Leprocybe

Famille: Cortinariaceae
Genre: Leprocybe
Chapeau: souvent très coloré, olive, verdâtre, jaunâtre à brun-orangé, cuticule sèche, feutrée, fibrilleuse-écailleuse ou lisse, généralement non hygrophane
Lames: adnées, trame régulière, sans ton violet
Pied: assez mince, sec
Remarque: mycorrhizien, quelques espèces sont toxiques, voire mortelles, beaucoup sont suspectes

Cortinaire couleur de Roucou, Cortinaire des montagnes

Cortinaire couleur de Roucou, Cortinaire des montagnes

Cortinarius orellanus

Chapeau: 3-7cm, arrondi à conique, puis déployé ou aplani, pourvu d'un mamelon central qui disparaît parfois à maturité, à surface bosselée, densément feutré à squamuleux, d'un brun-rouge à brun orangé chaud, ou tirant plus sur le brun ochracé, d'un brun très foncé avec l'âge. La marge est ondulée, mince et par temps sec, elle se fendille
Lames: larges, un peu épaisses, doublées de lamelles et lamellules, espacées et adnées vers le pied, de couleur jaune orangé à l'état jeune se teintant ensuite de fauve ou de brun ou rougeâtres, à reflets chatoyants pour devenir de couleur rouille avec l'âge
Pied: sans anneau, avec cortine, robuste, cylindrique, assez élancé, courbé, mais atténué à la base sans anneau ni volve. Il est de couleur jaune souci mêlé de rougeâtre, un peu plus clair sous le chapeau. Des fibrilles plus sombres recouvrent sa surface qui comporte des restes de cortine jaunes qui s'estompent rapidement. Voile jaunâtre, légèrement fibrilleux
Chair: ferme, mince dans le chapeau, jaune clair au sommet du stipe, d'un ochracé-doré plus foncé ailleurs, mais tirant sur le brun-rouge à la base, de couleur fauve puis rouille sous la cuticule
Odeur: légère, de rave ou de pomme de terre crue
Saveur: douce à acidulée
Habitat: août-octobre, sous chêne, mais aussi sous hêtre, bouleau et noisetier. Rarement sous conifère. Préfère le terrain secs et chaud, moins en plaine qu'en montagne sur terrain pauvre, acide ou siliceux
Confusion: Cortinaire très joli (Cortinarius speciosissimus, Cortinarius rubellus) - également mortel.
Confusion également avec d'autres cortinaires à chair jaune, toxiques, voire mortel. -

Consommabilité: mortel (Mortel)

Remarque: Ce champignon mortel est d'autant plus dangereux que la période d'incubation est très variable (de 2 à 20 jours). Il s'agit du syndrome orellanien à incubation longue. Chez un adulte 3 a 10 chapeaux de ce champignon pourraient entrainer des lésions hépatiques et rénales irréversibles nécessitant une dialyse à vie voire une transplantation du foie ou des reins. Le nom orellanus vient de la couleur du rocou, teinture tirée du rocouyer, arbuste d'Amazonie (Bixa Orellana)

Toxicité: Attention à tous les cortinaire à chair jaune, ils sont très souvent très toxiques. - syndrôme: orellanien (poison: Orellanine, Cortinarines a et b); symptômes: Latence: 10h à 14 jours, puis phase d'attaque digestive: elle provoque une sécheresse de la bouche, des nausées, des vomissements et des diarrhées aiguës, phase de rémission et finalement phase d'atteinte rénale: provoque la destruction des reins et la mort peut intervenir après 2 à 6 mois.; remarques: C'est le syndrome qui a le plus long temps de latence (10h à 14 jours). Comme le syndrome phalloïdien, il se déroule également en plusieurs phases. Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Cortinarius orellanus (Cortinaire couleur de Rocou), Cortinarius speciosissimus, Cortinarius orellanoides et Cortinarius splendens (Cortinaire splendide). Cortinarius orellanus a provoqué beaucoup d'intoxications en Pologne. Orellanine (polypeptide cyclique): cette molécule se transforme en radical libre et provoque des inhibitions rénales. Les cortinarines a et b provoquent des problèmes rénaux à long terme.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > A terre, pas en touffes > Chapeau non capanulé ou lamelles non grises > Lamelles rouillé ferrugineux à maturité, cortine > Chapeau non visqueux > Chapeau sec, fibrilleux ou lisse > Revêtement pelucheux > Couleurs vives, petites mèches > Leprocybe

Télécharger la fiche en PDF
  • cortinarius_orellanus_10

Cortinaire olivâtre

Cortinaire olivâtre

Cortinarius venetus, Agaricus raphanoides

Chapeau: 2-6 cm, convexe puis étalé, fibrilleux, subhygrophane, jaune olive à brun olive à l'humidité, parfois orné de méchules brunes vers le centre, brun rougeâtre avec l'âge, plus jaune au sec, jaune olivacé, à disque plus foncé
Lames: adnées, larges, serrées, jaune olive terne puis brun rouille, à arêtes plus pâles
Pied: sans anneau, avec cortine jaune olivacé, cylindrique à légèrement renflé vers la base, vite creux, fibrilleux, jaune olivacé à jaune brunâtre pâle, plus clair à blanchâtre vers la base, mycélium jaunâtre olivacé
cortine jaune olivacé vite brunie des spores
Chair: jaune brunâtre olivâtre
Odeur: terre, rave, radis
Saveur: désagréable, de rave et de terre
Habitat: août-octobre, sapinières, parfois hêtre, sol calcaire ou acide, rare à assez fréquent localement
Confusion: peu de risque de confusion avec des champignons que l'on trouve en Suisse romande.

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: bien caractérisé par son écologie, un chapeau méchuleux et des couleurs jaune olive, coloration assez peu courante pour un champignon. Son odeur caractèristique de rave devrait lever les derniers doutes.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > A terre, pas en touffes > Chapeau non capanulé ou lamelles non grises > Lamelles rouillé ferrugineux à maturité, cortine > Chapeau non visqueux > Chapeau sec, fibrilleux ou lisse > Revêtement pelucheux > Couleurs vives, petites mèches > Leprocybe

Télécharger la fiche en PDF
  • cortinarius_venetus_10
  • cortinarius_venetus_11
  • cortinarius_venetus_12
  • cortinarius_venetus_13
  • cortinarius_venetus_14
  • cortinarius_venetus_15
  • cortinarius_venetus_16

Cortinaire très joli

Cortinaire très joli

Cortinarius speciosissimus, Cortinarius rubellus

Chapeau: 5-10 cm, conique à campanulé à mamelon proéminent à maturité, à marge sinueuse se fendillant en vieillissant, brillant et paraissant feutré, de couleur brun orangé à ocre brun
Lames: libres à émarginées, larges, espacées, doublées de lamellules, de couleur brun orangé
Pied: sans anneau, cortine fugace de couleur jaune ochracé laissant la place à une sorte de fins bracelets jaunes parfois peu distincts ornant le pied. Pied assez long, fibrilleux, s'épaississant vers la base, de même couleur ou plus clair que le chapeau
Chair: jaune clair à brun rougeâtre, fonçant à partir de la base avec l'âge
Odeur: rave
Saveur: douce, de rave
Habitat: juillet-octobre, essentiellement en bois de résineux, appréciant particulièrement l'épicéa en zones humides et souvent tourbeuses, sur sol acide
Confusion: Cortinaire couleur de Roucou, Cortinaire des montagnes (Cortinarius orellanus) - également avec Cortinarius orellanoïdes, mais très rare en Suisse romande -

Consommabilité: mortel (Mortel)

Remarque: Il s'agit d'une espèce très dangereuse, voire mortelle! Il contient un alcaloïde, l'orellanine qui ne disparaît pas à la cuisson. Ses effets, après comsommation, ne commencent à se manifester qu'après 36 heures, et parfois même plusieurs jours plus tard, aboutissent à la mort des reins.

Toxicité: En grande concentration. - syndrôme: orellanien (poison: Orellanine, Cortinarines a et b); symptômes: Latence: 10h à 14 jours, puis phase d'attaque digestive: elle provoque une sécheresse de la bouche, des nausées, des vomissements et des diarrhées aiguës, phase de rémission et finalement phase d'atteinte rénale: provoque la destruction des reins et la mort peut intervenir après 2 à 6 mois.; remarques: C'est le syndrome qui a le plus long temps de latence (10h à 14 jours). Comme le syndrome phalloïdien, il se déroule également en plusieurs phases. Les espèces qui produisent ce syndrome sont: Cortinarius orellanus (Cortinaire couleur de Rocou), Cortinarius speciosissimus, Cortinarius orellanoides et Cortinarius splendens (Cortinaire splendide). Cortinarius orellanus a provoqué beaucoup d'intoxications en Pologne. Orellanine (polypeptide cyclique): cette molécule se transforme en radical libre et provoque des inhibitions rénales. Les cortinarines a et b provoquent des problèmes rénaux à long terme.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée non blanche > Sporée ni noire ni blanche > Sporée brun ou rouille > Pied central > Lamelles adhérentes au chapeau > Chapeau non sphérique, non ocre givré et non ridé à la base > Pas sur fumier > A terre, pas en touffes > Chapeau non capanulé ou lamelles non grises > Lamelles rouillé ferrugineux à maturité, cortine > Chapeau non visqueux > Chapeau sec, fibrilleux ou lisse > Revêtement pelucheux > Couleurs vives, petites mèches > Leprocybe

Télécharger la fiche en PDF
  • cortinarius_speciosissimus_10
  • cortinarius_speciosissimus_11
  • cortinarius_speciosissimus_12
  • cortinarius_speciosissimus_13
  • cortinarius_speciosissimus_130
  • cortinarius_speciosissimus_14
  • cortinarius_speciosissimus_15
  • cortinarius_speciosissimus_16
  • cortinarius_speciosissimus_17
  • cortinarius_speciosissimus_18
  • cortinarius_speciosissimus_19
  • cortinarius_speciosissimus_20