Entolome livide

Publié dans Entoloma

Entolome livide

Entoloma lividum, Entoloma sinuatum, Rhodophyllus sinuatus, Agaricus lividus

Chapeau: 8-20cm, parabolique-campanulé puis convexe et enfin étalé, convexe devenant légèrement déprimé, vaguement mamelonné au centre, d'aspect soyeux et de couleur blanchâtre à crème puis grisâtre, irrégulier, bossu, épais et charnu. Cuticule non hygrophane, difficile à séparer, soyeuse, fibrilleuse radialement, blanchâtre légèrement pruineuse mais le plus souvent présentant des reflets grisâtres, argentés. Marge blanche longtemps enroulée devenant ondulée, parfois retroussée et souvent sinueuse en vieillissant, fine, sinueuse, irrégulière, parfois inciséeirrégulier, bossu, épais et charnu, non hygrophane
Lames: inégales, peu serrées, nettement échancrées à presque libres, d'abord blanchâtres puis jaune pâle prenant des reflets roses à maturité
Pied: sans anneau, épais, ferme, parfois courbé, souvent renflé à la base, de couleur blanche à légèrement grisâtre, élancé mais robuste, cylindrique égal mais le plus souvent courbe, plein, dur
Chair: blanche, jaunissante aux blessures et à la pression, épaisse, ferme
Odeur: farine plutôt agréable, puis d'huile de ricin en vieillissant
Saveur: farine plutôt agréable, puis d'huile de ricin en vieillissant
Habitat: juillet-octobre, formant des cercles ou des groupes, à la lisière et dans les bois clairs de feuillus uniquement, surtout hêtres, chênes et châtaigniers, lisières, clairières, chemins, dans les endroits aérés, sol argilo-calcaire
Confusion: Clitocybe nébuleux (Clitocybe nebularis) - les lames sont décurrentes chez le Clitocybe nébuleux -, Meunier, Clitopile petite prune (Clitopilus prunulus) - ainsi que le Tricholome colombette, peu fréquent en Suisse romande -

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: avec l'amanite phalloïde, la responsable de la majorité des intoxications

Toxicité: très toxique, peut être mortel - syndrôme: gastro-intestinal (= résinoïdien) (poison: Chitine, tréhalose, mannitol, etc.); symptômes: Latence: 3-6 heures, puis nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées.; remarques: Ce syndrome provoque essentiellement des nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées. Ce syndrome peut être provoqué par une multitude d'espèces de champignons et par diverses causes. Les champignons comestibles mangés en trop grandes quantité peuvent provoquer ce syndrome car les champignons contiennent des molécules peu digestes (chitine) et/ou uniques aux champignons (tréhalose, mannitol). Les personnes ayant un déficit en tréhalase (enzyme qui dégrade le tréhalose) peuvent avoir des diarrhées. Certaines espèces, dans certains cas, peuvent être toxiques: Armillaria sp., Lepista sp., Agaricus xanthoderma (Agaric jaunissant)

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée rose > Aspect de Tricholoma, Mycena ou Omphalina > Lamelles décurrentes ou échancrées > Lamelles échancrées > Pied blanchâtre > Entoloma

Télécharger la fiche en PDF
  • entoloma_lividum_10
  • entoloma_lividum_11
  • entoloma_lividum_12
  • entoloma_lividum_13
  • entoloma_lividum_14
  • entoloma_lividum_15
  • entoloma_lividum_16
  • entoloma_lividum_17
  • entoloma_lividum_18
  • entoloma_lividum_19
  • entoloma_lividum_20
  • entoloma_lividum_21