Amanita

AmanitaVoir Amanita en 3D (le chargement peut prendre un peu de temps et nécessite un navigateur supportant HTML5 et OpenGL)Famille: Amanitacea
Genre: Amanita
Chapeau: avec ou sans reste de voile, facilement séparable du pied, marge lisse ou cannelée
Lames: adnées, blanches, inégales, rarement jaunes (amanite oronge), trame régulière, certaines ont une odeur caractéristique
Pied: épais, fibreux, bulbeux, cylindrique, souvent avec anneau membraneux ou floconneux, volve souvent présente (parfois souterraine, en forme de sac ou formant un bourrelet à la limite du bulbe)
Remarque: plusieurs espèces très toxiques

Par leur taille, leur port élancé et élégant, leurs fréquentes volves, anneau et restes de voile sur le chapeau, les amanites sont des champignons faciles à distinguer des autres espèces.
Espèces forestières, liées aux arbres avec lesquels elles forment des mycorhizes; moyennes, charnues et putrécibles,

Amanite citrine

Amanite citrine

Amanita citrina var. alba

Chapeau: 4-10cm, d'abord globuleux à convexe puis étalé, non strié, jaune pâle, jaune citron, vert-jaunâtre ou parfois totalement blanc, avec parfois un fond violacé. Cuticule humide, luisante, facilement séparable, revêtue de larges plaques membraneuses (débris de la volve), blanchâtres puis brunissantes dans l'âge
Lames: serrées, libres, de 6 à 8 mm de hauteur, blanches, avec nombreuses lamellules
Pied: large anneau, ample, pendant, persistant, brunissant au contact, strié sur le dessus. Pied cylindrique, élancé, séparable, blanc à jaune pâle, plein puis creux, dilaté à la base en un gros bulbe marginé, avec parfois les restes de la volve enveloppant le bulbe, strié au-dessus de l'anneau
Chair: épaisse, ferme, blanche
Odeur: prononcée rappelant la pomme de terre crue ou la rave
Saveur: douce puis amère, de pomme de terre crue ou rave
Habitat: juillet-octobre, se rencontre un peu partout, sous les résineux ou les feuillus, avec peut-être quand même une petite préférence pour les chênes, les terrains légers et acides
Confusion: Amanite jonquille (Amanita gemmata, Amanita junquillea, Amanita russuloides) - Couleur plus jaune pâle qu'orange -, Amanite phalloïde (Amanita phalloides) - surtout dans sa variété blanche (alba) -

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: aussi appelée Oronge ciguë jaunâtre ou Oronge citrine, toxique crue, à éviter. Certainement la plus commune de la famille. Contient de bufoténine, substance irritante identique au poison sécrété par les glandes du crapaud, substance détruite à la chaleur.

Toxicité: syndrôme: bufoténine (poison: Bufoténine); symptômes: Latence: de 1 à 4 heures, puis dilatation pupillaire, mouvements oscillatoires des yeux (nystagmus), nausées, troubles respiratoires et hypersudation. Simultanément, le sujet présente des hallucinations, essentiellement liées à des distorsions des perceptions visuelles.; remarques: Ce syndrome provoque des effets mixtes, périphériques et centraux, de courte durée. Alcaloïde indolique isolé pour la première fois des glandes cutanées des crapauds.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Avec volve parfois friable > Avec anneau > Amanita

Télécharger la fiche en PDF
  • amanita_citrina_alba_01
  • amanita_citrina_alba_02
  • amanita_citrina_alba_03
  • amanita_citrina_alba_04
  • amanita_citrina_alba_05
  • amanita_citrina_alba_06
  • amanita_citrina_alba_07
  • amanita_citrina_alba_08
  • amanita_citrina_alba_10
  • amanita_citrina_alba_11
  • amanita_citrina_alba_12

Amanite des Césars

Amanite des Césars

Amanita caesarea

Chapeau: 6-17 cm, ovoïde à conique-arrondi puis étalé-mamelonné, légèrement visqueux au début, vite sec, nu, rouge vif puis orange rougeâtre, pâlissant vers la marge avec l'âge, à marge longuement sillonnée jusqu'à 1/2 du rayon. Facilement séparable, rarement ou couverte de quelques rares lambeaux blancs et épais du reste déchiré de la volve, vite disparu à la pluie
Lames: libres à étroitement adnées, avec lamellules subtronquées à tronquées, serrées à très serrées, jaune pâle, jaunes à jaune oeuf ou orangé, à arêtes légèrement floconneuses, souvent plus foncées
Pied: anneau persistant, ample, membraneux, strié au dessus. Pied 8-20 x 1-2,5 cm, élancé, non bulbeux, farci puis creux, chiné de fibrilles rouge orangé sur fond jaune, annelé, émergeant d'une volve blanche et évasée, de 4-7 cm de hauteur, jusqu'à 0,4 cm d'épaisseur à mi-hauteur
Chair: épaisse au centre, amincie vers la marge, assez ferme puis molle, blanche à jaunâtre en périphérie, orangée à roussâtre sous la cuticule, immuable
Odeur: indistincte, agréable
Saveur: indistincte, agréable, douce
Habitat: août-octobre, mycorhizique, sur sol sous chênes et hêtres, très rare en Suisse, a besoin de beaucoup de chaleur pour pousser, ne pousse donc généralement que lors d'étés particulièrement chauds
Confusion: Amanite tue-mouche (Amanita muscaria) - si l'on considère que le chapeau de la tue-mouche peut être lavé par la pluie. La tue-mouche, comme les autres Amanites a les lames blanches tandis que celles de l'Amanite des césars sont jaunes -

Consommabilité: excellent (Excellent comestible)

Remarque: Jeune, c'est un oeuf à même le sol, posé sur le sol par le petit bout, puis cet oeuf se déchire pour laisser émerger un chapeau. Cette amanite se caractérise par son chapeau rouge orangé, nu, à marge sillonnée, son pied annelé, sa grosse volve blanche et sa pousse surtout dans les chênaies. La combinaison de son chapeau rouge orangé brillant et de sa grande volve blanche à la base du pied est typique. Ses couleurs flamboyantes suscitent toujours l'émerveillement du mycophile. Elle pousse habituellement en compagnie d'autres amanites estivales typiques des chênaies, comme A. flavorubens, A. magnivelaris, A. velatipes, A. abrupta et A. pseudofulva. A. jacksonii a longtemps été confondue avec A. caesarea, espèce européenne réputée pour sa comestibilité. Cette Amanite peut être mangée crue.

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Avec volve parfois friable > Avec anneau > Amanita

Télécharger la fiche en PDF
  • amanita_caesarea_01
  • amanita_caesarea_02

Amanite épineuse, Amanite écailleuse, Amanite à verrues

Amanite épineuse, Amanite écailleuse, 	Amanite à verrues

Amanita echinocephala

Chapeau: 7-20cm, hémisphérique devenant convexe, puis plan à légèrement déprimé, cuticule séparable totalement, blanchâtre devenant ocrée-brunâtre au centre sur le tard, couverte de grandes verrues pyramidales, blanchâtres ou crèmes, plus pâles que le cahpeau, pointues, adhérentes au début, puis caduques surtout à partir de la périphérie, marge excédentaire, non striée, floconneuse des restes du voile
Lames: serrées, fines, irrégulières, libres, molles, blanchâtres puis crèmes tirant à peine sur le verdâtre, arêtes des lames finement érodées, crénelées, concolores aux restes des lames
Pied: anneau blanchâtre, membraneux, strié sur le dessus, incomplet, déchiré, ample et descendant, membraneux, situé haut vers le sommet du pied. Pied blanchâtre, robuste, à base largement bulbeuse pour les jeunes exemplaires, sans volve, radicant, largement enfoncé dans le sol, orné de plusieurs rangées de petites verrues pyramidales, au dessus du bulbe va généralement en s'amenuisant vers le sommet
Chair: blanche à blanc-sale, tend à verdir légèrement, ferme surtout dans le pied
Odeur: vireuse, agréable difficile à décrire sur sujets jeunes, désagréable ensuite
Saveur: douce
Habitat: août-novembre, sol calcaire bien drainé voire sec dans les bois de feuillus mais parfois aussi de conifères, plutôt rare
Confusion: Amanite panthère (Amanita pantherina) - surtout dans la jeunesse -, Amanite rougeâtre, Golmotte (Amanita rubescens) - surtout dans la jeunesse -, Amanite solitaire (Amanita strobiliformis, Amanita solitaria) - surtout dans la jeunesse -, Amanite tue-mouche (Amanita muscaria) - confusion avec d'autres amanites méchuleuses. Cette particularité n'a toutefois aucune conséquence puisque la famille, en général, est composée de sujets toxiques qu'on laissera dès lors sur place -

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: Sans être toxique, il n'est pas recommandé de la consommer, la confusion avec les amanites toxiques étant bien réelle

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Avec volve parfois friable > Avec anneau > Amanita

Télécharger la fiche en PDF
  • amanita_echinocephala_01

Amanite épaisse

Amanite épaisse

Amanita spissa

Chapeau: 7-15cm, hémisphérique à convexe puis s'étalant, beige à cannelle ou marron clair, légèrement luisant, parsemée de plaques farineuses blanchâtres, à marge lisse. Cuticule facile à séparer
Lames: libres, fines et assez serrées, inégales et galbées, à lamelles et lamellules intercalées, de couleur blanche
Pied: Anneau ample, membraneux et strié, de couleur blanche, persistant. Pied 8 à 15cm de haut, robuste, épais, s'atténuant vers le haut, s'épaississant en bulbe comprimé horizontalement à la base, blanc à blanchâtre, chiné de grisâtre à brunâtre. Bulbe jusqu' à 4 cm d'épaisseur, dur blanc, cerclé de 2 ou 3 cordons plus ou moins complets. Pied strié au dessus de l'anneau persistant jusqu'aux lames
Chair: blanche et ne change pas de couleur à la coupe, ferme, compacte
Odeur: assez faible, de rave
Saveur: assez faible, de rave
Habitat: juillet-octobre, bois de feuillus (appréciant la couverture des chênes) mais surtout de conifères
Confusion: Amanite panthère (Amanita pantherina) - éventuellement Amanite élevée, quoique rare en Suisse romande -, Amanite rougeâtre, Golmotte (Amanita rubescens)

Consommabilité: sans valeur (Comestible, mais sans valeur)

Remarque: piètre comestible dû à son odeur et sa saveur de rave caractèristique

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Avec volve parfois friable > Avec anneau > Amanita

Télécharger la fiche en PDF
  • amanita_spissa_10

Amanite jonquille

Amanite jonquille

Amanita gemmata, Amanita junquillea, Amanita russuloides

Chapeau: 3 à 10cm, hémisphérique campanulé puis rapidement étalé, cuticule séparable facilement, luisante, collant au frais, vite sec, nu ou orné de flocons vélaires blancs sur fond beige à jaune brunâtre, souvent plus foncé au centre, à marge sillonnée, ornée de quelques plaques détersiles (qui se détachent facilement), irrégulières et blanches, de jaune-orangé soutenu à crème-jaunâtre pâlissant avec l'âge, voile général riable, blanc, laissant parfois un rebord membraneux sur le bulbe du pied et souvent des flocons sur le chapeau
Lames: libres, reliées au pied par une ligne floconneuse, larges, avec lamellules tronquées, serrées, blanchâtres à crème
Pied: avec anneau fugace souvent apprimé et incomplet, subbulbeux, parfois avec un rebord membraneux, glabre à finement fibrilleux, blanc, vite creux, floconneux et strié au sommet, bulbe globuleux avec volve étroite, adhérente en bourrelets, épaisse, irrégulière
Chair: jaune sous cuticulaire blanche partout ailleurs, peu épaisse, fragile, tendre, immuable
Odeur: indistincte
Saveur: douce
Habitat: juillet-octobre, sols acides et sablonneux, sous bois de feuillus, conifères ou mixtes
Confusion: Amanite citrine (Amanita citrina var. alba) - Teinte plus orangée -

Consommabilité: toxique (Toxique)

Remarque: Thermophile, à toxicité variable, donc à ne pas consommer. Peck l'a nommée "russuloides", car la marge du chapeau est sillonnée à la manière de certaines russules.

Toxicité: réputée à toxicité variable pouvant engendrer des intoxications assez sévères - syndrôme: gastro-intestinal (= résinoïdien) (poison: Chitine, tréhalose, mannitol, etc.); symptômes: Latence: 3-6 heures, puis nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées.; remarques: Ce syndrome provoque essentiellement des nausées, des vomissements, des douleurs gastriques et des diarrhées. Ce syndrome peut être provoqué par une multitude d'espèces de champignons et par diverses causes. Les champignons comestibles mangés en trop grandes quantité peuvent provoquer ce syndrome car les champignons contiennent des molécules peu digestes (chitine) et/ou uniques aux champignons (tréhalose, mannitol). Les personnes ayant un déficit en tréhalase (enzyme qui dégrade le tréhalose) peuvent avoir des diarrhées. Certaines espèces, dans certains cas, peuvent être toxiques: Armillaria sp., Lepista sp., Agaricus xanthoderma (Agaric jaunissant)

Détermination: Carpophore > Lamelles sous le chapeau > Lames minces véritables > Chair élastique ou molle, du moins dans le chapeau > Sporée blanche > Avec volve parfois friable > Avec anneau > Amanita

Télécharger la fiche en PDF
  • amanita_gemmata_13
  • amanita_gemmata_14
  • amanita_gemmata_15
  • amanita_gemmata_16
  • amanita_gemmata_17
  • amanita_gemmata_18
  • amanita_gemmata_19
  • amanita_gemmata_20
  • amanita_gemmata_21
  • amanita_gemmata_22
  • amanita_gemmata_23
  • amanita_gemmata_24