Entolome gris et rose

Publié dans Entoloma

Entolome gris et rose

Entoloma rhodopolium

Chapeau: 3-8cm, largement convexe à largement campanulé puis convexe, étalé à légèrement déprimé, souvent obscurément largement omboné, sec à viscidule, lisse, glabre, hygrophane, brillant, opaque sauf à la marge, jaune-brun moyen ou foncé, gris à brun grisâtre au début, puis brun foncé, pâlissant souvent à gris orangé, brun rosé à beige rosâtre au sec, à marge incurvée puis infléchie, typiquement ondulée, lobée et se fendant avec l'âge, souvent s'étendant au-delà des lames jusqu'à 1 mm, courtement translucide-striée, jusqu'à 1/2 du rayon ou jusqu'au disque à l'humidité selon les formes
Lames: adnées, adnexées à émarginées, étroites à modérément larges, 2-8 mm, serrées à subespacées, blanchâtres à brunâtre pâle puis rosées, à arêtes entières à érodées, blanches
Pied: sans anneau, de couleur blanchâtre à beige grisâtre clair, typiquement élargi à atténué vers la base, rarement ventru, aplati à comprimé, irrégulier, charnu, farci puis creux et fragile, sec, très légèrement strié longitudinalement, souvent avec mycélium basal
Chair: ferme, blanche, concolore et aqueuse à l'humidité, pâle sauf sous la cuticule au sec
Odeur: indistincte, farineuse, aigre à herbeuse, devenant nitreuse ou alcaline avec l'âge
Saveur: indistincte, farineuse à herbeuse
Habitat: août-octobre, sur sol mal drainé, parmi la litière des forêts de feuillus et mixtes, trèc commun
Confusion: Entolome livide (Entoloma lividum, Entoloma sinuatum, Rhodophyllus sinuatus, Agaricus lividus), Entolome soyeux (Entoloma sericeum, Entoloma cinereoopacuum)

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: Bon nombre d'espèces appartenant à cette famille sont proches d'aspect. C'est bien souvent l'examen microscopique qui les distinguera

Toxicité: Comme bon nombre d'Entolomes - syndrôme: gastro-intestinal (= résinoïdien) (poison: Chitine, tréhalose, mannitol, etc.); symptômes: Latence: 3-6 heures, puis nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées.; remarques: Ce syndrome provoque essentiellement des nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées. Ce syndrome peut être provoqué par une multitude d'espèces de champignons et par diverses causes. Les champignons comestibles mangés en trop grandes quantité peuvent provoquer ce syndrome car les champignons contiennent des molécules peu digestes (chitine) et/ou uniques aux champignons (tréhalose, mannitol). Les personnes ayant un déficit en tréhalase (enzyme qui dégrade le tréhalose) peuvent avoir des diarrhées. Certaines espèces, dans certains cas, peuvent être toxiques: Armillaria sp., Lepista sp., Agaricus xanthoderma (Agaric jaunissant)

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée rose > Aspect de Tricholoma, Mycena ou Omphalina > Lamelles décurrentes ou échancrées > Lamelles échancrées > Pied blanchâtre > Entoloma

Télécharger la fiche en PDF
  • entoloma_rhodopolium_10
  • entoloma_rhodopolium_11
  • entoloma_rhodopolium_12
  • entoloma_rhodopolium_13
  • entoloma_rhodopolium_14
  • entoloma_rhodopolium_15
  • entoloma_rhodopolium_16
  • entoloma_rhodopolium_17
  • entoloma_rhodopolium_18
  • entoloma_rhodopolium_19
  • entoloma_rhodopolium_20
  • entoloma_rhodopolium_21
  • entoloma_rhodopolium_22
  • entoloma_rhodopolium_23
  • entoloma_rhodopolium_24
  • entoloma_rhodopolium_25
  • entoloma_rhodopolium_26
  • entoloma_rhodopolium_27
  • entoloma_rhodopolium_28
  • entoloma_rhodopolium_29
  • entoloma_rhodopolium_30
  • entoloma_rhodopolium_31
  • entoloma_rhodopolium_35
  • entoloma_rhodopolium_36