Lycoperdaceae

Boviste des marais

Boviste des marais

Bovista paludosa, bovistella paludosa

Chapeau: 2-4 cm, d'abord blanc, surface lisse ou faiblement cloisonnée, brun couvré à brun-noir à maturité, globuleux ou avec tête et pédincule
Lames: néant
Pied: néant, pédicule stérile bien distinct
Chair: molle, blanche jeune, vert-olive à maturité
Odeur: neutre
Saveur: neutre
Habitat: juin-octobre, tourbières, terrain acide, en montagne. Très rare en plaine.
Confusion: Vesse-de-loup perlée (Lycoperdon perlatum) - Le Boviste des marais et plus lisse et plus grand -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: identifiable à son habitat et sa surface lisse

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Avant maturité champignon sphérique, semi-enterré ou au ras du sol > Pas de couche interne gélatineuse, à maturité sphère laissant échapper un nuage de spores > Couche externe blanche, souple > Champignon sphérique, sans amorce de pied > Bovista

Télécharger la fiche en PDF
  • bovista_paludosa_10

Boviste plombée

Boviste plombée

Bovista plumbea

Chapeau: 1.5-5cm, globuleux, un peu déprimé, avec base souvent plissée au point d’attachement, faiblement fixé au substrat par des petits filaments rhizomorphiques englobant débris végétaux, qui se rompent souvent à maturité, laissant le basidiome libre de rouler sous l'action du vent, à exopéridium épais, fragile, lisse à légèrement bosselé-ridé, se fragmentant en plaques aréolées fugaces, glabre et blanc puis finement tomenteux et jaunâtre à tan pâle. Sac sporifère mince, papyracé, lisse, blanchâtre puis terne, gris bleuâtre à gris foncé, avec reflets métalliques, s'ouvrant par un pore circulaire lobé, sans sous-glèbe
Lames: sans lames
Pied: sans anneau, sans pied, se réduit à un mince filament, comme une racine puisant la subsistance du champignon dans le sol
Chair: blanche et ferme au début, puis jaune olive et molle, brun olivâtre foncé puis brun chocolat foncé et poudreuse à maturité
Odeur: faible, fongique
Saveur: neutre
Habitat: juillet-octobre, solitaire, dispersé ou grégaire, saprotrophe, en milieux herbeux ouverts, pelouses, pâturages, parcs, vieux vergers, terrains de golf, cimetières et lieux similaires, le long des routes
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: comestible lorsque la chair est blanche et homogène. Après le jaunissement de l'enveloppe, celle-ci se déchire pour laisser apparaître une enveloppe intérieure grisâtre, de couleur plomb (d'où son nom) d'abord luisante puis devenant mate.

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Avant maturité champignon sphérique, semi-enterré ou au ras du sol > Pas de couche interne gélatineuse, à maturité sphère laissant échapper un nuage de spores > Couche externe blanche, souple > Champignon sphérique, sans amorce de pied > Bovista

Télécharger la fiche en PDF
  • bovista_plumbea_10
  • bovista_plumbea_11
  • bovista_plumbea_12
  • bovista_plumbea_13

Vesse-de-loup à diaphragme, Vesse-de-Loup des Prés

Vesse-de-loup à diaphragme, Vesse-de-Loup des Prés

Lycoperdon pratense, Lycoperdon pratense, Vascellum pratense

Chapeau: 3-6cm, blanc à blanc crème, trapu, globuleux, turbiné, le plus souvent aplati tronqué au sommet, en poire atténuée, court de pied, granuleux à finement hérissé jeune, mais vite dénudé, ouverture à maturité en partie supérieure par un pore déchiqueté qui s'élargit ensuite et à la dispersion totale des spores, ne restera en place, parfois quelques mois durant, un réceptacle formé d'une coupe
Lames: sans lame
Pied: sans anneau, sans pied distinct si ce n'est une sorte de prolongement conique du carpophore aboutissant à un rhizomorphe se désolidarisant facilement du sol
Chair: partie fertile interne blanche (gléba) puis brune, enfin pulvérulente, partie sous le diaphragme, stérile (subgléba), lacuneuse, blanche puis brune
Odeur: nulle à très faiblement farineuse à l'état juvénile
Saveur: neutre
Habitat: juin-septembre, uniquement dans les zones herbeuses telles prairies, clairières, parcs découverts et pelouses, en petits groupes de quelques individus disséminés
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: petit frère du Lycoperdon géant, chair moin goûtue et fine.

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Avant maturité champignon sphérique, semi-enterré ou au ras du sol > Pas de couche interne gélatineuse, à maturité sphère laissant échapper un nuage de spores > Couche externe blanche, souple > Champignon en forme de poire > Surface externe couverte de verrues ou aiguillons caducs > Lycoperdon

Télécharger la fiche en PDF
  • lycoperdon_pratense_10
  • lycoperdon_pratense_11

Lycoperdon brun d'ombre

Lycoperdon brun d'ombre

Lycoperdon umbrinum

Chapeau: 3-7cm, sphérique puis en forme d'ampoule ou piriforme, couverte d'aiguillons plus ou moins courts (disparaissant tardivement) réunis en pyramides de 4 à 6 courbés et de couleur brune au sommet sur une cuticule de couleur blanchâtre à crème puis beige et enfin brun ochracé. Les aiguillons sont longtemps persistants, laissant après leur disparition une cuticule lisse, brillante et sans aréole. Ejection des spores par ouverture d'un petit trou au sommet de l'endopéridium épais d'1mm
Lames: néant
Pied: sans anneau, plissé, se rétrécissant dans le prolongement du chapeau, de même couleur que celui-ci mais plus clair vers la base, également orné d'aiguillons de plus en plus courts disparaissant progressivement jusqu'à être absents vers la base
Chair: gléba blanche et compacte, devenant verdâtre puis brun-olivacé à la maturité des spores
Odeur: nulle
Saveur: nulle
Habitat: mai-novembre, principalement dans les bois de conifères, appréciant la présence des épicéas mais parfois aussi présent dans les bois mixtes et les feuillus, souvent en nombre sur coupes déjà anciennes de pessières, champignon à tendance acidophile
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: sans être classé parmi les toxiques, ce Lycoperdon n'a pas les faveurs de la table

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Avant maturité champignon sphérique, semi-enterré ou au ras du sol > Pas de couche interne gélatineuse, à maturité sphère laissant échapper un nuage de spores > Couche externe blanche, souple > Champignon en forme de poire > Surface externe couverte de verrues ou aiguillons caducs > Lycoperdon

Télécharger la fiche en PDF
  • lycoperdon_umbrinum_11

Vesse-de-loup en forme de poire

Vesse-de-loup en forme de poire

Lycoperdon piriforme, Morganella pyriformis

Chapeau: 2-7cm, en forme de poire, s'évasant puis s'allongeant légèrement vers le sommet, blanc devenant blanc crème puis jaunâtre à brun-gris en vieillissant, souvent mamelonné, très finement perlé ou aiguillonné, rapidement lisse, ouverture à maturité au sommet pour laisser échapper les spores
Lames: néant
Pied: fait partie du chapeau, fixé sur des filaments blancs de mycélium
Chair: coriace, blanche dans l'ensemble du champignon quand jeune, puis olive-brunâtre dans le chapeau (partie fertile), blanchâtre le pied
Odeur: nulle puis désagréable, sent le métal ou le caoutchouc lorsque la poche perce (maturité), fait pensé à un Scleroderme
Saveur: nulle puis désagréable
Habitat: juillet-novembre, toujours en touffes assez fournies, sur bois mort des feuillus et résineux, sur bois enterré
Confusion: Vesse-de-loup perlée (Lycoperdon perlatum) - si l'on tient compte de son habitat, la confusion est peu probable. La vesse-de-loup perlée (Lycoperdon pellatum) lui ressemble toutefois. -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: sa chaire coriace fait du Lycoperdon piriforme un champignon immangeable

Détermination: Carpophore > Ni lamelles, ni tubes, ni pores, ni aiguillons sous le chapeau > Entièrement à l'air libre à maturité > Non étalé sur le bois sous forme de croûte > Ni l'aspect d'une croûte, ni la forme d'un dé à coudre > Pas l'aspect de petites masses hémisphériques > Avant maturité champignon sphérique, semi-enterré ou au ras du sol > Pas de couche interne gélatineuse, à maturité sphère laissant échapper un nuage de spores > Couche externe blanche, souple > Champignon en forme de poire > Surface externe couverte de verrues ou aiguillons caducs > Lycoperdon

Télécharger la fiche en PDF
  • lycoperdon_piriforme_01
  • lycoperdon_piriforme_02
  • lycoperdon_piriforme_03
  • lycoperdon_piriforme_10
  • lycoperdon_piriforme_12
  • lycoperdon_piriforme_13
  • lycoperdon_piriforme_17
  • lycoperdon_piriforme_18
  • lycoperdon_piriforme_19
  • lycoperdon_piriforme_20
  • lycoperdon_piriforme_21
  • lycoperdon_piriforme_22
  • lycoperdon_piriforme_23