Tricholomataceae

Armillaire impériale

Armillaire impériale

Catathelasma imperialis, Clitocybe imperialis, Biannularia imperialis, Armillaria imperialis

Chapeau: 8-30cm, jaune brun ou noisette à brun, massif, hémisphérique à convexe puis étalé, marge enroulée entière puis craquelée
Lames: crème, serrées, décurrentes, fines, fourchues, blanchâtres puis café au lait
Pied: anneau double, l'inférieur ascendant étroit, le supérieur retombant strié. Pied plein, épais, robuste, de forme typiquement conique,adhérent fortement au mycelium. Base brun orangé, salie de noirâtre
Chair: blanchâtre, épaisse, dure
Odeur: concombre
Saveur: désagréable
Habitat: juillet-octobre, sol calcaire, sous conifère en moyenne montagne, isolé ou grégaire, rare
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: Chair assez dure. Si la consommation vous tente, il faut bien la blanchir et en faire des conserves au vinaigre. Espère rare, à protéger. Difficile à classer. Occupe une position isolée. Après avoir été Clitocybe puis Biannularia est maintenant Catathelasma, locution intraduisible. Le terme imperialis en perdurant, cible ce champignon hors du commun en un repère pratique confirmé par l'usage.

Télécharger la fiche en PDF
  • catathelasma_imperialis_10

Armillaire à pied clavé, Armillaire à pied bulbeux, Armillaire à pied-bot

Armillaire à pied clavé, Armillaire à pied bulbeux, Armillaire à pied-bot

armillaria cepistipes

Chapeau: 4-9 cm, hémisphérique devenant convexe puis s'étalant pour généralement présenter un centre déprimé, hygrophane, à zone faiblement mamelonnée et finement squamuleuse, à marge floconneuse, enroulée et striée, de couleur brun ochracé à brun roussâtre, cannelée avec l'âge
Lames: adnées à faiblement décurrentes, fines et relativement serrées, de couleur blanchâtre se tachant de brunâtre en vieillissant
Pied: Anneau fibrilleux et fugace, peu squamuleux, pied jaunâtre et très floconneux jeune, puis brunâtre, cylindrique, devenant plus épais à faiblement bulbeux vers la base, généralement droit, partiellement floconneux, blanchâtre au-dessus de l'anneau, concolore au chapeau au dessous, brun à brun rougeâtre vers la base
Chair: blanche, assez ferme, se tache lentement de rose brunâtre
Odeur: terreuse, fongique
Saveur: légèrement acidulée
Habitat: juillet-octobre, branches et brindilles, débris ligneux en général , dans les bois de feuillus
Confusion: Gomphide helvétique, Gomphide visqueux (Chroogomphus helveticus) - Dans la jeunesse -

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: Toujours en groupes de plusieurs individus. Peu courant, de saveur peu agréable, il est considéré comme non comestible

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles non libres > Lamelles décurrentes > Avec anneau > En touffe, pied svelte > Armillariella

Télécharger la fiche en PDF
  • armillaria_cepistipes_10

Armillaire d'Ostoya

Armillaire d'Ostoya

Armillaria ostoyae

Chapeau: 4-10cm, charnu, globuleux puis convexe, mais plutôt mince, enfin étalé, souvent avec un mamelon central, à marge d'abord incurvée, mince et plus ou moins striée par transparence à la fin, orné d'écailles brunes sur fond crème brunâtre à brun rougeâtre. Sommet écailleux-fibrilleux preque uniformément quand il est jeune, puis les écailles disparaissent ou deviennent éparses, sec à viscidule, cannelée avec l'âge, lisse ou avec quelques fines méchules foncées vaguement disposées radialement et concentrées vers le centre, à marge souvent arquée à maturité, centre plus sombre que la marge
Lames: adnées ou subdécurrentes, minces, adnées, décurrentes, se décolorant ou devenant parfois plus foncées, plus ou moins serrés, blanches roseâtre se tachant de brun rougeâtre avec l'âge
Pied: avec anneau (armillaire), pied atténué en pointe à la base, long, tenace, fibreux, lisse et pâle vers l'apex, fibrilleux et plus foncé vers la base, blanc au début, puis jaunâtre à brun olive avec l'âge, avec longs rhizomorphes basaux noirs. Il est clair et strié en haut. L' anneau ou armille se trouve en haut, ample, bordé d'un rebord incurvé brunissant, blanc et soyeux sur la face supérieure, jaune citron sur la face inférieure, strié au dessus, à flocons bruns ou jaunes en dessous, souvent bordé de jaune
Chair: mince, ferme, blanche, parfois brun rosâtre avec l'âge
Odeur: forte, nauséeuse, humique prononcée et peu agréable, franchement désagréable à la fin, pestilentielle lorsque les champignons sont nombreux et en état de putréfaction
Saveur: amère à douce
Habitat: août-novembre, bois de feuillus vivants, parfois sur conifères, érables, chênes et hêtres, aussi au sol ou sur bois mort, bois enfoui des fossés, racines d'arbres abattus des feuillus, parasitique, pathogénique, provoque une pourriture blanche, en touffe assez dense
Confusion: Armillaire couleur de miel (Armillaria mellea) - plus rare et couleur de miel -

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: Comestible jeune, mais doit être ébouillanté (la chaleur détruit les toxines), mal cuit peut provoquer des troubles gastro-intestinaux. Rejeter le pied qui est coriace. Des composés biologiquement actifs (anticancéreux, antibiotiques) ont été identifiés dans cette espèce. Bien que comestible, ce champignon a causé des intoxications inexpliquées. Il vaut mieux s'abstenir de le consommer

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles non libres > Lamelles décurrentes > Avec anneau > En touffe, pied svelte > Armillariella

Télécharger la fiche en PDF
  • armillaria_ostoyae_01
  • armillaria_ostoyae_15
  • armillaria_ostoyae_16
  • armillaria_ostoyae_17
  • armillaria_ostoyae_18
  • armillaria_ostoyae_19
  • armillaria_ostoyae_20
  • armillaria_ostoyae_21
  • armillaria_ostoyae_22
  • armillaria_ostoyae_23
  • armillaria_ostoyae_24
  • armillaria_ostoyae_25
  • armillaria_ostoyae_26

Armillaire couleur de miel

Armillaire couleur de miel

Armillaria mellea

Chapeau: 3-10cm, charnu, globuleux puis convexe, mais plutôt mince, enfin étalé, souvent avec un mamelon central, à marge d'abord incurvée, mince et plus ou moins striée par transparence à la fin d'abord brun ensuite couleur de miel, allant du jaune au brunâtre. Sommet écailleux-fibrilleux preque uniformément quand il est jeune, puis les écailles disparaissent ou deviennent éparses, sec à viscidule, lisse ou avec quelques fines méchules foncées vaguement disposées radialement et concentrées vers le centre, à marge souvent arquée à maturité, centre plus sombre que la marge
Lames: adnées ou subdécurrentes, minces, adnées, décurrentes, se décolorant ou devenant parfois plus foncées, plus ou moins serrés, blanches ou salies de roux avec l'âge
Pied: avec anneau (armillaire), pied atténué en pointe à la base, long, tenace, fibreux, lisse et pâle vers l'apex, fibrilleux et plus foncé vers la base, blanc au début, puis jaunâtre à brun olive avec l'âge, avec longs rhizomorphes basaux noirs. Il est clair et strié en haut. L' anneau ou armille se trouve en haut, ample, bordé d'un rebord incurvé brunissant, blanc et soyeux sur la face supérieure, jaune citron sur la face inférieure, strié au dessus, à flocons bruns ou jaunes en dessous, souvent bordé de jaune
Chair: mince, ferme, blanche, roussie ou brun localement
Odeur: forte, nauséeuse, humique prononcée et peu agréable, franchement désagréable à la fin, pestilentielle lorsque les champignons sont nombreux et en état de putréfaction
Saveur: amère à douce
Habitat: août-novembre, bois de feuillus vivants, parfois sur conifères, érables, chênes et hêtres, aussi au sol ou sur bois mort, bois enfoui des fossés, racines d'arbres abattus des feuillus, parasitique, pathogénique, provoque une pourriture blanche, en touffe assez dense
Confusion: Armillaire d'Ostoya (Armillaria ostoyae) - plus rouge et très fréquente -

Consommabilité: comestible (Comestible)

Remarque: Comestible jeune, mais doit être ébouillanté (la chaleur détruit les toxines), mal cuit peut provoquer des troubles gastro-intestinaux. Rejeter le pied qui est coriace. Des composés biologiquement actifs (anticancéreux, antibiotiques) ont été identifiés dans cette espèce. Bien que comestible, ce champignon a causé des intoxications inexpliquées. Il vaut mieux s'abstenir de le consommer.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles non libres > Lamelles décurrentes > Avec anneau > En touffe, pied svelte > Armillariella

Télécharger la fiche en PDF
  • armillaria_mellea_01

Tricholome de la Saint-Georges, Mousseron de printemps

Tricholome de la Saint-Georges, Mousseron de printemps

Calocybe gambosa

Chapeau: 3-10cm, blanc crayeux, ivoire, rarement brunâtre ou jaunâtre, hémisphérique puis convexe, souvent irrégulier et bosselé, marge épaisse, enroulée, sinueuse, unie, blanchâtre, cuticule séparable, finement veloutée, sèche, de couleur uniforme mais dont la couleur peut prendre différentes teintes
Lames: de forme typique pour un tricholome, blanches à crème, serrées, étroites, inégales, arrondies ou émarginées vers pied
Pied: sans anneau, robuste, cylindrique, épaissi à la base, plein, ferme, fibrilleux-rayé, farineux au sommet, de couleur identique au chapeau
Chair: épaisse, surtout au milieu, compacte, blanche
Odeur: forte, de farine rance
Saveur: forte, de farine rance
Habitat: avril-juin, bois de feuillus et mixtes, forêt riveraine, bord de ruisseau, parc, jardin, bord herbeux de chemin, lisière de forêt dans l'herbe, parfois cachée dans une touffe humide et bien fournie d'herbe bien verte, commun, surtout en moyenne altitude, sur terrains calcaires, souvent caché sous le lierre rampant, il se complaît dans la mousse fraîche, fréquemment en ronds de sorcières
Confusion: Inocybe de Patouillard (Inocybe patouillardii) - très toxique. -, Tricholome à odeur d'iris (Lepista irina, Tricholoma irinum, Rhodopaxillus irinus)

Consommabilité: bon (Bon comestible)

Remarque: couper en petits morceaux et ébouillanter pour réduire le fort goût de farine. La St-Georges est le 23 avril, date qui correspond aux premières cueillettes de ce champignon. Il marque généralement le début de la saison, si l'on ne tient pas compte des morilles

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Pas de volve > Pied central > Lamelles minces ou à consistance non cireuse > Lamelles non libres > Lamelles adnées ou échancrées > Chapeau plus de 4 cm > Pied ferme, cylindrique > Sur terre > Pied robuste ou sujets en touffes > Champignon blanc ou blanchâtre > Isolé ou en troupes > Calocybe

Télécharger la fiche en PDF
  • calocybe_gambosa_01
  • calocybe_gambosa_02
  • calocybe_gambosa_03
  • calocybe_gambosa_04
  • calocybe_gambosa_05
  • calocybe_gambosa_06
  • calocybe_gambosa_07
  • calocybe_gambosa_08
  • calocybe_gambosa_09
  • calocybe_gambosa_10
  • calocybe_gambosa_11
  • calocybe_gambosa_13
  • calocybe_gambosa_14
  • calocybe_gambosa_15
  • calocybe_gambosa_20
  • calocybe_gambosa_21
  • calocybe_gambosa_24
  • calocybe_gambosa_25
  • calocybe_gambosa_30
  • calocybe_gambosa_31
  • calocybe_gambosa_32
  • calocybe_gambosa_33
  • calocybe_gambosa_34
  • calocybe_gambosa_35
  • calocybe_gambosa_36
  • calocybe_gambosa_37
  • calocybe_gambosa_38
  • calocybe_gambosa_lieu