineux à maturité, cortine > Chapeau visqueux > Pied non visqueux > Pied bulbeux, sans marge, massif > Phlegmacium

Télécharger la fiche en PDF
  • cortinarius_atrovirens_10
  • cortinarius_atrovirens_11
  • cortinarius_atrovirens_12
  • cortinarius_atrovirens_14
  • cortinarius_atrovirens_15
  • cortinarius_atrovirens_16

Cortinarius pseudocrassus

Publié dans Phlegmacium

Cortinarius pseudocrassus

Cortinarius pseudocrassus

Chapeau: 5-10cm, hémisphérique à convexe ou plan-convexe, sec, charnu et ferme, brun alutacé pâle à brun-roux-ocracé, jusqu'à brun-rouge, de couleur uniforme, parfois un peu hygrophane, fibrillo-tomenteux à feutré-mat, orné de méchules apprimées brun-roux foncé sur fond plus clair
Lames: serrées, étroites, très pâles, blanchâtres à argillacées ou ocracé-pâle, longtemps claires, arête fimbriée, plus pâle
Pied: sans anneau, avec cortine, subcylindrique mais à base claviforme, parfois subradicant, blanc roussâtre, plus clair en haut, légèrement fibrilleux-soyeux, le voile ne laissant pratiquement aucune trace, muni d'un tomentum blanc et cotonneux à la base, voile peu abondant, très fugace, blanc à ocracé pâle
Chair: blanchâtre, marbrée de jaune-ocracé dans le stipe des jeunes exemplaires
Odeur: faible, neutre
Saveur: douce
Habitat: septembre-novembre, forêts humides à sol pauvre, en montagne, sous épicéas, souvent dans les sphaignes, rare
Confusion: Cortinaire variable (Cortinarius varius)

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: La chair ayant tendance à devenir jaune, il est plus prudent de ne pas risquer une intoxication grave (mortelle...) en le confondant avec les Cortinaires à chair jaune. Donc à admirer sur place, sans plus.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > A terre, pas en touffes > Chapeau non capanulé ou lamelles non grises > Lamelles rouillé ferrugineux à maturité, cortine > Chapeau visqueux > Pied non visqueux > Pied bulbeux, sans marge, massif > Phlegmacium

Télécharger la fiche en PDF
  • cortinarius_pseudocrassus_10
  • cortinarius_pseudocrassus_11
  • cortinarius_pseudocrassus_13
  • cortinarius_pseudocrassus_14
  • cortinarius_pseudocrassus_15

Cortinarius subvalidus

Publié dans Phlegmacium

Cortinarius subvalidus

Cortinarius subvalidus

Chapeau: 8-4cm, d’abord en boule puis étalé, parfois avec un dôme bas et étalé, revêtement visqueux per temps humide puis gras au sec, brun rouille avec la marge plus ocre jaune, finement et densément parsemé de fibrilles apprimées, très visibles à la marge, ponctué par des petites taches rouille sombre plus ou moins régulières, gardant parfois des restes vélaires triangulaires disposés en couronne autour du dôme, marge longtemps et fortement enroulée
Lames: larges (jusqu’à 10 mm), assez serrées et totalement adnées, d’abord grisâtre clair, puis brun-roux moyennement foncé, arête concolore un peu denticulée
Pied: sans anneau, ylindro-clavé, d'abord blanchâtre puis jaune et enfin roux, vite orné de plaques fibrilleuses plus ou moins triangulaires formées de touffes de voile souvent brunies à l’extrémité. Voile abondant blanchâtre à jaunâtre pâle
Chair: blanche, jaunissant faiblement à la coupe, à peine brunie dans la vieillesse par endroit
Odeur: très agréable parfois comparée à celle de la brioche
Saveur: douce
Habitat: juillet-octobre, sous épicéa, en montagne principalement, dans la mousse
Confusion: Cortinaire variable (Cortinarius varius) - chapeau moins lisse -

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: Pousse souvent en groupes

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > A terre, pas en touffes > Chapeau non capanulé ou lamelles non grises > Lamelles rouillé ferrugineux à maturité, cortine > Chapeau visqueux > Pied non visqueux > Pied bulbeux, sans marge, massif > Phlegmacium

Télécharger la fiche en PDF